Leterme insulte les francophones dans "Libé"

Discussion dans 'Actualité' créé par Ochinko, 18 Août 2006.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Ochinko Jedi
    C'est pas spécialement mon genre, mais j'avoue que là le ministre président flamand, Yves Leterme (CD&V) a réussi à me foutre les boules. Voici une copie de l'article paru sur le site web du journal Le Soir :

    [gv3box=Article paru sur le site du quotidien "Le Soir"]

    Leterme se lâche dans Libération


    Rédaction en ligne
    vendredi 18 août 2006, 07:30

    [IMG]

    Dans une interview à "Libération", le ministre-président flamand Yves Leterme déclare que les francophones des communes à facilités ne sont pas en état intellectuel d'apprendre le néerlandais. Elio Di Rupo estime qu'il s'agit peut-être d'une mauvaise traduction. Ecolo, le CDH et le MR s'insurgent.


    Dans une entrevue publiée jeudi à Paris par le quotidien français "Libération", M. Leterme précise aussi n'être pas séparatiste par principe, même si la Flandre pourrait se débrouiller seule. Il réitère des prises de position communautaires connues: pas question de modifier la frontière linguistique, nécessité de nouveaux transferts de compétences vers les Régions, etc...

    Pour M. Leterme, qui reconnaît qu'il y a 70 à 80% de francophones dans les communes flamandes à facilités, l'usage du français y est toléré et l'idée de départ était que beaucoup d'entre eux allaient s'adapter à la nouvelle réalité linguistique. "Mais apparemment les francophones ne sont pas en état intellectuel d'apprendre le néerlandais, d'où la prolongation de ce statut d'exception."

    S'expliquant plus avant sur les antennes de la radio-télévision commerciale flamande VTM, M. Leterme a précisé que cela dénote soit "de la mauvaise volonté", soit "un manque de connaissance et de clairvoyance". Il n'est pas question de toucher à la frontière linguistique: "si on le fait, je remettrais aussitôt en cause la parité entre francophones et néerlandophones au sein du gouvernement fédéral", dit-il encore à Libération.

    Evoquant l'impossibilité de créer un Etat belge bilingue, il souligne "les difficultés des leaders politiques francophones, et même du roi de ce pays, à parler couramment le néerlandais" et estime qu'il n'existe pas de volonté, du côté francophone, de créer un espace bilingue.

    Le roi, les Diables rouges, les bières comme ciment national

    "Le roi, l'équipe de foot, certaines bières..." constituent aux yeux du ministre-président flamand ce qui reste en commun aux francophones et aux néerlandophones en Belgique. Mais il estime que cela n'est pas dramatique, la Belgique n'étant pas une valeur en soi mais "des institutions au service d'une population". Si ces institutions n'évoluent pas pour s'adapter aux désirs des citoyens, ce pays n'a pas d'avenir, dit-il encore.

    Rappelant que son parti ne participera pas à un gouvernement après les élections s'il n'y a pas de nouveaux transferts de compétences, Yves Leterme précise que la nécessité d'avoir un gouvernement fédéral passe au second plan par rapport aux intérêts de la Flandre et juge que la Belgique "est née d'un accident de l'histoire".

    S'il est d'avis qu'une Flandre indépendante changerait peu de choses à la réalité politique du pays, il ajoute toutefois n'être pas séparatiste par principe. Certaines choses peuvent encore être faites en commun, comme la solidarité interpersonnelle pour les retraites et les malades, dit-il, ajoutant encore que "pour divorcer, il faut être deux".

    Cette entrevue complète un article intitulé "Babel(ge)" que le quotidien français consacre à l'évolution de la question linguistique en Belgique.

