2003 en musique, d'après Go for Music

Discussion dans 'Musique' créé par Elian, 2 Janvier 2004.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Online
    Elian Techno Mofo
    Equipe GamerZ.be
    Le site www.goformusic.be propose un résumé de ce que fut 2003 musicalement parlant, bonne lecture ;)





    Albums

    Dieu seul sait comment ils y sont parvenus, mais en 2003, non contents de vaquer à leurs occupations habituelles (sexe, drogue et rock'n'roll), les artistes ont aussi trouvé le temps d'enregistrer des albums à la fois décevants, passables, valables, voire tout bonnement fantastiques...

    Au rayon musique belge, 2003 fut un millésime exceptionnel, avec notamment les premiers disques remarquables de b>Admiral Freebee ("Admiral Freebee"), Sioen ("See You Naked"), Arsenal ("Obeyo Soul"), Venus In Flames ("Notes Of Tenderness"), Helder ("The King Lost His Crown"), Nona Mez ("Cast In Concrete"), Castro ("Shockgolf") et les vainqueurs du Rock Rally Mintzkov Luna ("M For Means And L For Love"). Das Pop ("The Human Thing"), Starflam ("Donne-moi de l'Amour"), El Tattoo Del Tigre ("Sensacional"), Bherman ("The Others/63") et PJDS ("Suits You") ont confirmé au pays, mais nos jeunes compatriotes ont aussi signé de belles prestations par-delà les frontières. Axelle Red ("Face A/Face B") a rempli l'Olympia à Paris pour un nombre record de concerts et a décroché une Victoire de la Musique pour son duo avec la légende vivante Renaud ("Manhattan-Kaboul"). Stephen et David Dewaele ont représenté la Belgique dans de nombreuses soirées ultrabranchées, Millionaire a accompagné Queens Of The Stone Age en tournée et l'exquise An Pierlé a fait l'objet de critiques extatiques dans des magazines musicaux de premier plan tels que Rolling Stone et Uncut lors de la sortie de "Helium Sunset" à l'étranger ("It's her voice – a Bush-like yodel!").

    Comme à l'accoutumée, on a aussi produit de très bons disques de l'autre côté de la Manche. Des valeurs sûres telles que Blur ("Think Tank"), Muse ("Absolution"), Stereophonics ("You Gotta Go There To Come Back") et Placebo ("Sleeping With Ghosts") ont signé en 2003 leurs meilleurs albums à ce jour. Starsailor ("Silence Is Easy"), Elbow ("Cast Of Thousands"), Tom McCrae ("Just Like Blood") et The Coral ("Magic And Medicine") ont confirmé le succès de leurs premiers albums, tandis que Radiohead ("Hail To The Thief"), Belle And Sebastian ("Dear Catastrophe Waitress") et David Bowie ("Reality") sortaient leurs meilleurs opus depuis plusieurs années. Avec "Paper Monsters", Dave Gahan de Depeche Mode propose un premier album particulièrement réussi, Basement Jaxx ("Kish Kash") est parvenu à surmonter la crise qui frappe le circuit club britannique, mais ce sont essentiellement l'artiste hip-hop Dizzee Rascal, Robbie Williams, les Rolling Stones et Led Zeppelin qui ont fait parler d'eux. A 18 ans, Rascal a d'emblée décroché un prestigieux Mercury Prize pour son premier album, intitulé "Boy In Da Corner". Williams s'est produit au Knebworth devant 370.000 fans frénétiques et a signé un contrat de 100 millions d'euros chez EMI. Les Stones ont joué à Toronto le plus grand concert en plein air de toute l'histoire de la musique, devant 450.000 spectacteurs, et ils sont se moqués de Mick Jagger lorsque celui-ci a été anobli par le prince Charles. Enfin, Led Zeppelin a repris sans difficulté la première place des classements américains avec le CD live "How The West Was Won", vingt ans après la dissolution du groupe. 2003 fut aussi un grand cru en Grande-Bretagne avec The Darkness. Avec "Permission To Land", la formation exaltée a remis le cock rock au goût du jour – mais faut-il s'en réjouir?

