Carte blanche "refusée".

Discussion dans 'Actualité' créé par Sig le Troll, 29 Janvier 2009.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Sig le Troll Vî Troll
    Je n'ai pas pour habitude de poster ce genre de sujets ... mais je suis sûr que ceci intéresserait nos grands défenseurs des libertés, notamment celle de l'expression contre la censure.

    Fin bref, lisez et tirez vos propres conclusions.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------

    La proposition de "carte blanche" qui suit a été refusée par les directions du Soir et de la Libre Belgique. Motifs invoqués, au Soir en tout cas : une "attaque ad hominem" jugée inacceptable contre le directeur du Vif (groupe Roularta) - lequel a licencié, la semaine dernière, trois journalistes de la rédaction et la rédactrice en chef - ainsi qu'un désaccord de fond quant à l'analyse qui recèlerait, en outre, des "attaques en règle" contre le Soir... Pareille gifle au débat démocratique de la part de deux quotidiens de référence en Belgique francophone donne plus de sens et de poids encore aux arguments soulevés par le texte. Elle en dit long sur la capacité et la volonté des entreprises médiatiques d'nformation d'évoquer publiquement leurs crises et leurs conflits. La preuve en est apportée : la loi du silence peut très bien s'imposer, au nom des intérêts privés bien compris, aux pages Forum ou Débats. On touche là aux limites de la transparence si souvent exigée par les mêmes à l'égard des représentants des autres pouvoirs et institutions. « Une société démocratique ne peut se passer du regard critique et parfois contestataire porté sur ses institutions », estime le sociologue Bernard Lahire. Tout à la fois institution eux-mêmes et gardiens autoproclamés de l'espace public de masse, les médias ont beau jeu de s'exonérer de leur responsabilité démocratique en la matière. Le courageux combat de la rédaction du Vif et cette expression de solidarité, temporairement, bridée le montrent : l'engagement démocratique, la lutte pour les droits sociaux et le combat pour la liberté des esprits sont plus que jamais liés. (M.S.)



    Un journalisme mis au pas

    Le brutal licenciement signifié sans motif, le jeudi 22 janvier, à quatre journalistes chevronnées de l’hebdomadaire Le Vif /L’Express n’est pas qu’une péripétie douloureuse au sein d’une grande entreprise, comme il s’en déroule hélas chaque jour dans le pays. La mise à l’écart de collaboratrices qui comptent jusqu’à vingt ans d’ancienneté au sein du magazine, et qui en ont forgé les valeurs autant que la réputation, relève en l’occurrence d’une épuration dont les intentions manifestes sont inquiétantes pour la liberté rédactionnelle du Vif en particulier et pour le journalisme en général.

    Le directeur du Vif/L’Express, qui s’était déjà signalé antérieurement à Trends/Tendances par une propension à distribuer des C4, et qui en est, au Vif, à 6 licenciements, 2 départs et 2 déplacements imposés, l’a précisé lui-même : aucune raison économique ne l’a poussé à congédier la rédactrice en chef et 3 rédactrices spécialisées l’une en politique intérieure, l’autre en sciences, la troisième en culture. Invoquant des relations dégradées entre l’équipe de rédaction et la rédactrice en chef, la direction – qui n’a pas réussi à résoudre ces problèmes – a choisi la manière la plus radicale d’y mettre fin. Le prétexte est non seulement léger mais, en outre, il ne concerne pas toutes les journalistes concernées.

    La valse des licenciements, entamée au Vif voici bientôt trois ans, traduit en réalité une obsession constante : mettre au pas la rédaction du premier magazine d’information générale de la Communauté française, qui avait précisément fondé sa crédibilité sur une totale indépendance d’analyse et de jugement, tant à l’ égard de ses propres actionnaires – le groupe flamand Roularta– que vis-à-vis des différents pouvoirs, politiques comme économiques, de la société belge.

    Durant plus de deux décennies, Le Vif/L’Express a pu défendre un journalisme exigeant, soucieux d’abord de la pertinence et de l’utilité, pour ses lecteurs, des sujets qu’il abordait. Au nom de cette éthique, il pouvait parfois estimer nécessaire de fâcher un annonceur, de heurter un ministre ou de consacrer une couverture à un thème moins vendeur.

    Tout cela n’est plus allé de soi dès l’instant où, inquiétée par une légère érosion des ventes, la haute direction de Roularta s’est laissée convaincre qu’il fallait remplacer les journalistes expérimentés, couper les têtes qui dépassent, et faire de la docilité aux impératifs économiques de l’entreprise un credo admissible.

    L’éditeur du Vif n’est pas le seul à déposséder ainsi la rédaction de sa capacité à penser ses priorités et à définir ses champs d’action. En Belgique comme à l’étranger, trop d’entrepreneurs de presse choisissent, parfois sous le prétexte des difficultés économiques, d’appauvrir les contenus, de réduire les effectifs, de se priver de plumes critiques et d’esprits libres, de mettre au placard des talents fougueux, et de préférer des chefs et sous-chefs soumis.
    Le Vif n’est pas le seul, mais il est l’unique hebdomadaire d’information générale largement diffusé en Communauté française. Ceux qui l’épuisent aujourd’hui de l’intérieur portent à cet égard une responsabilité devant l’ensemble de l’opinion.

