Présentation du groupe Muse ...

Discussion dans 'Musique' créé par SkYlEsS, 4 Octobre 2003.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    SkYlEsS Kawai
    Après quelques plaintes des GamerZiens disant qu'il voulait qu'on leur en dise plus sur ce ... trio rock anglais.
    J'vais poster 3 Biogaphies venant de sites différents.


    Biographie la plus courte ... venant de MCM.net

    Muse se compose de Matthew Bellamy (guitare / chant), de Chris Wolstenholme (basse) et de Dominic Howard (batterie). Originaire de Teignmouth en Angleterre, c'est dans cette station balnéaire que les trois garçons commencent à jouer ensemble dès l'âge de 13 ans. En 1997, ils décident d'appeler la formation Muse après avoir testé les noms Gothic Plague, Fixed Penalty et Rocket Baby Dolls au fil des années. Ils enregistrent un premier maxi suivi de Muscle Museum en 1998. En tournée aux Etats-Unis, le groupe est repéré par Maverick Records, la maison de disques de Madonna, qui les signe immédiatement. Les singles Cave et Uno précède la sortie du premier album Showbiz qui sort fin 1999. Ce disque conquiert une partie des amateurs de Radiohead et de Jeff Buckley. En 2001, Muse revient avec un nouvel opus Origin Of Symmetry. A l'été 2002, le groupe sort un CD et un DVD live, Hullabaloo, enregistrés lors de leur passage au Zénith de Paris en novembre 2001.

    Biographie, qui pour moi, la mieux faite venant de musclemuse.com

    Flashback

    Nous sommes en 1996, à Teignmouth, dans le Devon, lors du concours "Battle Of The Bands". Les groupes à tendance pop ou funk pop, typiques de la scène musicale de la région, se succèdent et se ressemblent... C'est dans cette ambiance que Matthew, Dom et Chris entrent en scène pour donner leur premier "vrai" concert, sous le nom de Rocket Baby Dolls. Vêtus de noir et maquillés outrageusement, ils électrisent l'atmosphère de leurs riffs frénétiques et concluent leur show agressif par la destruction de leur matériel. L'engouement du jeune public se fait ressentir ... et celui des juges également: les Rocket Baby Dolls l'emportent et c'est une belle victoire pour ces détracteurs de la scène funk locale. Venus participer sans nourrir le quelconque espoir de gagner, leur attitude et l'émotion dégagée par leur prestation aura su dépasser le manque de prouesses techniques. Première étape dans l'ascension fulgurante de Muse? Certainement... cette victoire leur permettait alors de découvrir que la musique était, avant tout, une histoire d'émotions.



    Retour aux sources

    C'est à Teignmouth, triste station balnéaire de 15000 habitants, que la Providence réunit Matthew Bellamy, Chris Wolstenholme et Dom Howard. La musique se révèle être, de toute évidence, une échappatoire à l'ennui et à une violence sous jacente. Jouer dans un groupe semble être une réaction naturelle, aidant à supporter le climat ambiant. Ainsi, vers l'âge de 12 ou 13 ans, un intérêt commun pour la musique réunit tout d'abord Matt et Dom, ce dernier jouant dans LE groupe populaire de l'école. Devenu ami avec Dom, Matt rejoint son groupe dès que l'occasion se présente, en tant que guitariste/chanteur. Deux ans plus tard, l'instabilité propre au groupe, qui voit ses membres partir, revenir, changer, touche à sa fin avec l'arrivée de Chris. Les Gothic Plague (c'est alors leur nom) ont enfin trouvé un équilibre avec la présence de leur nouveau membre batteur reconverti en bassiste et cette fois, l'alliance restera immuable.



