[Université] Médecine : UCL / ULB ?

Discussion dans 'Etudes' créé par Leaf, 26 Novembre 2007.

  1. Offline
    Leaf pentoboules (h)
    Bonsoir GamerZ :)

    Voilà, je suis aujourd'hui étudiant en rhéto, et je compte l'année prochaine me diriger vers des études en médecine, et ce très surement dans la région de Bruxelles, c'est-à-dire soit à l'ulb soit à l'ucl (à woluwé) :)

    Je compte aller aux deux portes ouvertes (début février pour l'ulb, et journée des rhétos le 28 février pour l'ucl il me semble), mais ne sachant pas encore trop laquelle choisir, car j'entends du positif et du négatif pour les 2, j'aimerais bien obtenir des avis supplémentaires si possible :-'

    Merci d'avance :)
    Leaf, 26 Novembre 2007
    #1
  2. Offline
    Yorel Rêveur
    Il y a plusieurs threads ci-dessous discutant de ta question.

    Mon avis :
    ULB : Nouveau campus, bien placé, super réputé, cota plus important ?
    ULB : Bcp de liens avec les autres campus/ Bx.
    UCL : C'est les chrétins... euh chrétiens... :d (peace), certains sujets de recherche sont "tabous"

    De toute façon :
    - Etudes difficiles, faut être prêt à bosser tts les semaines
    (N'hésite pas à opter pour un kot)
    - Nécessité d'être dans les premiers : Numérus mais aussi choix de la spécialisation !!!
    - 7 ans...
    Yorel, 6 Février 2008
    #2
  3. Offline
    MbK_ Etudjant
    Je ferais plurieures remarques sur le commentaire de Yorel :

    ULB : plus de quota oui, mais surtout plus d'inscrits!
    Wolu, c'est comme louvain mais avec que des médecins (je caricature). J'ai entendu beaucoup de bien de cet endroit.

    Alors personnellement, je suis en 2eme BAC médecine à Namur, et j'irais après mes 3ans à Wolu.

    Je trouve que Namur est vraiment très agréable comme ville. Ce n'est pas "uniquement" étudiant (crf lln) mais non plus une grande ville (Bxl). Je qualifie Namur de "ville à l'echelle humaine".

    Pour ce qui est du lieu, c'est vraiment à toi de voir quel décor tu préfères... C'est difficile de conseiller car tout le monde va dire "c'est chez moi le mieux"...

    Je pense que tu fais bien d'aller aux journées porte ouvertes. Tu verras les infrastructures et le programme.

    Pour ce qui est de la religion, oui, l'UCL est catho (au meme titre que Namur) mais cela n'influence pas du tout les études. Rassure toi, il n'y a pas de prière tous les matins! Le seul changement, c'est un cours en premiere (je parle biensur pour Namur) de "Sciences religieuse".

    Le nom peut parraitre rébarbatif mais le prof n'a jamais prononcé le mot "jésus" ou "apotre". C'est difficile d'expliquer le but du cours mais c'est pas très compliqué de tte façon...

    Dernieres remarques :
    Je corrige en "tous les jours", meme le dimanche :)

    Tout à fait d'accord. La vie en kot est vraiment différente et ca vaut la peine d'etre vécu!

    C'est vrai, d'ou ma premiere remarque :) Mais il ne faut pas pour autant arreter de vivre. Il y a des consessions à faire, c'est sur mais on se rattrape en 2eme ;)

    Tu auras tout le temps de penser à ca après

    A 7ans, on n'est encore rien il me semble! Il faut au minimum 9ans :). Mais les années, c'est pas grave, c'est tellement fai la vie d'étudiant :)
    MbK_, 7 Février 2008
    #3
  4. Offline
    DbOy Touriste
    Salut moi aussi je suis en rétho et voudrait me diriger vers la médecine l'année prochaine! ca veut dire qu'on sera en compétition lze next year! :[] :p .

    Mais mon médecin généraliste m'a dit qu'il y avait un débat pour l'abolition de ce numerus clausu. Est ce vrai? Je trouve que cette contrainte est pourrie pour multiple raison. On mène la vie dure aux élèves !!
    DbOy, 8 Février 2008
    #4
  5. Offline
    MbK_ Etudjant
    le numérus va p-e sauter en effet. (p-e l'année prochaine mais bon, c'est pas sur du tout)

    Par contre, si il saute, c'est uniquement pour le remplacer par un examen d'entrée. D'un coté, je trouve cela bcp mieux car ca empeche de perdre une année à une grosse masse d'étudiant, d'un autre, certains seront "defavorisés" en fonction de l'orientation de leurs humanités...

