J'attends de meilleurs jours

Discussion dans 'Santé' créé par Carambar, 26 Juillet 2005.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Carambar He once forgot how to cry
    Voici un petit texte inspiré de ma situation personelle. Ne le prenais pas trop au sérieux car je voulais surtout exprimer le côté émotionnel des choses. Vos commentaires sont les bienvenus.

    ___

    Depuis que je suis petit, j'ai pris le réflexe de me priver en attendant que les choses aillent mieux. Je ne vais pas raconter mon parcours car on pourrais facilement en faire un livre, mais à un certain moment de la vie je me suis dis que j'allais avoir vingt-cinq ans ans en l'an deux mille et que c'est à ce moment là que les choses iront mieux.

    Ce moment là est passé et cela me détruis à petit feu. Je n'ai rien fais de ma vie et il n'y a aucune chance qui se présente. Je suis du signe du Lion et je me sens comme enfermé dans une cage, tournoyant en rond. Ce mois d'Août, je vais avoir trente ans et, contrairement à ce cher Lance Armstrong, je ne suis arrivé nul part dans ma vie.

    Cet anniverssaire va être un moment difficile à passer. Moi qui me voyais déjà gagner ma vie et avoir trouvé une âme soeur, je me sens déçu de moi même et de monde qui m'entoure. Tout ce que je fais pour l'instant c'est vivre au crochets de la société. Je suis un simple parasite, un gaspillage complet de ce qu'on peut appellé un être humain. Je sert à rien et ca fais très mal quand j'y pense.

    Et puis, même si je commencais à m'en sortir maintenant, je devrais m'attarder à ces blessures que m'ont infligé mon passé, aussi bien au corps qu'à l'esprit. Car, avec le temps et la souffrance, le plaisir et le bien être est devenu si difficile à atteindre. Et je suis au dela du point où la tendresse, une oreille attentive ou un médicament peuvent changer quoi que ce soit. La question qui me hante c'est de savoir s'il est possible de revenir en arrière.

    Là dessus, je me rends compte que j'ai recontré des personnes qui ont faits un mauvais choix pour moi. De quel droit ont ils fait ca ? Qu'est-ce qui pousse un être humain à agir de la sorte ? Cela me mène à penser que le mal existe sous une forme ou l'autre. Si seulement tout le monde comprenais qu'il faut s'aider entre nous pour que ce monde soit un endroit agréable pour tous. Mais non, le monde s'enfonce à grande vitesse dans le monde de l'argent où le gain ne se produit plus mais se fait au dépends d'autrui.

    A vrai dire, cela fais un moment que je mène une existence usurpée, que je n'ai rien à faire dans ce monde. Je dirais même que je suis né à la mauvaise époque et aurait préféré une époque où l'on se battais au sabre ou un âge d'or qui viendras peut être d'ici cinquante ou cents ans avec l'utilisation à grande échelle de la fusion nucléaire. Si je n'ai pas réussi dans la vie, tout ce que l'avenir me réserve ce serais une existence médiocre et sans intérêt. Moi qui pensais laisser une trace. Récemment, j'ai hurlé à ma mère, "La vie ne vaut pas la peine d'être vécu" et c'est cette même phrase que j'ai retrouvé en lisant 'Les chemins de traverse' de Nicolas Hulot. Malgré que ce livre soit positif, cette coincidence me fais réflêchir. Hulot nous y apprends qu'on dois y affronter ses peurs mais ma peur c'est que je ne puisse pas retrouver ma sensibilité d'antan.

    Aussi, si cette impréssion est pénible est l'est d'autant plus que je dois supporter un rayonnement de douleur qui brûle en bas de mon dos et qui descends parfois ma jambe droite comme un mince tuyau d'arrosage. C'est une chose que je dois endurer jour après jour et sans répit. Il s'agit là d'une relique d'un accident que j'ai subi en voulant faire plaisir à une personne qui n'obtiens jamais de satisfaction. Oui, j'ai montré ma bonne volonté à de nombreuses reprises mais j'en ai parfois tiré des séquelles; tout comme maintenant alors que je sombre dans la déprime en attendant une assistance pour que je ne me retrouves pas à la rue.