    Muse ou l'inspiration créatrice

    Rebaptisé successivement Fixed Penalty, puis Rocket Baby Dolls, le trio débute avec des reprises des classiques indé du début des années 90. Sans grand succès. Mais peu importe, loin de les décourager, le peu d'intérêt qu'on leur accorde les pousse, paradoxalement, à s'investir davantage, à écrire et composer leurs propres morceaux. A l'heure où la scène Britpop explose avec les nouveaux venus de Blur et Oasis, pour ne citer qu'eux, Matt, Dom et Chris s'en détournent pour s'intéresser à des groupes américains tels que Primus, les Smashing Pumpkins, Sonic Youth, Rage Against The Machine, Nirvana; bref, autant de références qui marquent définitivement leur jeunesse. Seule exception brîtish mais notable: Radiohead; leur opus "The Bends" et "Nevermind" de Nirvana sont très certainement LES deux albums qui changent et orientent leur conception de la musique. Ils trouvaient enfin en eux un réel sens de l'innovation, une sincérité, une exploration personnelle qui les mettaient à part, aux antipodes du simple exercice d'imitation auquel se livrait la Britpop. Rapidement renommés Muse, les trois amis d'enfance commencent à prendre le groupe réellement au sérieux; plus qu'une issue de secours et un rejet de leur environnement culturel, social et géographique, la musique est désormais pour eux une passion, une manière de s'exprimer. Ils vivent alors au rythme des répétitions, de plus en plus intenses, et saisissent la moindre occasion de jouer devant un public quel qu'il soit. En effet, pas question de faire les difficiles quand on se trouve à 400 km du centre de Londres. Ainsi, ils se produisent régulièrement dans les pubs et les bars de leur région. "The Cavern" à Exeter reste le seul endroit convenable, mais il est malheureusement vide la plupart du temps. Ils investissent par ailleurs des dizaines d'autres lieux, souvent bondés de personnes âgées, qui, loin de leur réserver un bon accueil, les pressent de jouer des hits des années 60! Découragent? Pas vraiment ces expériences sont en fait un "moteur" et les aident à persévérer. Alors que leurs amis poursuivent leurs études à l'Université, Dom fait de petits boulots sur des chantiers, Chris aide à tenir un magasin de guitares et Matt travaille en tant que peintre décorateur. Un choix d'avenir peu probant, mais qui leur laisse une certaine liberté et leur permet de se rapprocher davantage. Et leur motivation portera ses fruits... En effet, la rencontre avec Dennis Smith, propriétaire de Sawmills, magnifique moulin reconverti en studios d'enregistrement, en Cornouailles, sera le point de départ de leurs espérances les plus folles. Pour la petite histoire, il entend parler de Matthew (alors âgé de 13 ans) pour la première fois par l'intermédiaire de son garagiste, alors fasciné par les talents précoces du gamin. Néanmoins, il lui faudra quatre ans pour se décider, enfin, à aller voir le groupe sur scène et les aborder. Convaincu par la maturité et le potentiel qui se dégagent déjà du groupe, Smith se prend d'amitié pour le trio ... et l'aventure Muse peut alors vraiment commencer.



    A quelques marches du succès?

    Commence alors un processus lent mais prudent, qui voit peu à peu Muse se frayer un chemin vers la capitale anglaise. Dennis Smith considère alors le groupe comme "un diamant pas encore tout à fait taillé" pouvant être détruit par une ville comme Londres. Bien heureux celui qui sait attendre... C'est en 1998 que les choses se concrétisent: Smith conclut un engagement avec le groupe; le studio (qui a vu de grands noms se succéder: Oasis, Robert Plant..) est à leur disposition à la condition qu'il soit remboursé dès l'obtention d'un contrat. Cette année là, le premier EP "Muse" sort sous le label de Sawmills, Dangerous Records, à quelques centaines d'exemplaires. Mais ce n'est pas avant le second EP "Muscle Museum" que le groupe attire l'attention d'un plus large public. Steve Lamacq, DJ et journaliste, est le premier à diffuser leurs morceaux sur une radio internationale. L'impact est alors inévitable: NME (New Musical Express), hebdomadaire anglais de référence dans la presse musicale, ne tarde pas à faire l'éloge de ces nouveaux venus. Parallèlement, Smith s'allie avec Safta Jaffrey, dont la société SJP réunit quelques unes des plus grandes pointures du pays en matière de production; ensemble, ils créent Taste Media spécialement pour Muse. Une réelle chance pour le groupe, qui peut préserver son autonomie dès le début de sa carrière. Néanmoins, pas un seul label anglais ne montre d'intérêt pour Muse, malgré le succès de leur second EP et leurs prestations scéniques. Peur d'approcher un groupe "différent"? C'est aux Etats Unis que leur carrière pourra enfin décoller; Guy Oseary, de Maverick Records, voit en Muse une perle rare, à ne pas laisser filer. Ils ne regretteront pas leur crochet par Los Angeles, car fin 1998, ils sont signés sous le label de Madonna... c'est peu dire. Taste Media s'allie alors avec Naive pour la France, Mushroom pour la Grande Bretagne, l'Irlande et l'Australasie et enfin avec Motor/Universal pour l'Allemagne, l'Autriche et l'Europe de lEst. Un engrenage commercial rapide, après lequel John Leckie (producteur de "The Bends" de Radiohead) vient apporter sa contribution. Le premier album de Muse est enregistré en quelques semaines à Sawmills et Rak (à Londres): "Showbiz' sort le 6 septembre 1999 en France, le 20 en Allemagne et le 4 Octobre en Grande Bretagne. Ils repartent pour les USA et cette fois ils jouent avec de grosses têtes d'affiche: Red Hot Chili Peppers, Foo Figthers, un public de 20000 personnes leur fait face chaque soir. Glastonbury, Reading, Woodstock, Muse participe aux plus grands festivals. C'est pourtant en France que le groupe reçoit le meilleur accueil; Showbiz se vend à 150.000 exemplaires. Ils jouent à Paris pour la première fois au New Morning, en juillet 1999, puis en novembre, au MCM Café, devant lequel près de 200 personnes sont rassemblées à, pour eux ... un constat impressionnant pour un groupe qui commence à peine à faire parler de lui.

