De la Semantique Générale

Discussion dans 'La Poub3lle' créé par Zaene, 2 Juin 2006.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Zaene *
    Sous l'impulsion de Fist (oui, oui c'est lui que vous remercierez pour le pavé :p) lui-meme coutumier de posts remarquables dont le but est de vous faire decouvrir ces desserts pour l'esprit que sont les arts culturels sous differentes formes, j'ai fait un "petit post" dans le but de vous faire decouvrir une idéologie, une partie en tout cas qui a sa place dans la vie de tout les jours.

    Courage ça vaut la peine.

    Je le dis une premiere fois, je le repeterais durant le post, ne vous laissez pas decourager par la longueur ou la difficulté de certain mots, il n'est pas necessaire de comprendre tout ni tout de suite pour en saisir le sens. Allons-y, bonne lecture. :D


    Le sujet réel de ce post est a la fois une science et une philosophie ou en tout cas un savant mélange des deux et qui date du premier tiers du 20ieme siècle :

    La Sémantique Générale.

    Un mot de son "createur" d'abord, elle a été révélée par Afred Korzybski ( 1879-1950 ) dans son ouvrage principal qu’est : Science et sanité : une introduction aux systèmes non-aristotéliciens et à la Sémantique générale. Ingénieur chimiste polonais, ça ne le disposait pas de prime abord a être un pionnier de l’étude sémantique et pourtant, il va développer une rationalisation du langage et le définir de manière a ce que l’on puisse mieux en saisir les innombrables subtilités mais également en isolant les facteurs d’erreurs liés a la mauvaise utilisation/compréhension du langage et ce dans n’importe quel dialecte.

    Le terme Sémantique générale est forgé par Alfred Korzybski en 1933 pour désigner sa théorie générale de l'évaluation qui, mise en application, accède au statut de science empirique, par des méthodes favorisant l'ajustement humain en général, dans les sphères personnelle, publique et professionnelle. Plus largement, ses travaux le conduisent à formuler un nouveau système dont la Sémantique générale est le modus operandi. Cette théorie est présentée pour la première fois dans son ouvrage Science and Sanity : An Introduction to Non-Aristotelian Systems and General Semantics


    Qu'est-ce qui fait que les humains sont humains ?

    Après la première guerre mondiale, Korzybski et quelques autres entreprennent d'analyser les facteurs qui ont contribué à précipiter un tel désastre humain, se rendant compte que certaines révisions conceptuelles fondamentales sont devenues indispensables. En étudiant les questions relatives à la 'nature humaine', Korzybski découvre qu'il faut impérativement réviser les vieilles notions concernant les humains, notions héritées des primitifs et codifiées par les anciens Grecs; il formule une nouvelle définition fonctionnelle de l'homme' sous l'angle des sciences de l'ingénieur, de l'histoire et de l'épistémologie, définition riche d'implications d'une très grande portée. [Cf. infra, l'explication de l'usage des guillemets simples au chapitre«Procédés Extensionnels».] Il devient nécessaire d'étudier pour la première fois les potentialités des humains, sans se fier aveuglément à des données statiques tirées de statistiques de réalisations humaines passées, approche reconnue aujourd'hui comme peu sûre, voire fallacieuse. Telle est la thèse du premier ouvrage de Korzybski, Manhood of Humanity: The Science and Art of Human Engineering [L'Âge d'homme de l'humanité : la science et l'art de l'ingénierie humaine] (1921).


    Délaissant les dogmes mythologiques, il s'interroge : «Quelle est la caractéristique spécifique des humains qui en fait des humains?» Il observe qu'à la différence des animaux, chaque génération humaine a la capacité potentielle de repartir du point où la génération précédente s'est arrêtée. Il analyse les processus neurologiques et socio-culturels qui permettent aux hommes de créer, de conserver et de transmettre ce qu'ils ont appris individuellement au profit des générations futures. Il nomme cette capacité neurologique spécifique le time-binding. Plus de details

    Ce que je vais essayer d’expliquer maintenant est assez difficile a comprendre surtout a la première lecture, il en va de même pour les différents textes vers lesquels pointerons les liens, il sera normal que cela vous paraisse difficile a comprendre autant par la nature des mots utilisés que par le sens qu’on leur donne. NE RENONCEZ PAS POUR LA CAUSE !

    Vous constaterez que malgré la difficulté vous comprenez le sens général, tout ou en partie, de ces textes, ensuite si le sujet vous intéresse, relisez et ce faisant vous comprendrez d’avantage de détails…etc.