    "Des propos insultants", selon Di Rupo

    Pour le président du PS Elio Di Rupo, les propos du ministre-président flamand Yves Leterme concernant les francophones des communes à facilités sont insultants et doivent découler d'une erreur de traduction ou d'une mauvaise utilisation de la langue française. Il souligne en outre que la frontière linguistique est indissociable de la garantie de facilités pour les francophones et prévient que si la parité linguistique au sein du gouvernement fédéral n'était pas maintenue, les francophones exigeraient l'alternance du rôle linguistique du premier ministre fédéral et une composition du gouvernement bruxellois proportionnelle au rôle linguistique des habitants de cette Région.

    Réagissant aux propos tenus par M. Leterme dans le quotidien français "Libération", M. Di Rupo dit ne pouvoir croire "que son collègue ministre-président d'une région de qualité qu'est la Flandre puisse tenir des propos insultants à l'égard de francophones". Dans tous les cas, les Belges, germanophones et francophones de Bruxelles, de Wallonie ou des communes à facilités, sont des gens de qualité qui méritent le respect, souligne-t-il.

    Le président du PS tient aussi à mettre les points sur les "i" quant au au fond des propos tenus par M. Leterme. Il souligne ainsi que la frontière linguistique a été artificiellement tracée sur base des rapports de force politique, sans se soucier de la volonté d'appartenance de la population. Cette frontière va de pair et est indissociable de la garantie des facilités pour les francophones des communes à facilités. Remettre en cause ces facilités signifie automatiquement remettre en cause la frontière linguistique notamment par l'élargissement de la Région de Bruxelles-Capitale, ajoute le président socialiste. Celui-ci juge incompréhensible la menace d'Yves Leterme de ne pas maintenir la parité linguistique des ministres au sein du gouvernement fédéral. Pour Elio Di Rupo, il est évident qu'une telle hypothèse, que le PS ne souhaite pas, entraînerait de la part des francophones deux exigences: l'alternance du rôle linguistique du premier ministre fédéral tous les 4 ans et un gouvernement bruxellois composé à la proportionnelle du rôle linguistique de ses habitants, à savoir 90% de francophones et 10% de néerlandophones.

    Le président du PS rappelle encore que Bruxelles est et restera une Région très majoritairement francophone. La Wallonie sera toujours solidaire de Bruxelles. Le PS considère que la défense des francophones de Bruxelles et des communes à facilités est une priorité politique et humaine, avertit encore Elio di Rupo.

    (D'après Belga)




    Ecolo, le CDH et le MR s'insurgent

    La secrétaire fédérale d'Ecolo, Isabelle Durant, est surprise par la virulence des déclarations d'Yves Leterme à propos des Francophones de la périphérie et de l'avenir de la Belgique. Selon elle, sur ce point, le ministre-président flamand ne se distingue guère plus du Vlaams Belang.

    Je suis surpise de la virulence de ces propos. A peine rentré de vacances, M. Leterme déterre la hache de guerre, a-t-elle souligné. La secrétaire fédérale décèle tout de même un point positif dans l'entretien accordé par le ministre-président au quotidien "Libération". Il admet enfin que 70 à 80% des habitants de la périphérie bruxelloise sont des Francophones. C'est intéressant mais je pense que ces 70 à 80% méritent le respect et non le mépris, a-t-elle expliqué.

    Les propos de M. Leterme méritent aussi d'être analysés dans une perspective politique plus large, estime-t-elle. Je ne vois plus de différence entre ces propos et ceux du Vlaams Belang sur ce point. Le CD&V est devenu un facteur de déstabilisation de la Belgique. Cela mérite réflexion, a-t-elle dit. Mme Durant s'étonne enfin de la précocité de cette intervention. Il vient déjà le 18 août pour préparer les discussions de 2007, a-t-elle conclu.

    Leterme a besoin de vacances

    De son côté, le CDH aurait apprécié que le ministre-président flamand Yves Leterme, s'exprimant de surcroît devant une opinion publique étrangère, s'abstienne de critiquer le roi, ses collègues francophones et une partie des habitants francophones de son pays, les faisant passer pour des inadaptés intellectuels.

    Le parti des Humanistes ajoute qu'il n'apprécie pas plus la désinvolture affichée à l'égard de son pays et du gouvernement fédéral dont il ravale l'existence au second plan par rapport aux intérêts de la Flandre.

