Beaucoup trop casanier

Discussion dans 'Problèmes' créé par BadaBing, 16 Janvier 2015.

  1. Offline
    BadaBing Fanatique
    Bonsoir. :)

    Tout d'abord, deux raisons à mon manque d'activité malgré les plusieurs mois passés depuis mon inscription : la première, c'est qu'en général, quelqu'un a déjà laissé un commentaire qui se rapproche fortement de ma pensée (et n'aimant pas la paraphrase, je connais un certain blocage). La deuxième, c'est en quelque sorte une maladie mentale, car je suis pessimiste et perfectionniste à outrance vis-à-vis de moi-même, à un tel point que ça en devient maladif, ne retirant que le négatif de ce que je dis/fais, et ayant toujours peur de poster une bêtise, un avis erroné, aberrant, et j'en passe. Je me remets en question perpétuellement.

    Malgré tout, je pose ici ma problématique car les réponses reçues ici jusqu'à présent m'ont souvent été utiles et intéressantes.

    En fait je me rends compte que je me sens très bien chez moi, j'ai tout le confort (lit chaud, télé, internet, etc.). J'ai 16 ans, je vis seul avec ma mère donc pas beaucoup d'animation, ce qui me permet souvent de m'adonner à mes hobbies en toute tranquillité.

    Là où ça devient un souci, c'est que je ne vois plus aucun intérêt à sortir de chez moi hormis pour aller à l'école, voir de la famille et faire les magasins. Une fois dehors je me sens bien, très bien même, mais je n'ai aucune raison de sortir en fait. Cette situation n'est pas nouvelle mais arrivé à mon âge, tout le monde à l'école parle de ses sorties, de comment il est allé en soirée, etc. Et à la fameuse question du "T'as fait quoi ce weekend?" eh bien je suis là comme un plouc à répondre "Euh... pas grand chose...".

    Je me sens vachement différent des autres jeunes car au lieu de sortir énormément comme eux, je vis et réfléchis comme un type de 50 ans quoi... Le truc c'est que je me complais tellement dans mon petit confort et que je n'arrive pas à m'en sortir. Et du coup je fais rien.

    Par exemple dès que des potes de l'école me proposent de sortir en soirée, je refuse, je me dis que je vais me faire chier et de toute façon, je ne fume ni ne bois pas (j'y tiens à tout prix, pas envie de finir comme une épave le lendemain et de baiser à 16 ans).

    Attention donc, je ne cherche absolument pas à ressembler aux autres, ni à m'inventer une personnalité pour me fondre dans la masse. Je suis très bien dans ma peau, simplement cette solitude chaque weekend commence réellement à me peser sur la conscience. Cette maturité j'en suis extrêmement fier, mais j'ai envie de trouver des idées de sortie, de pouvoir rencontrer de nouvelles personnes, d'avoir des contacts en dehors de l'école (où je suis pourtant assez sociable).

    Merci de me filer des conseils ou de partager votre propre expérience à ce sujet si vous avez vécu une situation une pareille...
    BadaBing, 16 Janvier 2015
    #1
    Noex aime ça.
  2. Offline
    ISH Elite
    Bah écris un livre, je vois déjà le nom: "La Casa"
    ISH, 16 Janvier 2015
    #2
  3. Offline
    Nouk Sauveur de pingouins
    Bravo, tu découvres l'adolescence, t’inquiète ca passe (Normalement :D)
    Nouk, 16 Janvier 2015
    #3
    max_evans, eGm_ et fabian123 aiment ça.
  4. Offline
    Azinou Ancienne LV
    Honnêtement, le fait d'aimer sortir de chez soi ou pas, c'est un peu comme les goûts et les couleurs. T'aimes ou t'aimes pas. Certains aiment lire, d'autres détestent --> est-ce que ça rend bizarre de faire partie de l'une ou l'autre catégorie ?