    2000 sera l'année des tournées et des festivals (une cinquantaine environ) car le succès de Showbiz leur offre l'opportunité de silloner le monde: le mois de janvier sera marqué par deux dates parisiennes, l'Elysée Montmarte puis le Bataclan. En juillet et en octobre ils passent par le Japon, avant de faire escale en Australie pour cinq dates en première partie de Feeder. Près de 500.000 copies de leur premier album sont vendues, avec des chiffres à peu près semblables en Europe, au Japon et Australie, supérieurs en France, même... et pour ceux qui découvrent Muse, force est de constater que c'est un immense groupe de scène; une énergie, une intensité servies par un son unique et par une voix exceptionnelle... Thom Yorke, à qui Matthew est trop souvent comparé, n'a qu'à bien se tenir.



    Origin Of Symmetry l'album de la maturité?

    "Notre premier disque était celui d'un groupe à la recherche de son identité, le second nous montrera plus comme un groupe en train d'installer cette identité" (M. Bellamy).

    Avec "Origin Of Symmetry", Muse a le mérite d'innover tout en restant dans la brèche ouverte par "Showbiz". Produit par David Bottril (Tool) et John Leckie, le nouvel opus des trois Anglais sort en juin 2001: fusion originale de divers styles sur une base rock, OOS est harmonieusement agrémenté d'orgues de cathédrale, de rythmes classiques mais aussi electro ... bref, un panel d'émotions condensées en une seule oeuvre. Avant même la sortie attendue de ce second album, Muse honore encore la France de sa présence: on les retrouvera début avril à la Cigale avec JJ72 et le lendemain au Printemps de Bourges, sans compter les nombreuses dates en province. Ils continuent de tourner en mai, de nouveau avec Feeder, et passent par la Suisse, l'Espagne, l'Italie, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, la Norvège... un programme chargé, qui continue en juillet avec de nombreux festivals et un concert aux Arènes de Nîmes avec PJ Harvey et Noir Désir. Ils remettent les pieds sur la terre japonaise pour la promotion d'Origin of Symmetry et trois shows privés organisés par le Fan Club. L'accueil qui leur est réservé dans ce pays est plus qu'encourageant, surprenant même: en effet, l'album est directement classé numéro 1 des charts nationaux et numéro 19 des charts internationaux, égalant les ventes de Showbiz en deux semaines seulement. Un export fructueux... Muse semble sur la bonne voie pour devenir l'un des groupes britanniques les plus populaires au Japon. Le succès de la tournée Origin Of Symmetry qui s'ensuit en octobre/novembre est à la mesure de celui de l'album; une dizaine de dates en Angleterre, quatre en Allemagne, trois au Japon et ... six en France. Muse s'est constitué une base de fans solide, et les concerts archi complets du 28 et 29 octobre derniers au Zénith de Paris témoignent de la passion vouée au groupe...