    Je voudrais me battre, je voudrais sortir de cette torpeur du quotidien qui m'envahit. Je me considère comme un être fort. Seulement, face à la masse je ne suis rien et personne ne comprendras la peine et les éfforts que j'ai du donnés pour être là aujourd'hui. Oui, je suis certain que, malgré mes échecs passés, j'ai donné des éfforts que personne ne pourrais soupçonner. Dois-je m'en vouloir pour avoir laissé tombé les bras face à une peine trop lourde ? Et je me retrouves souvent dans une situation ou un interlocuteur me considère comme un moins que rien parceque je n'ai pas atteints mes objectifs. C'est là que pensées s'embrouillent et que je ressens la violence.

    Cet été, je vais écrire des lettres à plusieurs personnes de notre gouvernement car je ne vois pas de porte de sortie. Le prochain cap seras les 35 ans. Si je n'arrives à rien à ce moment là, je pense que je ne le supporterais pas car, plus les jours passent, moins je me sens humain. Le jour où je ne supporterais plus les choses, je vais soit adopter une attitude criminelle envers nos institutions, soit en finir avec ma vie, non comme un appel à l'aide mais pour conserver une certaine dignité et manifester mon désaccord avec ce monde impitoyable. Nombreux serons ceux qui décriraient un tel acte comme un signe de lacheté mais vous n'êtes pas à ma place à subir ce que je subit. Aussi, nous sommes bien dans un pays où l'on cultive l'absurde. La mort n'est elle pas la chose la plus absurde que vous connaissez ?

    Ai-je tort de penser ainsi ? On me parle de génération sacrifiée dont je fais partie. Mais pour quoi et pour qui ? Qu'au moins je le sâche pour que je puisse décider si cela est juste. Il y a tant de gens qui pleurent l'avenir qu'ils n'auront jamais et je suis de l'avis que les choses ne peuvent pas continuer ainsi. Chaque jeune personne devrais avoir droit à une place pour qu'il puisse s'épanouir. On parle de crise économique mais cette crise semble vouloir s'éterniser. Et puis, c'est quand même nous, les 18-35 ans, qui devrons supporter le poids de la société de demain. Parmi ceux qui n'ont pas trouvé une place, on retrouve des intéllectuels qui ont un savoir qui leur permettrais de trouver leur place ailleurs. Toute cette masse ne peut rester endormie ainsi. Malgré cela, on reste un peu comme des lapins au milieu de la route, hypnotisé par les feux d'une voiture en approche.

    La grande question que je pose c'est, pourquoi personne ne réagit ?
    Carambar, 26 Juillet 2005
    #1
  2. Offline
    Dolce *
    Je peux te poser quelques questions ?

    1 ) Tu sors des fois de temp en temp de ton domicile ?

    2 ) Tu fréquentes des gens de l extérieur ?

    3 ) Parceque tu as pas de boulot tu vas te ruiner la vie ? :?

    4 ) Tu fais du sport ?

    De betes questions qui ont leurs importance :)

    Du moment que toi tu consideres que tu la bien fais ou est le probleme ? Tu manques pas simplement de confiance en toi ?
    Dolce, 26 Juillet 2005
    #2
  3. Offline
    Carambar He once forgot how to cry
    Je réponds avec plaisir :) .

    1 ) Tu sors des fois de temp en temp de ton domicile ?

    Oui, quand j'en ai les moyens (car qui dis sortir, dis consommation d'alcool en quantité et autre). Pour mettre les choses en perspective, j'ai environ 80 euros sur mon compte et je ne sais quand je vais toucher quoi que soit. Je vais avoir tout juste pour faire des courses aujourd'hui tout en gardant quelque chose de côté pour les imprévus.

    Par exemple, j'aurais bien voulu aller à la Gamez day cette année, mais une fois de plus, ma situation mets les freins. J'ai aussi été invité pour une sortie avec des personnes avec qui j'ai fais une formation. J'ai répondu que je peut rien faire pour l'instant et que je donnerais des nouvelles si ma situation s'arrange (elle le devrais, mais on sais jamais). Il y a aussi un visu qui va se faire sur adsl-bc.org.