    La sémantique générale est un mode de langage directement dépendant de la concession Non-aristotélicienne du langage, ce n’en est pas le contraire mais bien un ensemble qui englobe l’Aristotélisme. (Un peu comme la physique quantique englobe la physique newtonienne où l’algèbre le fait avec l’arithmétique) Elle part de 3 principes de bases :

    1. « La carte n’est pas le territoire et le mot n’est pas la chose »

    La pensée fonctionne selon au moins deux « mode » bien distinct, le conceptuel et le réel. Notre société depuis très longtemps utilise de préférence le mode conceptuel. (Bien que Korzybski n’aime pas le terme « concept » et préfère l’appeler la « formulation », je le conserverais moi ici pour plus de clarté et parce que cette science n’étant ni exacte ni morte je suis assez d’accord avec la critique qui est faite a ce propos dans cet article : http://perso.wanadoo.fr/midier/sg/)

    Comment les différenciés ?

    Grâce a un exemple : Le tableau de René Magritte : « La pipe » que signifie-t-il ?

    [IMG]

    Pour quoi l’artiste a-t-il peint en dessous de son ½uvre « ceci n’est pas une pipe » alors que manifestement si on la montre a 99% des gens en leur posant la question qu’est-ce que c’est ? Ils répondrons sans hésiter : Une Pipe !



    Et 99% des gens se tromperont ainsi faisant ! Car le peintre a raison, ce n’est pas une pipe… pourquoi ?
    C’est simple: qu’est-ce qui défini une pipe ? Le fait de la remplir de tabac, de la mettre en bouche et de la fumer, peut-t-on le faire avec l’½uvre du peintre ?
    Non ! Évidement et pourquoi ? Et bien parce que loin d’être une pipe ce n’est que la « représentation », la « formulation » d’une pipe, son image, son concept dans l’esprit de l’artiste qui l’a peint et auquel les esprits des spectateurs se conforment. Nommer cette peinture « une pipe » c’est donc utiliser un mode de pensée conceptuel, a l’inverse d’un mode de pensée « réel » qui a la même question aurait répondu : c’est l’image d’une pipe.

    Vous me direz : oui mais c’est stupide, on sait bien que c’est « l’image » d’une pipe et qu’on ne saurais pas la fumer… effectivement. Mais si on élargi de bcp l’application de la pensée conceptuelle on s’aperçois que son utilisation est présente a tout les niveaux.

    Exemple : L’Afrique, des gens meurent de faim par dizaines à la minute … que voila un horrible spectacle … sur l’écran d’une télévision. Vous savez que ce que vous voyez est le reflet de la réalité , cependant ce n’est pas tangible, vous n’en faites qu’une expérience visuelle, vous constatez les choses comme les a constatées celui qui a tourner ces images… comme le concept qu’il en a eu et la "transcription" qu’il en a fait … et rapidement ces images, uniquement visuelles, pour aussi horribles qu’elle soient ne resterons que des images , et lorsqu’on vous parlera de la faim dans les peuples du monde ce sont ces images qui dans votre esprit la représenterons pour aussi indolores qu’elle soient anesthésiant vos émotions … elles représenterons votre « concept » de la faim et de la douleur de ces peuples… indolore pour vous ! Eludant, diluant leur gravité … voila un des effets pervers que peut représenter ce mode de pensée. Korzybski l’a nommer « confusion des ordres d’abstractions »

    2. « LA carte n’est pas TOUT le territoire et le mot n’est pas TOUTE la chose »

    C'est-à-dire ici qu’aussi précise que l’ont puisse faire une description (une formulation, vous vous souvenez ?) jamais au grand jamais elle ne sera complète et ne pourra être considérée comme ce qu’elle décrit. De plus sa conforte au fait qu’il est complètement impossible, quelle que principe de formulation qu’on utilise (parole, dessin, photo ou spectrographe laser) d’atteindre la précision de l’objet réel avec un « concept ».

    3 « La carte contient le territoire et le langage est auto-reflexif »

    Ce qui signifie que chacun de nos concept et chacune de nos formulations nous pouvons les transmettre a d’autres mais qu’a chaque fois avant d’être assimilées ceux a qui nous les destinons percevrons nos concepts avec leurs propres valeurs et donc avec certaines imprécisions supplémentaires, de même elles subirons encore des modification lors de la transmission suivante et ainsi de suite. La seule manière de limiter cet effet étant la plus parfaite connaissance possible du « transmetteur » par celui qui « perçoit », meilleure sera cette connaissance de son passé de ses valeurs, moins grande sera la perte.
    De même je peux discourir a propos de la pipe, ou discourir a propos de mon discourt sur la pipe…etc. Un peu comme les poupées russes mais a l’envers.