    Seul (petit?) bémol dans l'ascension de Muse: les Etats Unis. Premiers à reconnaître le talent du groupe, mais ironiquement, premiers aussi à s'en détacher. Origin Of Symmetry n'est finalement pas sorti vu le peu de succès du single Plug In Baby. Mais pourquoi Muse ne s'imposerait il pas là où des groupes anglo saxons comme Garbage ou Bush ont fait leurs preuves? Aussi, les trois de Teignmouth n'ont sûrement pas dit leur dernier mot... l'appui des Etats Unis en poche, le tableau de leur réussite sera complet.

    Muse, en quelques mots? Une belle claque pour tous ceux qui ne voyaient en eux qu'une pâle copie de Radiohead ils ont su démontrer leur diversité et leur originalité ... on attend la suite avec impatience.

    Biographie écrite par Virginie Dulorme


    Et enfin la dernière, sans doute la plus longue mais qui vaut quand même le détour ... Celle de musemania.

    [IMG]

    Muse est assurément un des groupes les plus prometteurs du moment. D'origine Anglaise, il est composé de trois membres, Matthew Bellamy, Chris Wolstenholme et Dominic Howard. Afin de mieux les connaître, voici la biographie détaillée de ce groupe étonnant.

    Les membres du groupe

    Matthew James Bellamy est né le 9 juin 1978 à Cambridge. Ce qu'on remarque dans le récit de sa vie, c'est que Matthew a su profiter de l'environnement musical dans lequel il a grandi.
    Il plonge dans la musique grâce à l'ambition d'un père musicien (son groupe "les Tornados" hissa le premier single britannique en tête des charts américains avec le titre "Telstar"). Au delà du refuge que pouvait lui fournir la musique, il su élever sa passion au rang d'art de vivre.
    C'est donc à l'âge relativement tardif de 10 ans qu'il apprend le piano. Mais, faute de prendre des cours conventionnels, Matt travaille énormément à l'oreille.
    Il s'intéresse un peu plus tard à la guitare qu'il apprend de manière autodidacte et en guise d'exutoire pour fuir les tensions de la vie quotidienne : " [...] quand quelque chose ne tournait pas rond dans ma famille, la musique était le meilleur remède" confie-t-il à la presse. Concernant la famille de Matthew, ce qu'il faut retenir c'est que même si certains tabloïds semblent opter pour une vie courte et une fin sordide pour les Bellamy et que Matthew fut élevé par sa grand mère, une autre version existe et semble plus crédible. Dans la mesure où le père de Matt joue toujours dans un groupe nommé "Rough Terrain", il pourrait difficilement être décédé.
    Cette version dit que sa mère, Marilyn, originaire de Belfast rencontre George Bellamy à Londres. Et si la musique de Muse soutient des accents mystiques, des mélodies rappelant des prières, ce n'est pas faute de s'en référer à la passion de Madame Bellamy. En effet, la mère de Matt se passionne pour les sciences occultes et les cérémonies de communication d'outre-tombe. Même si actuellement, Matt avoue prendre ces rituels avec plus de philosophie et de cartésianisme, il ne dément pas y avoir pris goût et dit avoir participé activement à des rituels orchestrés par sa mère, à l'aide d'une planche Ouija.
    (La planche OUIJA est un appareil de communication avec les esprits. Elle se compose d'une planche de bois sur laquelle est inscrite les lettres de l'alphabets, les chiffres de 0 à 9 ainsi que OUI et NON. Un guide en bois ou en verre permettrait aux esprits des défunts de s'exprimer en dirigeant ce guide vers les différents caractères inscrits sur la planche afin de composer des phrases et de répondre à des questions.)
    Quand Matt atteint l'âge de 13 ans, ses parents se séparent. Il reste avec sa mère et son frère ; son père part vivre à Exeter (une ville portuaire d'Angleterre située dans le Devon).

    Que dire du rôle de Matt dans Muse ? Il est très complet, il en est le pilier, le leader. Matt admet que sa musique est très semblable à sa personnalité profonde, ce qui paraît logique quand on sait qu'il en est le principal compositeur et songwriter. Sur scène, devant son micro, dans un jeu de guitare complexe, c'est l'image même de Muse qui se déchaîne : une image tantôt sensible et enragée, tantôt puissante et mélancolique mais terriblement énigmatique et envoûtante.

