Pentium Dual Core

Discussion dans 'Hardware, matos' créé par Marco, 2 Janvier 2005.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Marco [HOONIGAN]
    "Voici une information intéressante qui apparaît sur les premiers datasheets techniques dédiés aux futurs CPUs Dual Core d'Intel : Le Smithfield. Equipé de deux cores Prescott FSB800 et doté de 2*1 Mo de cache L2, le Smithfield intégrera l'EM64T, le NX Bit ainsi que l'EIST (Enhanced Intel SpeedStep Technology). Prévu à des fréquence d'annonces de 2.8, 3.0 et 3.2 GHz, nous apprenons aujourd'hui que la version 2.8 GHz sera dépourvue d'EIST. En y réfléchissant un peu, ceci peut avoir deux explications. La première imputerait l'absence d'EIST sur le modèle 2.8 GHz à un problème de gamme commerciale. Réduire le coût de la version 2.8 GHz en retirant une feature afin d'accélérer l'adoption du Dual Core. La seconde, beaucoup plus probable est d'ordre technique.

    Comme vous le savez, l'EIST permet de faire varier le FID (coefficient multiplicateur) et le VID (voltage du CPU), de manière dynamique. Or, l'EIST a été conçu pour le Pentium M à l'origine ou le multiplicateur peut être diminué à 6x. Ainsi, le coefficient multiplicateur minimum est toujours défini par le coefficient multiplicateur minimum du CPU sur une gamme donnée. Ainsi, le P4 'E' le plus bas est le P4 'E' 2.8 GHz avec un coefficient de 14x, on constate que tous les CPUs 'ES' de type P4 'E', comme le récent 3.8 GHz, ont un coefficient minium de 14x. Les P4 'C' ES avec un coefficient minimum de 12x puisque le modèle le plus faible était le 2.4 'C'. On peut ainsi penser que l'EIST du Smithfield au niveau FID sera tout simplement un débridage du coefficient de la même manière que les ES actuels. Or, si c'est bien le cas, le Smithfield 2.8 GHz ne pourra pas descendre de fréquence puisqu'il sera déjà le plus faible de sa gamme. Raison pour laquelle l'EIST serait absent de ce modèle..."

    source http://www.x86-secret.com/?option=newsd&nid=819
    Marco, 2 Janvier 2005
    #1
Statut de la discussion:
Fermée.