    En Irlande, le public a découvert le nouveau Jeff Buckley(Damien Rice – "O"), tandis que Tom McCrae ("Just Like Blood") et The Thrills ("So Much For The City") signaient également de remarquables albums. Mais une fois encore, c'est aux États-Unis que l'année musicale a connu son apothéose. Certes, les Strokes n'ont pas vraiment répondu aux attentes avec "Room On Fire", mais New York a confirmé sa position de capitale du rock'n'roll avec, entre autres, les disques mémorables de The Rapture, Interpol, Yeah Yeah Yeahs et Radio 4. Pour le reste, Metallica ("St.-Anger") et Jane's Addiction ont effectué des retours remarqués et les rappeurs 50 Cent ("Get Rich Or Die Tryin'") et OutKast ("Speakerboxx/The Love Below") nous ont servi les deux meilleurs disques de hip-hop de l'année. Justin Timberlake, l'ex de Britney Spears et actuel petit ami de Cameron Diaz, a été promu au rang de mégastar du culot avec "Justified", tandis que The Mars Volta a relancé le prog-rock conceptuel avec un disque sur la mort-aux-rats ("De-Loused At The Comatorium"). Nul n'arrive toutefois à la cheville d'"Elephant" - et surtout de "Seven Nation Army" - des White Stripes.

    Bref, que l'on ne s'y méprenne pas : 2003 restera bien dans les annales du rock'n'roll. (wvd)


    Collaborations

    Au cours de l’année écoulée, George Bush a été exposé à une véritable levée de boucliers non-violente de la part de musiciens de tous pays et de toutes tendances, unis contre un ennemi commun : l’assaut contre l’Irak a fait l’objet d’une importante vague d’actions pacifistes. Damon Albarn (Blur), 3D (Massive Attack) et Ms. Dynamite se sont illustrés au cours d’une grande marche de protestation à Londres, tandis qu’aux États-Unis, le mouvement anti-Bush était principalement mené par Moby, Michael Stipe (R.E.M.) et Eddy Vedder (Pearl Jam), sans oublier la communauté hip-hop (Jay Z, R. Kelly), les artistes punk (pop) (Beastie Boys, Green Day, NOFX, Blink 182) et des pacifistes avérés tels que Tom Morello et Zack de la Rocha (ex-Rage Against the Machine). Les Dixie Chicks ont été menacés de mort et de boycott intempestif en radio après avoir tenu des propos sévères envers Bush et son obscure armada financière. Yusuf Islam, alias Cat Stevens, en a profité pour enregistrer une nouvelle version de son classique "Peace Train". L’humaniste universel Bono, qui a reçu en février le trophée "Musicares" de "Personnalité de l’année", a soutenu l’initiative anti-Irak aux côtés de la star de l’opéra Pavarotti. En décembre, il nous a encore rappelé, avec Nelson Mandela, que le fléau du sida risquait de décimer le continent sud-africain.

    Les croisements – pratiqués de longue date dans le monde de la musique – ont conduit en 2003 à des projets de pollinisation croisée "dignes d’intérêt" entre la musique et d’autres disciplines. Ainsi, le duo français Air s’est inspiré du roman "Città" d’Alessandro Barrico ("City Reading"), tandis que Radiohead et Sigur Rós se sont enfin retrouvés dans une composition improvisée pour le danseur culte Merce Cunningham ("Split Sides"). Jack White des White Stripes s'est aventuré dans la production de la star country Loretta Lynn, tout en faisant une brève apparition dans "Cold Mountain" et en contribuant significativement à la bande son du film. Le couple glamour Gwen Stefani (No Doubt) / Gavin Rossdale (Bush) a aussi annoncé son passage sur les écrans après des mois de palabres portant sur des albums solo annoncés et sans cesse reportés. Mais tout cela est quantité négligeable en regard des litres d’encre déversés sur "America's Sweetheart", l’album solo de Courtney Love, finalement été admise en novembre dans un centre de désintoxication.

    Au nombre des collaborations remarquées des derniers mois dans le même domaine, Dave Grohl a pris le temps de s’occuper des vétérans gothiques de Killing Joke – parallèlement à la sortie du premier album de son projet annexe Probot –, Noel Gallagger a affûté ses talents de guitariste chez les North Mississippi Allstars, Iggy Pop s’en est donné à cœur joie sur son dernier album avec Sum 41 et Blink 182, et les Chemical Brothers ont signé une nouvelle plage avec les Flaming Lips. Avec pas moins de neuf morceaux à son crédit, Josh Homme des Queens of The Stone Age décroche haut la main le titre de "personnalité la plus active du showbiz" : PJ Harvey, Melissa Auf der Maur et James Lavelle d’UNKLE, entre autres, ont pu bénéficier de sa bienveillance.

    En ce qui concerne les réunions et les dissolutions, 2003 figurera en bonne place dans les annales. Les Sex Pistols, les Doors et... Simon & Garfunkel sont renés de leurs cendres, comme le Phénix. Les Guns 'N Roses ont enfin fermé le chapitre Axl Rose pour devenir les Velvet Revolver avec Scott Weiland. The Police s’est produit lors d’une représentation exceptionnelle sur la scène du Rock 'n' Roll Hall of Fame, et Robert Plant se fait du mauvais sang puisqu’une réunion de Led Zeppelin est totalement exclue. Frank Black des Pixies a prétendu la même chose, mais le groupe serait néanmoins grand favori pour une place d’honneur au prochain festival de Werchter... Après les Smasking Pumpkins, Billy Corgan a doctement mis un terme aux pérégrinations de Zwan, Sinead O'Connor a annoncé sa retraite anticipée, et la légende indie anglaise Suede a tiré sa révérence en signant un passage triomphant dans son fief londonien.