    En ce qui concerne le bassiste et le batteur du groupe, très peu d'informations sur leur vie circulent. C'est peut-être dû au fait qu'ils ne parlent pas beaucoup d'eux aux médias ou peut-être que justement les médias ne s'adressent que très peu à eux et préfèrent accorder assez injustement plus d'importance à Matthew Bellamy. Quoi qu'il en soit, voici ce que nous pouvons dire sur Chris et Dom de Muse:

    Dominique James Howard, alias Dom, est né le 12 juillet 1977 à Manchester. Il est le plus vieux membre du groupe. Beaucoup vous raconteront qu'il est peut-être le membre le plus facilement accessible du groupe, et qui plus est doté d'un sens comique incontestable. Il se souvient avoir toujours été attiré par la musique que ce soit à l'âge de 5 ans quand il pique son clavier à sa soeur ou bien sur la batterie qui fait son rôle dans Muse. C'est un groupe de jazz en exhibition dans son école qui lui donna envie d'apprendre à en jouer à l'âge de 11 ans.

    Christopher Tony Wolstenholme, surnommé Cheers, est né le 2 décembre 1978 à Rotherham. Bien qu'il soit le bassiste du groupe, il faut savoir que Chris joue de plusieurs instruments. Il commença tout d'abord par la guitare, puis vint à la batterie pour se reconvertir plus tard à la basse, instrument avec lequel il se sentit le plus à l'aise. Il lui est même arrivé de jouer de la contrebasse un temps sur scène avec Muse sur le titre Falling Dawn. Chris est pour l'instant le seul membre du groupe à être marié et à avoir deux enfants, ce qui lui vaut son image plus mature et posée que celle de ses deux acolytes.

    L'histoire du groupe

    Les trois protagonistes se rencontrent il y a une dizaine d'années, à l'âge de douze, treize ans, à leur arrivée à Teignmouth (15.000 habitants) un ville située à 400 km du centre de Londres, dans le Devon. Cette ville côtière était particulièrement ennuyeuse comme le fait remarquer Matthew "All we used to do was hang around, smoke and listen music. There wasn't anything else to do" "tout ce que nous avions à faire c'était traîner, fumer et écouter de la musique. Il n'y avait rien d'autre à faire".

    Matthew et Dominic forment leur premier groupe "Gothic Prague" en Janvier 1994, ils changeront successivement le nom du groupe qui deviendra "Fixed Penalty" le groupe comptant un membre de plus, Christopher, puis "Rocket Baby Dolls" en Janvier 1996. Ils se produisent pour la première fois lors d'un concours organisé dans le Davon, qu'ils remportent, pour ce show, ils s'étaient travestis et maquillés !

    Pendant ce temps, des groupes de pop britannique comme Oasis et Blur sont en pleine ascension. Cependant, totalement désintéressé par ce style, ils se tournent vers la musique Américaine. Ils vont puiser leur inspiration dans des groupes comme les Smashings Pumpkins, Nirvana avec "Nevermind" et Radiohead "the Bend's". Matthew "I don't think many bands feel that strongly about their music. It's sad but I think Nirvana were the last band who had that. Music should be an outlet for you emotions. If it wasn't for Muse, I think I'd probably be a nasty violent person. It's definitely a release, and that's the way it should be" "Je ne pense pas que les groupes ressentent profondément leur musique. C'est triste, mais je pense que Nirvana était le dernier groupe qui avait ça. La musique devrait être un conducteur pour nos émotions. Si ce n'était pas pour Muse, je pense que je serais probablement une personne mauvaise et violente. C'est sans aucun doute une libération, et c'est comme ça que cela devrait être."

    Ils décident une nouvelle fois de changer de nom, qui sera, cette fois-ci le dernier, "Muse" est né. Ils ont choisis Muse en rapport à leur petites amies avec qui ils s'adonnaient à la sorcellerie. A partir de cet instant, les répétitions sont de plus en plus intenses et fréquentes et ils tentent de jouer en public, dans les pubs et les bars de leur région, le plus souvent possible comme l'explique Matthew "apart from The Cavern in Exeter, there's nowhere to play. It's only decent venue in the whole of Devon but it's empty most of the time. We played at hundreds of other place places, pubs full old people, whatever, but all they ever wanted was covers of sixties hits, so we never went down very well. I think it helped us in a way" "A part "La Taverne" à Exeter, il n'y avait nul part où jouer. C'est seul un lieu convenable de tout Devon mais c'est vide la plupart du temps. Nous jouions à des centaines d'autres endroits, des pubs remplis de personnes âgées, mais tous préféraient la musique des années soixante, ainsi nous n'avons jamais été très bons. Je pense que ça nous a aidés dans un sens".