    Par contre, un point qui me fait tiquer c'est "Par exemple dès que des potes de l'école me proposent de sortir en soirée, je refuse, je me dis que je vais me faire chier et de toute façon, je ne fume ni ne bois pas" qui me laisse supposer que tu n'as jamais fait de sortie en soirée --> Comment peux-tu être sur que ça va être chiant ? Pourquoi ne pas tenter l'expérience quelques fois ? Et si tu te rend comptes que ces potes ne te proposent que des sorties où tu te fais chier --> Tu n'y vas plus et voilà. Car tu pourrais passer à côté de soirées sympas où tu t'amuserais.
    Azinou, 16 Janvier 2015
    #4
  5. Offline
    Dieu Bisounours a.k.a FFS
    Je n'ai aucun conseil à te donner. Tu as l'air très (trop) équilibré mais tu as une belle écriture, une pensée nette et tu as l'air de comprendre ce dont tu as besoin.

    A ton âge, je suis surpris. Félicitations et continue. Tu arriveras à l'Université et tes passions seront peut-être les passions des autres (lecture ? débat ?), ça te permettra de nouer de vrais contacts.
    Tant que tu te sens bien, ne change rien.
    Dieu Bisounours, 16 Janvier 2015
    #5
    mel46 et Noex aiment ça.
  6. Offline
    Groszours Elite
    Tu devrais quand même, c'est rigolo.
    Groszours, 16 Janvier 2015
    #6
  7. Offline
    Skarbone I would rather be snowboarding


    tsais, c'est pas parce que tu sors de chez toi que tu va te mettre une quinze ou te faire violer au coin d'une rue hein, les gens "normaux" font aussi beaucoup de sortie sans se troncher la gueule :/
    Skarbone, 16 Janvier 2015
    #7
    horny, jokebg, Fist et 1 autre personne aiment ça.
  8. Offline
    Jean Mourad Aigri lvl 9000
    Ouais enfin, à 16 ans, les seules sorties que je faisais, c'était soit ciné avec des potes, soit picoler en ville le vendredi :D
    Jean Mourad, 16 Janvier 2015
    #8
    minestrong aime ça.
  9. Offline
    buchiste Chops from Outerspace
    T'aimes bien la musique? Trouve toi des potes pas trop loin de chez toi et allez voir des petits concerts dans les environs. C'est une bonne façon de sortir sans se torcher la tronche pour autant.

    Encore mieux, tu joues ou es intéressé par un instrument ? Mets-y-toi! Prends des cours, y a bcp mal d'écoles de musique qui organisent un spectacle à la fin de l'année où tu rencontreras un max de gens.

    Puis dès que t'es capable de jouer un morceau ou deux de manière potable, trouve-toi un groupe ou deux, et joue le plus possible. Déjà c'est un excellent moyen de nouer des liens avec des gens que t'aurais jamais rencontré autrement, puis si tu persévères et que t'as l'occase de jouer des petits concerts ou quoi, ça ouvre plein de portes.
    buchiste, 16 Janvier 2015
    #9
    horny aime ça.
  10. Offline
    @che Elite
    Tu m'as fait penser à moi à une époque ...
    Un conseil ne soit pas trop sérieux déconne un peu si tu es heureux ainsi tant mieux mais laisse ton sérieux pour plus tard.
    @che, 16 Janvier 2015
    #10
  11. Offline
    Dieu Bisounours a.k.a FFS
    Coincé va XD
    Dieu Bisounours, 16 Janvier 2015
    #11
  12. Offline
    Jean Mourad Aigri lvl 9000
    Ca se limitait ptet' pas qu'à ça, mais c'était une bonne partie. Y avait le sport aussi, les scouts, ce genre de trucs qui faisaient que j'étais pas souvent chez moi le week-end
    Jean Mourad, 16 Janvier 2015
    #12
    Dieu Bisounours aime ça.
  13. Offline
    RTCVulcain Everybody loves the sunshine !
    Je suis pas tout seuuuuuuuuuuuuuuuuuuuul !

    Putain ça fait du bien de savoir que je suis pas le seul dans le cas. J'ai 22 ans, je ne bois pas, je ne fume pas, je ne sors pas et c'est très bien comme ça (vous remarquerez que ça rime).

    Tout ce que j'ai c'est l'école et ma copine (depuis 7 ans). Mais j'étais déjà comme ça avant de la rencontrer.

    Mes parents me disent aussi que je réfléchis comme un vieux coincé donc j'ai envie de te dire que c'est normal (puisque je ne suis plus tout seul). :p
    RTCVulcain, 16 Janvier 2015
    #13
  14. Offline
    Vulture Coach K

    Yep +1, un peu pareil pour moi.
    Enfin, soit sur de ne rien regretter d'ici quelques années, qd t'auras l'impression de pas avoir eu de jeunesse. Y a tellement de trucs à expériencer, et plein de conneries à faire que tu pourras plus faire plus tard :)
    Vulture, 16 Janvier 2015
    #14
  15. Offline
    patatoufix Elite
    Les grosses sorties se font plus une fois majeur généralement.