    (lvdp)



    Potins

    En matière de ridicule, Fred Durst semble avoir décroché la palme en 2003. Le leader de Limp Bizkit s'est heurté à un mur devant Avril Lavigne, il a chipoté en vain à la ceinture de chasteté de Britney Spears, avant de se résoudre à payer l'actrice Halle Berry pour lui rouler un patin dans un clip vidéo. Musicalement, le tableau ne fut guère plus réjouissant. "Results May Vary", le quatrième album studio de Limp Bizkit, a été enregistré deux fois, reporté neuf fois et renommé sept fois, ce qui ne lui a toutefois pas empêché d'être le bide de l'année avec une longueur d'avance.

    R. Kelly fut l'un des autres dindons de l'année. A 36 ans, la star R&B, qui avait déjà été poursuivie dans le passé dans le cadre d'une affaire de pornographie enfantine, a été arrêtée en janvier après que la police eut mis la main, lors d'une perquisition à son domicile, sur des photos compromettantes montrant ses relations sexuelles avec un mineur d'âge. Cette mésaventure ne lui a pas empêché de sortir un disque s'ouvrant sur la phrase "Anything you want ... You just come to daddy" (!) et d'écrire un morceau pour son ami d'enfance Michael Jackson.

    Ce dernier défraie la chronique depuis la mi-novembre, lorsque la police s'est présentée à Neverland avec un mandat de perquisition. Après que la propriété eut été fouillée de fond en comble, le roi autoproclamé de la pop a été officiellement inculpé pour pédophilie. Il a même passé brièvement les bracelets, avant d'être remis en liberté sous caution (de trois millions de dollars). Les plaintes pour pédophilie ont, du reste, pullulé en 2003. En janvier, Pete Townshend du groupe The Who était arrêté après que la justice britannique eut découvert les données de sa carte de crédit dans un site de pornographie enfantine. Le guitariste, qui est parvenu à convaincre le monde qu'il faisait simplement des recherches pour son autobiographie, s'en est finalement tiré avec une solide remontrance. L'enquête sur Townshend a aussi conduit la police britannique à 3D de Massive Attack, qui a toutefois été rapidement innocenté.

    Eminem a lui aussi été blanchi. Le rappeur blond était poursuivi depuis son EP "Slim Shady" par son ancien condisciple DeAngelo Bailey, qui n'avait pas apprécié d'être désigné nommément et pris pour cible dans la chanson "Brain Damage". La juge Deborah Servitto a toutefois estimé que le préjudice subi par Bailey n'était pas avéré, en allant jusqu'à rendre son verdict avec des rimes: "Mr. Bailey complains that his rep is trash / So he's seeking compensation in the form of cash. / Bailey thinks he's entitled to some monetary gain / Because Eminem used his name in vain / The lyrics are stories no one would take as fact / They're an exaggeration of a childish act / It is therefore this court's ultimate position / That Eminem is entitled to summary disposition."

    Moins drôle : l'entrée en scène (judiciaire) de Chris Martin, le chanteur de Coldplay. Le Britannique, qui déteste apparemment les objectifs, a eu maille à partir avec un paparazzi qui l'avait pris en photo sans autorisation sur la plage en Australie, avant de passer sa colère sur sa voiture. Ce qui lui vaudra de s'expliquer devant le tribunal. Il termine toutefois l'année sur une bonne nouvelle, en annonçant que l'actrice Gwyneth Paltrow aura un premier enfant de lui l'été prochain. Bah, du moment qu'il ne devient pas footballeur. Ou star du rock !



    Et Fred Durst, 1 point :D Bouffon de l'année ?
    Elian, 2 Janvier 2004
    #1
  2. Offline
    Bowman 2busy4u
    Ouch il est tard je lirais ca demain :)
    Bowman, 3 Janvier 2004
    #2
  3. Offline
    Bone-Gandalf Touriste
    belle info!
    sont assez rejouis chez goformusic
    Bone-Gandalf, 3 Janvier 2004
    #3
  4. Offline
    Ochinko Jedi
    Mouais, je suis pas non plus d'accord avec tout ce qui est écrit, mais bon, merci de l'info ;)
    Ochinko, 3 Janvier 2004
    #4
Statut de la discussion:
Fermée.