    Dans un communiqué, le CDH regrette l'attitude du ministre président flamand et ajoute qu'il préfère, quant à lui, défendre l'image de son pays et de tous ses habitants à l'étranger, faire fonctionner ses institutions et prôner des échanges respectueux entre les francophones et les flamands, qui tiennent compte des spécificités et des valeurs de chacun.

    C'est cela qui hier et aujourd'hui a construit la Belgique qui contrairement à ce que pense le ministre-président flamand, n'est pas un accident de l'Histoire. Et c'est cela qui aujourd'hui et demain construira l'Europe dont l'avenir fédéral, à suivre la logique de M. Leterme, n'aurait donc aucun sens, dit encore le cdH.

    Quant aux "désirs des citoyens", tous les sondages confirment la volonté manifeste des Belges de garder un Etat uni et non d'exacerber les identités, précise encore le CDH qui ironise en conclusion qu'il souhaite à Yves Leterme de passer une très bonne fin de vacances, ce dont il a visiblement encore un peu besoin.

    Comment encore s'occuper du Fédéral?

    Enfin, le président et vice-premier ministre MR, Didier Reynders, se demande comment les sociaux-chrétiens flamands peuvent encore avoir l'ambition de participer à la gestion du gouvernement fédéral après les propos à ce point dénigrants pour les institutions du pays, le roi et la Belgique en général tenus par un de leurs responsables.

    Il qualifie les propos d'Yves Leterme d'injurieux et ajoute qu'il ne répondra pas sur le même ton. Pour M. Reynders, il est totalement déplacé de critiquer son pays à l'étranger.

    On s'attend à autre chose de la part d'un dirigeant politique, a-t-il commenté. Pour lui, les propos de M. Leterme à l'égard des francophones sont injurieux. On ne peut pas qualifier autrement les propos de M. Leterme qui traitent les francophones d'handicapés intellectuels. Même si sa remarque est localisée -il parle des francophones de la périphérie- elle est inadmissible, a ajouté M. Reynders.

    Dans mon parti en tout cas, tous les responsables politiques qui s'occupent du niveau fédéral comprennent et connaissent le néerlandais, a-t-il encore souligné, citant Louis Michel, Armand De Decker et lui-même. Je connais trop bien Yves Lerterme pour croire que ces propos peuvent être attribués à sa méconnaissance du français. Après ce qu'il a dit, je suppose qu'il continuera encore longtemps à s'occuper des affaires flamandes.

    Et M. Reynders de conclure que rien n'a changé depuis l'attitude d'un prédécesseur de M. Leterme à la tête de la Flandre, Luc Van den Brande, qui lançait un coq en caoutchouc à son chien pour jouer.

    (D'après Belga)
    [/gv3box]


    Que vous inspirent ces déclaration ? Etes vous pour ou contre une séparation de la Belgique ? N'en avez vous pas assez de ces querelles communautaires ?


    Bien évidemment, comme il s'agit d'un sujet "chaud", une certaine retenue vous est demandée pour éviter que le topic parte en sucette :dead:
    Ochinko, 18 Août 2006
    #1
  2. Offline
    Ochinko Jedi
    Je précise, si jamais vous êtes non-Belge, évitez de répondre au sondage pour ne pas influencer sur les résultats de celui-ci ;)
    Ochinko, 18 Août 2006
    #2
  3. Offline
    Anax] Touriste
    Encore une fois, on s'approche des élections... Beaucoup de foin pour pas grand chose. Ce que Leterme a dit, d'autre l'ont dit avant lui, souvent, plus virulemment parfois, et pas toujours des extrêmes. Maintenant, qu'on ai transformé ses propos ou pas, ça reste de la gonflette médiatique.
    Anax], 18 Août 2006
    #3
  4. Offline
    Gatchan77 Met Romana op de scooter
    Moi j'y tiens à ma petite Belgique !!
    Gatchan77, 18 Août 2006
    #4
  5. Offline
    Ochinko Jedi
    Oui et non, les élections sont quand même dans un an, l'interview est publiée dans un journal étranger et le ministre-président flamand se demande si les francophones ne sont pas des retardés ... C'est quand même pas mal d'un seul coup :pfiou:
    Ochinko, 18 Août 2006
    #5
  6. Offline
    Fleur de Lotus Nạk citwithyā
    j'y tiens!!!:[]
    Fleur de Lotus, 18 Août 2006
    #6
  7. Offline
    Anax] Touriste
    Il fait juste de la pub pour son parti, il parle au nom du CD&V et les communales, c'est le 8 octobre.