    Comme d'hab. je suis en train de me priver.

    2 ) Tu fréquentes des gens de l extérieur ?

    Oui, quand j'en ai l'occasion et je ne dois pas me soucier de la recherche emploi ou les tracas administratifs comme c'est le cas maintenant. J'ai conservé des contactes avec de bons amis mais ceux qui travaillent sont devenus distants et on dirais qu'ils sont même gênés (une raison de plus pour trouver une place). Ce qui me branche c'est d'aller au café du théâtre à La Louvière et discuter avec les comédiens et autres. Il y a mieux mais chacun dans son milieu social comme on dis.

    3 ) Parceque tu as pas de boulot tu vas te ruiner la vie ? :?

    Tournons les choses autrement : je n'ai pas de vie parceque j'ai pas de boulot, de revenu et de quoi m'épanouir pleinement. Et je voudrais sortir de mon état actuel. Disons que "psychologiquement", je n'éprouves rien lorsque j'apprends le décès d'un proche ou une quelconque horreur au JT. Je vais sans doute te choquer en disant ca mais le tsunami et les attentats de londres, ca me fais rien. C'est pas que je m'en fiche mais cela ne me choque pas. Je pourrais même manipuler un cadavre ou jongler avec les boyaux d'une dépouille sans ressentir le moindre dégout. Ce n'est pas des choses qui me tentent, je te rassure, et j'ai pas envie d'être comme ca mais ca t'expliques ce qu'est devenu ma perception des choses avec le temps.

    J'ai consulté divers professionnels et aucun des traitements ne semble avoir eu éffet (consultation, thérapie, médicaments). J'ai besoin de quelqu'un qui sais exactement ce que j'endure et comment me sortir de là, pas un spéologue amateur de l'esprit de mes fesses qui invente des idées au fur et à mesure pour me rassurer et soutirer du fric. Pour ca, pas de secrets, faut les moyens.

    Aussi, quand un jeune homme se présente à sa belle famille, il dit quelque chose du genre, 'Je suis ingénieur'. Moi je suis simple chômeur, même pas vu que je n'ai pas droit à des allocations. Et comme tout le monde le sais, le role de chômeur n'est pas très gratifiant.

    4 ) Tu fais du sport ?

    Non. J'ai contemplé apprendre un art martial. Toutefois, j'ai attrapé mal à la jambe gauche en faisant un sprint pour arriver à l'heure et j'ai pensé que c'étais une déchirure. En insistant auprès de mon médecin, j'ai appris que j'avais deux hernies discales, l'une assez étendue à la base du dos et une plus petite près de la nuque. Lorsque je suis mobile, je ne sens rien mais ca impose beaucoup de stress à mon système nerveux et ca me fais même souffrir quand je dois aller au petit coin. D'ailleurs, c'est peut être la douleur qui me rends insensible comme je l'ai expliqué dans ma réponse précédente.

    En plus, il y a le cartilage de l'hernie du haut de la colonne qui commence à se déteriorer (ca fais d'ailleurs comme des "bulles" qui remontent quand je me léve le matin). Techniquement, on m'as dis que j'étais handicapé à 20% mais je n'hésite pas à soulever des charges lourdes.

    Pour ces raisons, j'hésite de pratiquer un sport que j'aimerais bien. Je me limite à de la marche, de l'exercice chez moi ou parfois du jogging mais ce problème de disque m'inquiète.

    C'est une excellente question... Disons que malgré mes éfforts je suis arrivé nul part. Mes études secondaires se sont éternisées, j'ai intérrompu un graduat en informatique et ca fais environ trois ans que je suis au chômage. Et je sais que, dans des bonnes circonstances, j'aurais pu faire des études universitaires. Mais j'ai accumulé trop de défauts: je mémorise mal et je n'arrives plus à étudier correctement, tellement cette expérience avec les études m'as touché.

    Tout cela est signe d'échecs répetées, ce qui m'as valu d'ailleurs d'être rejeté comme candidat pour une formation MCSE près de Charleroi. Alors, si je suis refoulé d'une formation, quels sont mes chances dans le monde de l'emploi ? L'échec est un cercle vicieux qui commence déjà à l'école.