    En 1998, après une période difficile, où tous leurs amis partent pour l'université, où les représentations dans des salles désertes sont de plus en plus pesantes, ils trouvent un peu de travail, Matthew fut à tour de rôle peintre et décorateur, Dominic est passé par les petits boulots, tandis que Christopher a travaillé dans un magasin de guitare. Il rencontre Taste Media - une entreprise commune entre Dennis Smith de Sawmills Studio, un studio d'enregistrement situé dans le Sud-Ouest de l'Angleterre (on peut noter que des groupes comme Oasis, Supergrass et autres ont enregistré ici) et Safta Jaffery de SPJ - les remarque. C'est ainsi qu'ils enregistrent en deux jours leurs premières Éditions Limitées EP (Extended Play "super 45 tours") dont "Muse EP" qui sortira à 999 exemplaires sous le label Dangerous Records, a été rapidement épuisé. Ils sortiront aussi Overdue, Cave, Coma et Escape. Ils donnent un concert, en Septembre à la convention de l'industrie de la musique du Royaume Uni, à Manchester "In The City", où il se font connaître. Leur talent n'échappe pas à quelques labels américains qui les remarquent et les contactent.

    En Novembre, le trio part pour New-York afin de jouer aux CMJ, puis ils enchaînent avec une superbe représentation au Mercury Lounge. Deux semaines plus tard, ils retournent aux États-Unis, à Los Angeles cette fois, où ils jouent au Santa Monica Pier, c'est ici qu'ils sont repérés par le label de Madonna, Maverick, qui leur propose un contrat, qu'ils signent sans plus attendre, la veille de Noël. Le groupe est maintenant décidé à dépasser ses mentors. En Janvier 1999 une autre édition limité EP sort "Muscle Museum" (comprenant deux versions du morceau, en plus de Sober, Uno, Unintended and Instant Message) cette fois encore chez Dangerous.

    Steve Lamacq (DJ et journaliste qui anime des interviews sur la BBC de différents groupes de rock) fut le premier DJ à passer Muse sur une radio internationale. Ensuite NME (New Musical Express - un hebdomadaire anglais de musique rock - est sur la bonne voie quand il déclare "their debut six-track EP is chiefly distinguished by being slightly more influenced by OK Computer than The Bends; a small point for sure, but one which infinitesimally separates them from the serried ranks of awful Radiohead clones." "Leur début, six chansons EP, se particularise principalement comme étant légèrement plus influencé par OK Computer que The Bends, un petit détail bien sûr, mais lequel les distingue infiniment des rangs serrés des affreux clones de Radiohead.". On peut retenir que le single "Uno" a été classé dans le Top75 des charts anglais.

    Ils confirment leur talent en participant au Steve Lamacq's Evening Session Tour, avec les Three Colours Red et The Donnas, pour enchaîner neuf dates avec les Feeder. Ensuite ils jouent dans les plus grands festivals comme celui de Glastonbury, T-In The Park, Reading et Woodstock. En Septembre 1999, mise en rayon de deux versions du singles "Cave".

    Ils sortent enfin leur premier album "Showbiz" en Octobre 1999. L'album fut enregistré en cinq semaines environ, (deux semaines et demi dans les studios de Rak à Londres et trois dans les studios de Sawmills), ils obtiennent la participation de John Leckie - qui a entre autres, produit "The Bends" de Radiohead - qu'ils connaissaient déjà, celui-ci fut tout de même impressionné par la rage et la passion du groupe. L'album apparaîtra sous différents labels comme Motor en Allemagne, Naïve en France et Mushroom Records en Grande-Bretagne. Showbiz se vendra à 500.000 exemplaires dans le monde. La détermination et le talent a permis la naissance de ce magnifique album. Ils partent en tournée aux USA et font les premières parties de groupes comme Gene, Skunk Anansie, Pavement, Red Hot Chili Peppers, Live, Flaming Lips dans différents pays d'Eupore. Ensuite sort, en Novembre, le CD deux titres de "Muscle Museum" qui leur vaut la remarque de NME sur le groupe "a genetically-engineered hybrid of Queen, Jeff Buckley and Radiohead." "un hybride génétiquement-modifié de Queen, Jeff Buckley et Radiohead. ".