    En fait, ce qui m'a fait le plus réagir, c'est pas les propos de Leterme (comme je l'ai dis plus haut, c'est pas récent comme propos) mais la réponse des partis, et nottement de ce clète d'Olivier Maingain du fdf qui n'a encore rien compris à l'affaire, répondant par "oui, mais nous francophones, nous avons des droits ! on ne se laissera pas faire..." et blablabla infirmant les propos de Leterme.... Heureusement que Isabelle Durant a relevé la sauce en fin de reportage.
    Anax], 18 Août 2006
    #7
  8. Offline
    iaume gorillarts.com
    Moi j'y tiens ... Et je me batterai pour elle si il le faut ! :love:
    iaume, 18 Août 2006
    #8
  9. Offline
    Ochinko Jedi
    Tiens, Fleur, justement, toi qui est néerlandophone, habitant dans une commune à facilité, parlant français ... Qu'est-ce que t'inspirent toutes ces tensions communaitaires ? Est-ce une lubie des politiciens ou existe-t'il vraiment une grosse tendance séparatiste parmi la population du nord du pays ?
    Ochinko, 18 Août 2006
    #9
  10. Online
    useless # supersonic !!!
    Que ce soit par rapport à la Flandre ou à la Wallonie, je pense que beaucoup de gens, et certains politiciens en tête, n'imaginent pas ce que cela implique. En cours de droit, notre prof nous expliquais qu'au rythme où ça va il y a de fortes"chances" pour qu'on arrive à un confédéralisme et non pas une séparation pur et simple comme beaucoup l'imagine. On aurait donc 2 Etats au sein d'un même pays avec comme capitale, à par entère de l'Europe, Bruxelles.

    Ce système ne me conviendrais pas, la Belgique a toujours été un pays basé sur le compromis c'est ce qui fait sa différence par rapport à beaucoup d'autres pays Européens. Le fait que finalement, on contente beaucoup plus de monde par ce biais. Je n'ai aucune envie de me retrouver ratacher à la France, pays qui dans certains domaines à des dizaines d'années de retard sur nous. Le séparatisme, véritable cheval de batailles de la région flamande, ne se basent, la plupart du temps que sur des querelles communautaires réduite à des broutilles. Mais malgré tout, il faut avouer que la monté d'un nationalisme flamand avec le Vlaams Belang qui caracole en tête des sondages à de quoi inquité.

    Enfin bref, pour ma part non au séparatisme, et peut importe ce que pense Leterme, il y a bien plus que la bière, le foot et le Roi, pour faire tenir ce pays. :pfrt:
    useless #, 18 Août 2006
    #10
  11. Offline
    Ochinko Jedi
    Oui mais Maingain, si il avait inventé la poudre, ca ferait longtemps qu'on le saurait :-D
    Ochinko, 18 Août 2006
    #11
  12. Offline
    Nain[silly] SoRrY iM jUsT a SiLlY bOy
    Je préfère être belge et wallon débil qu'un français de seconde zone...
    Nain[silly], 18 Août 2006
    #12
  13. Offline
    C@n Elite
    J'avoue que moi je n'aurais pas relever, si un flamand se dit qu'on est pas en état d'apprendre le néerlandais c'est qu'il a peut-être voulu dire que contre toute attente, aucun francophone ne s'est reconverti en néerlandophone dans les communes à facilité, pas étonnant si ils sont 70 à 80%... et après ca on trouve normal que l'administration et le reste soit en néerlandais?