    Quant à la confiance que je porte en ma propre personne, je suis quelqu'un d'assez réaliste et pragmatique. Je sais ce dont je suis capable ou pas.
    Carambar, 26 Juillet 2005
    #3
  4. Offline
    Carambar He once forgot how to cry
    J'ajoutes ceci :

    J'ai un ami qui est gradué en Informatique Industrielle. Il est parfaitement compétent mais il est actuellement au chômage tout comme moi. Il a quand même eu quelques mois d'expérience avec Alstom mais il semblerais qu'il n'y a aucune demande pour quelqu'un avec ses qualifications sur le Hainaut. Aussi, il dois se sévrer d'un médicament pour traiter la douleur, ce qui ne facilite pas les choses.

    Il y a une chose qui m'as heurté un peu. En discutant comme ca, je disais que notre génération était sacrifiée, répetant comme un pérroquet une chose que j'ai entendu à mon syndicat et qui sous entends peut être qu'il y avais tout une série de changements en cours dont on étais pas sur de l'issu et qui nous affectent direcement. Après avoir dis cette phrase et quitté son appartemment, je pense qu'il s'est mis à pleurer. C'est un bon ami à moi et peut être que je devrais faire un éffort pour être moins cru dans mes propos.

    Sur ce, je pense que nos dirigeants ne soupconnent même pas la détresse sociale que peut imposer la situation de chômage. Il y en a qui prennent ca de manière positive mais il y en a d'autres, comme moi, qui retiennent leur souffle en attendant un semblant de situation.
    Carambar, 26 Juillet 2005
    #4
  5. Offline
    Dieu Bisounours a.k.a FFS
    Dîtes,j'avais écris un énorme message en réponse au post initial mais j'ai fais une mauvais manipulation et il s'est effacé!Il n'y a pas moyen de le ravoir???(Au pire,je le rajoute sur msn pour lui réécrire le tout) :)
    Dieu Bisounours, 26 Juillet 2005
    #5
  6. Offline
    Dolce *
    Ouai la je crois que tu devrais aller voir un spécialiste ( medecin , ..... )

    Tu as une copine ?

    Ps : Dommage pour le sport . :cry:
    Dolce, 26 Juillet 2005
    #6
  7. Offline
    Carambar He once forgot how to cry
    Non. J'explique ca en "oblique". L'une des raisons pour laquelle j'ai déménagé de chez mes parents, ce n'étais pas pour l'indépendance mais pour conserver des allocations. Mais avec ce changement, je me suis rendu compte que c'étais une bonne chose aussi parceque je devenais violent :/ .

    Et puis, je l'avoue, ca me gêne énormément d'être sans emploi. Ca me fais un peu honte.
    Carambar, 26 Juillet 2005
    #7
  8. Offline
    GUMBAL 1337
    GUMBAL, 26 Juillet 2005
    #8
  9. Offline
    [ Merry ] ex membre
    Moi je ne comprend pas un truc je ne sais pas si j'ai mal suivi ton histoire mais bon ,je ne comprend pas comment ca se fait que tu ne trouves pas de boulot , tu as quand meme fait assez bien d'études ,tu aurais pu étudier a l'université... Enfin je paries qu'il y a plein de gens qui n'ont meme pas fait le quart de ce que tu as fait et ils ont bien trouvé un boulot , et pourquoi pas toi?
    Et comme le dit Jar Jar :
    'La vie que tu mène pour l'instant c'est toi qu'il l'as choissi, surement incconciament, donc tu peut t'en sortir si tu le veux!'
    Moi je te dirais plus ou moins la meme chose que lui, et si tu n'arrives pas a t'en sortir seul consulte un specialiste ou quoi, il t'aidra surement...Enfin de mon point de vue je ne peut t'en dire plus , vu que je n'ai jamais 'vraiment ' été confronté au monde de l'emplois...
    Puis je peut te poser une question...
    tu cherches un emplois dans quel domaine?
    [ Merry ], 28 Juillet 2005
    #9
Statut de la discussion:
Fermée.