    Voila pour les principes de bases, l’entièreté de cette science empirique est évidement bcp plus vaste je vais mettre ci-après quelques liens pour ceux que ça intéresse d’approfondir un peu (voir bcp ;) )

    http://www.esgs.org/fr/gshome.htm

    Maintenant toute cette théorie indigeste, a quoi sert-elle ? Que peut-on en retirer outre de mieux « percevoir » le monde qui nous entoure et l’exprimer, le « formuler » le plus justement possible ? (ce qui n’est déjà pas mal, convenez-en et si vous avez lu ce qui précède et que vous l’appliquez, vous avez déjà atteint ce stade , pas si dur finalement Mmmm ? )

    Il y a d’innombrables conséquences qu’un peu de réflexion et de lecture vous montrerons a cette forme de pensée, je ne vais m’attarder que sur une seule un peu plus loin mais je dois malgré tout également vous mettre en garde. La Sémantique générale est une science empirique et qui évolue avec le langage ses règles se modifie ou plutôt s’affine avec l’évolution de ceux-ci, il faut donc prendre, comprendre et appliquer ces préceptes dans le cadre habituel de l’existence sans qu’il soit rigide ou restrictif. Même des métaphores peuvent gagner en clarté et en précision grâce à cette technique.

    De même il faut faire très attention de ne pas confondre la Sémantique générale et la Dianétique élucubration de Ron Hubbard qui a détourné certain principe a sa façon et a base sa pseudoscience et les dogme de l’Eglise de scientologie (qui n’est qu’une misérable secte a éviter a tout prix) sur certaine analogies entre Dianétique et Sémantique générale.

    Cette tentative est minutieusement démontée ici : http://esgs.free.fr/fr/art/jk8.htm avec brio dont je vous conseil de lire surtout le petit tableau récapitulatif a la fin.

    Personnellement je vais moi vous parler encore d’un autre aspect de la philosophie Non-A qui a trait a l’économie et par extension a la politique. Pour ce faire je citerais l’explication faite sur ce site : http://www.geocities.com/Athens/Crete/9445/gsmoneyfrench5.html que je trouve assez simple et compréhensible même si de mon point de vue elle ne va pas assez loin sans doute par soucis de ne pas se montrer subversive vis-à-vis du système que nous connaissons actuellement.


    On pourra donc comprendre que notre système social et politique actuel vas assurément a sa perte et que seule l’application de la théorie humaine du Non-A offre un réel changement et un avenir ouvert au lieu de ce tunnel infernal et rétrécissant que nous connaissons actuellement (tu vois Havane a quel est mon orientation politique toi qui te posait un jour cette question)

    Je terminerais par ce petit texte qui m’a énormément plu, j’en remercie d’ailleurs Elkillah le Kinf de me l’avoir fait découvrir réçement dans un de ses posts.

    Voila, je remercie ceux qui seront parvenus jusqu'ici et j'espere que j'aurais au moins pu leur faire decouvrir quelquechose.

    Zaene.
    Zaene, 2 Juin 2006
    #1
  2. Offline
    Froggy fake geek
    dommage que les réactions a ce sujet aient été perdues :-s

    les revera t on un jour ou plus du tou :?:
    Froggy, 7 Juin 2006
    #2
  3. Offline
    Z666 ex membre
    J'essayerai de les recupérer, disont que ce n'est pas une priorité actuellement, le primordial etait de le conserver.

    Maintenant rien n'empeche de continuer a y reagir ou a me questionner :=)
    Z666, 7 Juin 2006
    #3
  4. Offline
    C@n Elite
    Un thread à ne pas perdre, c'est bien de l'avoir récupérer, d'ailleurs les réactions moi je m'en passerais bien.

    si je me rappelle bien j'avais eu une réaction plutot méfiante à ce sujet. :-D :oops:
    C@n, 7 Juin 2006
    #4
  5. Offline
    prived ex membre
    waaw =O
    prived, 7 Juin 2006
    #5
  6. Offline
    Zloupy *
    j me permets un up,
    Zloupy, 29 Juin 2006
    #6
  7. Offline
    OmbreNoire Superman
    Juste un petit conseil : remplace "phylo" par "philo" au début du post car ça décrédibilise un peu le reste même si je n'ai pas encore lu (mais je promets de m'y atteler ;))
    OmbreNoire, 29 Juin 2006
    #7
  8. Offline
    OmbreNoire Superman
    Pas la peine de me mettre des points de réputation négative parce que je me permets d' émettre une petite remarque concernant une faute d'orthographe !! Que mon post soit deleté après correction de ladite erreur, passe encore, mes je ne vois pas pourquoi ces points négatifs (je suis beau maintenant avec ma crotte ;) ).

    Ma remarque n'avait d'ailleurs rien de désobligeant !!!

    EDIT : ohhhh, mon petit coeur est revenu :p
    OmbreNoire, 30 Juin 2006
    #8
Statut de la discussion:
Fermée.