    Mais bon, si on veut se diriger vers la médecine, il est normal de choisir des options un minimum scientifiques!
    MbK_, 8 Février 2008
    #5
  6. Offline
    Yorel Rêveur
    En effet, les recteurs d'universités et doyens des facultés de Médecine plaident pour la mise en place d'un examen d'entrée régulant le flux d'étudiant aux études de médecine en lieu et place de l'examen de sélection après la première année. La FEF, fédération des étudiants francophones, plaide quant à elle pour la suppression pure et simple des quotas et donc de toute sélection, ce à quoi il est peu probable qu'on arrive. Objectivement, au final, cela ne change pas grand chose, examen d'entrée vs Numérus Closus, deux tiers des étudiants seront recalés de toute manière, des étudiants qui n'avaient pas les capacités de faire de telles études mais également ceux qui pouvaient les développer durant leur première... Comme tu le signales, seuls les étudiants sortant des bonnes écoles, et donc logiquement ayant des parents d'un niveau intellectuel plus élevé, le réussiront. Le rôle d'assenseur social que doit jouer l'université n'existera tout simplement plus dans ces facultés...

    Maintenant le meilleur reste pour la fin, depuis 2 ans, j'ai eu l'occasion d'entendre certains doyens (dont ceux de médecine) argumenter l'homogénéité des formations au niveau européen et donc de passer les études de médecine de 7 ans à 6 ans... La méthode envisagée alors était la suppression pure et simple de la première et son remplacement par un examen d'entrée... (l'examen en fin de première étant l'examen d'entrée). S'ils ont encore cette idée en tête, in fine, cela accentuera encore plus l'importance d'avoir été dans une bonne école. A quand les options dans le secondaire pour diriger les étudiants dès la troisième vers ces études ?

    Pour moi, le maintient d'un Numérus Clausus et une première commune à toutes les filières pour permettre les re-directions auraient été plus salvatrices...
    Yorel, 8 Février 2008
    #6
  7. Offline
    kayt0r G*3*3*K
    Bah on fait bcp de bruit pour le numérus clausus, mais à L'UCL en tout cas, c'est pas vraiment le plus gros problème des étudiants, d'après nos profs en général il y'a plus ou moins 120 élèves qui réussissent (10 ds chaque branche + 12 de moyenne générale) pour 110 places.

    Donc le plus dur reste quand même de réussir, pas d'être dans les premiers. En première sess c'est 100% de chance de passer.

    Après j'avoue que si tu en parle avec les 10 qui ont été "recus/collés" leur vision sera différente :pfiou:
    kayt0r, 8 Février 2008
    #7
  8. Offline
    .Vinc. Oh, un LamZ !
    Maiiiwaaiiiiis -_- T'es où toi ? Tu as réelement passer quelques temps à l'UCL ? T'es de Namur je vois... t'es allé aux FUNDP ? (attention, y a "Notre-Dame" dans le nom... ça pourrait faire chrétien !) ... t'as quoi comme expérience dans des facultés catholiques pour parler de ça ?

    C'est du gros n'importe quoi ça pomös !
    .Vinc., 10 Février 2008
    #8
  9. Offline
    Yorel Rêveur
    Je te l'accorde c'était un mauvais jeu de mot, qui n'a, sans doute, fait sourire que moi. Quant au fait que la recherche est bridée pour certains raisons religieuses, cela provient du recteur de l'UCL, lui-même... J'ai encore le droit de trouver ça crétin... :pfiou:

    Edit : correction
    Yorel, 10 Février 2008
    #9
  10. Offline
    Malone Touriste
    Bonjour,

    Je voulais juste faire quelques corrections : ( je rappelle : je suis en 2e à l'ULB et je m'occupe accesoirement des portes ouvertes, siep, réponses aux questions... des futurs étudiants.)

    1) Le quota est plus élevé à l'UCL mais le nombre d'étudiant y est aussi. ce qui fait qu'au final : le pourcentage d'admission est le même, cad d'environ 20% )

    2) L'UCL est plus réputé pour son cursus en médecine ( dsl mais c'est la vérité et je le rapelle je suis de l'ULB!!) elle a même des profs d'anat très réputé, bauccoup plus de découvertes en matière médicales, etc...