    Te force pas à sortir si t'as pas envie, mais ça coute rien de tenter une fois.
    patatoufix, 16 Janvier 2015
    #15
  16. Offline
    nicduch GamerZ for Life ^^
    Joue a wow... Tu ne devras pas sortir de chez toi☺️
    nicduch, 17 Janvier 2015
    #16
  17. Offline
    Morte-Couille Seigneur Sith
    *expériencer expériencer expériencer *expériencer expériencer expériencer *expériencer expériencer expériencer *expériencer expériencer expériencer *expériencer expériencer expériencer *expériencer expériencer expériencer *expériencer expériencer expériencer *expériencer expériencer expériencer

    can't be unseen:cool:
    Morte-Couille, 17 Janvier 2015
    #17
    axel91 et Jean Mourad aiment ça.
  18. Offline
    Vulture Coach K

    Hahaha, "to experience" en anglais, mais y a pas le même mot en français, du coup nouveau verbe: "expériencer" :D C'est bien de créer des nouveaux mots, cf Barney:

    Vulture, 17 Janvier 2015
    #18
    Morte-Couille aime ça.
  19. Offline
    titoum GMZ Crew optc 970.342.646
    en meme tps si tu te sens epanoui de la sorte, pq vouloir en changer?
    rien ne t empeche de faire du sport en groupe le week end cyclisme/natation/.... qui te feront qd meme sortir sans pour autant allez a des fetes...
    titoum, 17 Janvier 2015
    #19
  20. Offline
    EmO_TiiOn Chadolf
    Tout ce que je peux dire c'est que c'est un cercle extrêmement vicieux d'isolement, et dans mon cas ça s'est pas fait sans conséquences.. J'ai vécu la même chose que toi ou presque, mais en pire..

    Vers mes 15 ans j'ai commencé de plus en plus à foutre en l'air mon année scolaire, à avoir un mauvais comportement, puis au final ça s'est dégradé, jusqu'à finir par me faire diagnostiquer en " dépression " par les génies qui m'entouraient (Famille/médecin/psy), résultat on m'a interné en aile (Neuro ? je sais plus) psychiatrique (adulte) pendant une semaine ou un peu plus je me rappelle plus trop, et je crois que c'est le jour où je suis entré là-bas que ma vie s'est arrêtée.

    Quand j'en suis sorti j'ai jamais repris de cours, j'avais décidé de continuer à suivre via l'enseignement à distance mais forcément j'en avais rien à faire, j'ai suivi (Ou en tout cas j'ai fais semblant) pendant deux semaines et après on m'a désinscrit.

    Du coup voilà, j'étais déscolarisé, et j'avais pas d'autres occupations que rester dans ma chambre. Forcément comme n'importe quel autre adolescent je m'en réjouissais, et je me foutais de mon avenir..

    Puis le temps à commencé à passer, et au final l'hopital, les psy, ça avait rien changé du tout, je pense plutôt que mon état s'est encore dégradé.. Je me sous-alimentais la plupart du temps, j'avais plus aucune hygiène de vie normale, plus d'horaires (Je me réveille à 03h00, je joue sur mon pc, je bouffe une pizza à 09h00, je me rendors à 11h00, je me réveille à 18h00, je recommence, etc, à l'infini, tous les jours), je sortais jamais sauf pour faire des courses avec ma mère et encore, parfois je passais tellement mon temps à rester dans mon lit que le matelas était enfoncé là où je restais, je crois que le plus long que j'ai fais sans même sortir devant la porte de chez moi c'est deux semaines..