    Ils entament une tournée en France, Janvier 2000, puis en Angleterre, en Février, puis au Japon et en Australie en mars. En Avril ils retournent aux États-Unis rejoindre les Foo Fighters et les Red Hot Chili Peppers. En Mai, ils se retrouvent pour la première fois en tête d'affiche dans le cadre de leur tournée en Europe. Ils rencontrent aussi Bush dans un concert sponsorisé par MTV. En juin sortit du single "Unintended" qui rentre dans le Top20. Ils se produisent de nouveau au festival de Glastonbury. En Aout, ils passent cette fois-ci encore en leur nom, aux festivals de Reading and de Leeds. Ils feront dans le même genre, une quarantaine de festivals en Europe. Leur chanson, "Cave", extraite de l'album "Showbiz" est dans la BO du film de Quentin Tarantino, "Little Nicky". Depuis lors, ils se sont consacrés à leur prochain album, dont la sortie est prévue pour le printemps 2001 et dont le premier single sera Plug in Baby.

    Muse en France

    Le magasine les Inrockuptibles, parlent en premier de Muse en mars 1999 "on a vu Muse et ne peut décemment garder un tel secret pour soi…Un trio violent et habité, doté d'un chanteur supérieur…" Ils ont joué pour la première fois au New Morning à Paris le 12 juillets 1999, un concert privé pour la radio rock parisienne OÜI FM. Ils ont participé au Festival de la route du Rock et des Inrockuptibles. Le 10 novembre 1999 ils se produisent au MCM café. Ils ont réalisé une "mini-tournée" en France entre les concerts de la FNAC et Oüi FM. Chose qui n'était pas prévue, c'est l'engouement que ce groupe, d'apparence peu connu, a suscité. En effet, ils déclenchent des débuts d'émeutes à chacune de leurs représentations, les fans attendent pendant plusieurs heures pour entendre trois de leurs chansons. En 2000 ils sont revenus pour une tournée de sept dates, dans de petites salles. La folie pour ce groupe n'en n'est qu'à ses débuts. Leur album "Showbiz" s'est vendu à 100.000 exemplaires. On peut dire qu'une partie non négligeable du public Français est déjà conquis.

    J'espère que ces biographies vous ont plus ...
    SkYlEsS, 4 Octobre 2003
    #1
  2. Offline
    CiDoUm ListMinut.be
    he ben GG :)
    CiDoUm, 4 Octobre 2003
    #2
  3. Offline
    SkYlEsS Kawai
    Et j'ai même pas pêter le layout ! "Fierfier" !!! :)
    SkYlEsS, 4 Octobre 2003
    #3
  4. Offline
    Ochinko Jedi
    punaise y a déjà pas assez de threads sur muse ou quoi ? :roll:
    Ochinko, 4 Octobre 2003
    #4
  5. Offline
    SkYlEsS Kawai
    Threads qui ne servent à rien.
    Ici ce n'est pas un beau thread quand même ? Non ? ... ah ben non :oops:
    :cry:
    SkYlEsS, 4 Octobre 2003
    #5
  6. Offline
    FoX2000 Revenant
    Le seul thread qui puisse me dire ce qu'est muse....


    perso je croyais que c'était une corne... muse ... :D
    FoX2000, 4 Octobre 2003
    #6
  7. Offline
    SkYlEsS Kawai
    J'l'ai en partie fait pour toi FoX2000 :wink:
    SkYlEsS, 4 Octobre 2003
    #7
  8. Offline
    FoX2000 Revenant
    Jmen doutais ;)

    La j'ai llu le 1er, le 2 eme taleur :)
    FoX2000, 4 Octobre 2003
    #8
  9. Offline
    Alexx -is on fire
    :shock:
    En dire plus sur Muse...ca veut pas dire en dire TROP ...

    Meme pas envie de lire... :?
    Alexx, 4 Octobre 2003
    #9
  10. Offline
    SkYlEsS Kawai
    Pour les fainéants comme toi, j'ai mis un résumé de leur Biographie trouvé sur MCM.net ... quelques lignes tout au plus !
    :roll:
    SkYlEsS, 4 Octobre 2003
    #10
Statut de la discussion:
Fermée.