    3) Le gros point fort de l'ULB c'est pour ce qui concerne les hopitaux. Erasme !! , Saint pierre, Brugman, bordet, etc..sont des hopitaux universitaires partenaires de l'ULB. et donc les étudiants qui font leur stage auront une belle possibilité dans ce secteur là

    4) L'ULB est plus scientifique avec des maths en plus, pas de langues contrairement à L UCL ou il y a de cours de langues.

    5) Très dure à différencier, les gens qui viennent d'UCL à l'ULB ont tous des propos différents. certains préfèrent l'UCL d'autres sont ravis d'avoir changés... Mais en gros ils disent que c'est pareils


    JUSTE UNE DERNIERE CHOSE :

    Je voulais juste vous dire que le numérus c'est pas juste un nombre d'étudiants en trop, ce sont des conditions pénibles. ( pas d'examen coté en janvier, tout à la fin de l'année, pas de possiblité de point de balance, niveau d'examen augmenté, augmentation radicale du nombre d'étudiants ( certains viennene de france, de luxembourg, d'allemangne ... + tout ceux qui ont ratés et qui recomencent),

    ah oui : on est pas obligés de travailler tous les jours même le dimanche pour réussir !

    Sinon BON COURAGE !! et si questions ==> pm
    Malone, 27 Mars 2008
    #10
  11. Offline
    Yorel Rêveur
    Concernant ton 2ième point, cela dépend des services. Deux exemples, le service de gastro-enterologie ou celui s'occupant des graves lésions aux yeux sont réellement réputés.

    Ton 3ième point est très pertinent.

    Concernant ton 4ième point, d'après mes sources, cela va changer d'ici 1 à 2/3 ans. Des langues vont être inscrites au programme.

    Par contre, concernant l'organisation des examens, je n'ai jamais compris pourquoi vous ne plaidiez pas pour une meilleure répartition. Concrètement, qu'est-ce que les en empêche ? C'est juste pour rajouter du peps ?
    Yorel, 28 Mars 2008
    #11
  12. Offline
    cyriak Turn on - Tune in - Drop out
    cyriak, 28 Mars 2008
    #12
  13. Offline
    Dieu Bisounours a.k.a FFS
    Généralement quand tes parents ont un niveau intellectuel plus élevé, ils apportent plus d'atouts à ton éducation et à ton apprentissage (c'est prouvé :D)
    Dieu Bisounours, 28 Mars 2008
    #13
  14. Offline
    cyriak Turn on - Tune in - Drop out
    mouai mais ça veux pas forcément dire que tu à les capacité pour ou non... puis c'est même pas ça qu'il dit, ils dis qu'il faut avoir des parents intelligent pour aller dans une bonne école... j'suis désolé mais si y'a une chose qui est bien faite c'est quand même que tout le monde à acces à une éducation de qualité "gratuite"... Après si t'es un glandu ou si t'es pas très fut fut à l'école c'est autre chose ;)


    Puis il part avec son histoire d'assenceur social comme si des parents bourges étaient plus intelligent que des parents ouvrier... :roll:
    cyriak, 28 Mars 2008
    #14
  15. Offline
    Ochinko Jedi
    Bah, c'est un peu dit de manière peu diplomatique, mais en tout cas, dans la vie de tous les jours, ca se vérifie. Je peux te dire que parmi les gens que je connais qui ont réussi à l'unif, très peu avaient des parents ouvriers ... La "classe" sociale des parents conditionne la réussite scolaire de leurs gosses, même si il existe, et c'est tant mieux, des exceptions.


    (sans pour autant critiquer les ouvriers, ca n'a rien à voir ici)
    Ochinko, 28 Mars 2008
    #15
  16. Offline
    cyriak Turn on - Tune in - Drop out

    ouai parceque dans la plupart des cas ils faut payer des années d'études et quand on à pas beacoup de fric à la base c'est chaud de se mettre dans la tête qu'il va falloir payer x années d'études... Mais le rapport avec le QI des parents o_O
    cyriak, 28 Mars 2008
    #16
  17. Offline
    Ochinko Jedi
    On peut s'imaginer que des parents au QI plus élevé donneront une éducation plus appropriée à leur enfant et pourront mieux l'encadrer le long de son parcours scolaire. Mais je ne sais pas si cela s'observe dans la réalité. C'est juste une idée comme cela qui pourrait expliquer cette affirmation.
    Ochinko, 28 Mars 2008
    #17
  18. Offline
    Malone Touriste

    Concernant ton 4ième point, d'après mes sources, cela va changer d'ici 1 à 2/3 ans. Des langues vont être inscrites au programme.
    Effectivement je vois que tu es bien renseigné :D je ne voulais pas le dire, mais c'est vrai qu'il est fort probable qu'au depart du prof de math, le cours sera intégré dans celui de physique et une autre organisation des cours sera mis en place à l'ULB.