    Note que si c'est une proposition de participation sans condition au budget des écoles secondaire et primaire, c'est la bienvenue... n'est ce pas? :-D
    C@n, 18 Août 2006
    #13
  14. Offline
    Anax] Touriste
    Ce commentaire est d'une utilé inquiétante.
    Anax], 18 Août 2006
    #14
  15. Offline
    Havane Funky fresh Masta
    Moi ce qui me hérisse les poils c'est la facon dont ils considèrent les facilités... Comme l'ont bien dit les leaders francophones, les facilités et la frontière linguistique vont de pair et sont TOUTE LES DEUX betonnées dans la constitution... A ecouter les flamands, les facilités ne seraient qu'un avantage grâcieusement offert aux petits francophones bas de plafond pour qu'ils aient le temps d'apprendre le néérlandais.
    Que je sache, l'unilinguisme des régions ne vaut que pour els actes officiels et l'imposer aux personnes physique ne serait rien de plus qu'un déni de démocratie.

    En même temps, ca me désole mais ne m'étonne qu'à moitié dans la mesure ou cela fait qq temps maintenant qu'on sait que le CD&V en perte de vitesse depuis des années fait de l'oeil aux electeurs du blok et si le cordon sanitaire devait être brisé, c'est probablement de cette formation que viendrait la catastrophe.
    Havane, 18 Août 2006
    #15
  16. Offline
    [Gooniesbr@D] Come on Sporting
    j'espere juste que après les législative de juin 2007 un front franchophone sera bien là pour contrer toutes les revendications flamande et que personne ne cédera à un quelconque marchandage ... la Belgique n'est pas à vendre .

    ce sentiment de supériorité flamand m'enerve au plus haut point et je suis bruxellois pas wallons donc les deux langues se cotoie chez moi et ne me pose aucun problème et je tient à dire que les flamands bruxellois que je connais ne supporte pas non plus
    se discourt haineux :mad:
    [Gooniesbr@D], 18 Août 2006
    #16
  17. Offline
    Blister Touriste
    Sa fait des années que sa dure et c'est pas pret d'être fini...
    Blister, 18 Août 2006
    #17
  18. Offline
    Ochinko Jedi
    Est-ce une raison pour s'en accomoder ?
    Ochinko, 18 Août 2006
    #18
  19. Offline
    Nain[silly] SoRrY iM jUsT a SiLlY bOy
    Pourquoi? Parce qu'il résume bcp de choses?


    Les flamands n'ont pas tord de vouloir la séparation. Egoïstement parlant, ils ont tout interret économique à le faire à plusieur niveau. Et il faut l'avouer, on profite beaucoup plus du système ici en Walonnie qu'en Flandre. La mentalité est différente, ne pas s'en convaincre serait manqué d'objectivité.

    Maintenant quand il parle d'une entité flandre, belgique nait par une erreur.. Ca me fait doucement sourir...

    Surtout quand on regarde les origines de la flandre. Leur fameuse fête et le lion de flandre ne concerne en fait géographiquement pas fort les flamands. Et qui, si je me trompe pas n'était qu'une province de la France.


    Quand le jour viendra (oui ca vient plus vite qu'on ne le pense) ou Bruxelles n'arrivera plus à garder la Belgique intacte, la seule solution possible pour la Wallonie sera un rattachement à la France. Mais vous verrez que les Wallons ne seront pas mieux jugé en tant que Français que ce qu'il l'était en étant belge.
    Nain[silly], 18 Août 2006
    #19
  20. Offline
    Anax] Touriste
    ahah tu parles comme un vieux du FDF, qu'est ce que la France en a à foutre de la Wallonie ? Et contrairement à ce que tu dis, la Flandre seul ne peut tenir économiquement, à l'instar de la Wallonie.
    Anax], 18 Août 2006
    #20
Statut de la discussion:
Fermée.