    Bien entendu ça a totalement détruit le peu de vie sociale que j'avais, j'ai perdu la plupart de mes amis (Tous en fait, à part un), mais c'était pas grave parce qu'au final je ressentais pas le besoin d'avoir d'amis (Et encore aujourd'hui c'est ce que je ressens), ça m'a rendu extrêmement agoraphobe et associal (Et même si j'ai réussi à faire des efforts là-dessus c'est encore vachement présent, j'ai refusé d'aller manger dans une friterie hier avec ma fiancée parce que c'était les heures de sorties d'écoles et donc rempli de monde), peut-être même un peu prétentieux car moi aussi, à force de rester cloîtré comme ça et de rien faire d'autre qu'analyser tout, tout le monde en permanence, je me suis rendu compte que j'avais tellement rien en commun avec ma génération ; Je vois pas l'intérêt de boire, je hais les soirées et pour le peu de celles que j'ai faites je me suis rarement autant fait chier, je trouve la plupart immatures ou complètement à côté de la plaque, leurs mentalités de pauvres types pour la plupart enfin, soit je vais pas m'étaler là-dessus parce que ça aussi, ça reste encore bien ancré en moi actuellement.. On m'a souvent reproché de penser comme un adulte (Ce que je ne prenais absolument pas comme un compliment, parce que si je ne voulais pas être comme les autres ados à la con, je voulais pas devenir adulte non plus)

    Même ma famille n'avait pas d'importance à mes yeux, et ça aussi, encore aujourd'hui j'ai du mal.

    A force de rester dans ma chambre plusieurs années, j'ai bousillé ma santé (Aucune condition physique/faiblesse extrême/fatigue permanente), même si aujourd'hui j'ai à moitié rattrapé le pas et encore, mais surtout je me suis habitué à vivre cette " vie ", et je crois que le pire c'est qu'aujourd'hui.. Ca me manque encore.

    Si je devais décrire ce que je ressentais en vivant comme ça, c'est que je me sentais libre.. Et mort à la fois ! J'avais l'impression d'avoir arrêté le temps et, je trouvais ça magnifique. Je regardais plus l'heure ou la date ça n'avait plus d'importance, y avait personne pour dicter ma vie ou me forcer à faire telle ou telle chose, j'étais dans mon confort dans ma chambre et je sentais pas le besoin d'aller autre part, les personnes à qui je parlais étaient à distances et ne pouvaient pas sortir de mon écran de pc. J'avais un contrôle sur ma " fausse vie " et je me sentais bien comme ça au final je crois. Je me souciais de rien..

    Aujourd'hui j'ai 20 ans, une fille, une fiancée et il faut que je travaille, il faut que je m'efforce d'être social et agréable, que j'aie des horaires et de la motivation.. Autant te dire que c'est pas gagné d'avance. D'une manière générale, tout ce qui s'est développé en moi pendant ces longues années, ma noirceur d'esprit, le fait d'être associal, mon agoraphobie, ma haine (parfois phobique) des autres sans vraiment de raisons, etc, tout ça s'est atténué, mais.. ça reste. Ca partira jamais vraiment et ça, ni les psy, ni ma fiancée ni qui que ce soit d'autre ne pourront changer ça, ces années ont brisé quelque chose en moi.

    Il arrive régulièrement que je me sente en état de " rechute ", seulement ça dure quelques jours tout au plus, après je recommence à essayer d'être optimiste.. Mais c'est pas ma façon d'être et j'ai beaucoup de mal. J'ai beaucoup changé en deux ans (J'ai quitté la maison de ma mère à 18 ans), et je suis assez fier de mes changements mais au final j'ai parfois l'impression de me forcer et de me mentir à moi-même parce qu'encore une fois, même si j'ai tout ou presque pour être heureux aujourd'hui, mon ancienne " vie " me manque.

    Enfin c'est assez dur à expliquer. J'arriverais jamais à donner tous les détails on y passerait des jours, mais tout ça pour dire que tu dois y mettre un frein au plus tôt. Moi j'ai continuellement fait tout pour m'enfoncer, rejeté toutes les aides qu'on m'a apporté, j'ai toujours eu ce comportement autodestructeur débile (Et ça aussi c'est toujours le cas, j'ai l'habitude de me laisser porter par les événements, peu importe les conséquences, sauf que maintenant je peux plus me le permettre j'ai des responsabilités) alors que j'étais pourtant tout à fait conscient de ce qui m'arriverait.. T'as peut-être pas de troubles mentaux comme moi mais crois-moi, en vivant cette vie, ça viendra, et tu le regretteras jamais autant que le jour où tu réaliseras et que tu te demanderas " Comment j'ai pu devenir ça et aller aussi bas "..
    EmO_TiiOn, 17 Janvier 2015
    #20