    Par contre, concernant l'organisation des examens, je n'ai jamais compris pourquoi vous ne plaidiez pas pour une meilleure répartition. Concrètement, qu'est-ce que les en empêche ? C'est juste pour rajouter du peps ?

    Malheureusement on n'en pas le droit. Les professeurs et surtout la présidente du Jury sont tout a fait contre ce système des examens, mais il a été rédigé par la minsitre Simonet et mise en place pour l'ensemble des universités en fac de Médecine. Chaque année, une commission rassemble l'ensemble des présidents de jury des différentes facs de médecine et ils sont >TOUS du même avis pour ce qui concerne les examens. Mais la mise en place d'un concours de fin d'année est LA caract du num. clausus et le supprimer équivaut à supprimer le num clausus.
    d'ailleurs si un prof met un examen coté avant la session permise : il peut se voir trainer en justice !!
    Malone, 28 Mars 2008
    #18
  19. Offline
    Yorel Rêveur
    Cyriak, si j'ai posé la phrase de cette manière, ce n'est pas pour choquer mais bien pour traduire des faits. Apparemment, les parents à haut diplôme accordent généralement une plus grande importance aux travaux/devoirs/résultats/... de leur(s) enfant(s) et les aident plus efficacement, les poussent à se surpasser, leur offrent un environnement plus favorable à l'étude. Ils essaient plus systématiquement de les placer dans les meilleures écoles (qui "préparent à l'unif" et - dont parfis on est renvoyé parce qu'on ne travaille pas assez...). Tout cela fait qu'un enfant après sa retho a une chance diminuée de moitié s'il provient d'une famille de parents "ouvrier" de réussir ces examens à l'université.

    ( Il y a des formules mathématiques qui établissent avec une bonne précision la probabilité de réussite d'un étudiante selon son âge, son sexe, son choix d'études, le diplôme de la mère et le salaire des parents... tu serais sidéré par ce qu'on en tire, pourtant à aucun moment, on ne tient compte de l'"intelligence" de l'étudiant. Tout est "externe".)

    Par contre, s'il est légitime de se féliciter de la relative gratuité de l'enseignement... On ne peut que décrier sa qualité, parmi les plus basses de l'union européenne... ce qui traduit également un désintérêt des politiques pour cette thématique ou une certaine incompétence... Enfin, ce n'est que mon avis. :p Si tu veux des chiffres, saches que 30% des élèves du secondaire n'obtiendront pas leur diplôme, que 30% se lanceront directement sur le marché de l'emploi - faute de mieux- ou les formations dites "courtes" et que seuls 30% iront à l'université. Et dans ceux-là, seuls 3 étudiants sur 10, soit 30% des 30%, passeront leur première avec succès...

    Tu critiques la notion d'assenceur social, elle est intimement liée à la liberté d'accès défendue par les mouvements étudiants. L'idée au départ (en 69 ?) était de permettre à tous d'accèder aux milieux universitaires et ainsi choisir son "destin". Le salaire mensuel étant généralement plus élevé pour un haut diplômé, l'idée était de permettre à tous de "monter" dans la société, de s'extraire de sa "condition"/son "destin". Mon opinion est que malheureusement, cette liberté d'accès que tous souhaitait a montré ses limites ; elle s'est transformée rapidement en une massification incontrôlée et les universités sont dépassées depuis. Ne pouvant offrir un environnement d'étude convenable (encadrement suffisant, ...), l'université ne semble pas plus jouer un rôle d'assenceur social qu'auparavant...
    Yorel, 28 Mars 2008
    #19
  20. Offline
    Yorel Rêveur
    :p Très très bien renseigné. :p'

    Concernant les obligations imposées par la ministre, d'accord mais logiquement pourquoi elle ne voudrait pas que cela soit organisé en deux sessions ? En janvier vous avez une partie de la matière, en juin la deuxième. On fait la moyenne - pondérée différement ou non et tu procèdes au classement du concours avec ses lauréats et éliminés. Non, je n'ai jamais compris le pourquoi tu comment. :s Concernant l'histoire des cotes, je pense que c'est des bêtises, racontées encore par des profs qui veulent disposer de plus de temps pour corriger voir adapter les cotes pour leur "chéri"...
    Yorel, 28 Mars 2008
    #20