    A l’inquiétude pour l’avenir de ses journalistes chassés, mais aussi de ceux qui restent, s’ajoute la stupéfaction face à la brutalité sociale : convoquées un soir par un SMS sur leur portable, les quatre licenciées ont été renvoyées sur le champ de grand matin, avec interdiction formelle de repasser par la rédaction pour emporter des effets personnels. Deux heures sous surveillance leur ont été concédées, le samedi suivant, pour cette besogne. De quelle faute gravissime, de quel délit, ces quatre là étaient-elles donc coupables pour mériter un tel mépris ? Rien ne justifie une telle violence dans les relations sociales, qui en l’occurrence se double d’un réel mépris pour le droit du travail et contraste avec l’image de la paisible entreprise familiale qu’aime à se donner Roularta. La réaction de la Société des Journalistes du Vif – qui observait dès jeudi un arrêt de travail - comme le soutien inconditionnel de l’Association des Journalistes Professionnels et des syndicats, indiquent que la limite de l’acceptable a été franchie.

    La crise financière, la chute des revenus publicitaires, la diversification technologique des médias et les investissements qu’elle réclame ne pourront jamais justifier à nos yeux que le journalisme soit réduit à sa seule valeur économique, que les journalistes ne soient plus les chiens de garde de la démocratie mais seulement des petits soldats zélés chargés de vendre des contenus formatés pour les impératifs commerciaux à court terme.
    Nous avons besoin de rédactions expérimentées, en effectif suffisant, libres et indépendantes. Comme nous avons davantage besoin de matière grise, d’expertise, de culture et de réflexion journalistique étayée que de mise en scène spectaculaire de papiers vulgarisés à l’extrême pour plaire au plus grand nombre. Les comportements de certains managers et les plans d’économie concoctés au nord comme au sud du pays ne vont pas dans ce sens. Maintenons à nos médias leurs capacités intellectuelles : respectons les journalistes !

    Pascal Durand- Professeur à l'Université de Liège
    Benoit Grevisse - Directeur de l'Ecole de Journalisme de Louvain
    François Heinderyckx - Professeur ordinaire de l'ULB
    Claude Javeau - Professeur émérite de l'ULB
    Jean-Jacques Jespers - Directeur de l'Ecole universitaire de journalisme de l'ULB
    Hugues Le Paige - Journaliste
    Gabriel Ringlet - Professeur émérite de l'UCL
    Martine Simonis - Secrétaire nationale de l'Association des Journalistes Professionnels (AJP)
    Marc Sinnaeve - Président du département Journalisme de l'IHECS
    Sig le Troll, 29 Janvier 2009
    #1
  2. Offline
    La rédactrice en chef? Celle qui transpirait le milquettisme dans tout ce qu'elle écrivait? Elle finira au CDH... Si c'est bien celle dont je pense, on peut arreter de crier haro sur la démocratie alors qu'elle promouvait les idées de madame non dans tout ses éditos... Perso ca commencait à m'agacer serieusement.
    T-killah, 30 Janvier 2009
    #2
  3. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    c'quoi le rapport? :pfiou:
    zoheir, 30 Janvier 2009
    #3
  4. Offline
    Qu'il y a mieux à défendre...
    T-killah, 31 Janvier 2009
    #4
  5. Offline
    Sig le Troll Vî Troll
    Ah bon, je croyais que la liberté d'expression vous était si chère ...


    C'est pas que la liberté de dire des conneries sur le net ... c'est aussi (et surtout) la liberté de la presse.

    Maintenant, effectivement, tout le monde ne partageait pas les idées de ces journalistes.
    Sig le Troll, 1 Février 2009
    #5
  6. Offline
    La liberté d'expression? Je ne vois pas où elle est bafouée... Parce qu'on ne donne pas une tribune à cette femme? La liberté d'expression n'a jamais été le droit à avoir une tribune publique.

    La liberté de la presse, c'est de faire de la politique? C'est votre vision du journalisme? On a déjà eu ce débat sur la rtbf... moi j'aime mieux une presse neutre et indépendante, si on pense qu'elle ne peut pas l'etre, alors je ne vois pas pourquoi la redactrice en chef, plus que le propriétaire du groupe, auraient le droit de choisir la voie? Parce qu'elle est journaliste? Si elle pouvait se targuer d'indépendance et de neutralité, là on pourrait discuter, mais quand on devient le porte drapeau de madame non on ne peut plus se drapper dans sa carte de journaleux.

    Alors pourquoi les propriétaires de groupes de presse n'ont ils pas droit de jouir de ces memes libertés? Doivent ils soutenir, payer et offrir une tribune à des gens dont ils ne partagent pas les idées?

    Sur la meme idée, que pensez vous du banissement des partis dit non démocratique (FN, VB) de tout débat en belgique francophone, en presse écrite ou télé? De toute interview dans les journaux? La liberté d'expression s'arreterait elle là on ne vous partagez plus les idées de celui qui s'exprime?
    T-killah, 1 Février 2009
    #6
  7. Offline
    Je n'ai aucune sympathie particulière pour la personne qu'est Dorothée Klein, et je peux dire que je désapprouvais sa politique à la tête du Vif, notamment son instrumentalisation des tensions communautaires.


    Mais ce n'est pas pour ça que je ne peux pas critiquer la façon dont quatre personnes se sont fait jeter de leur boulot. Les médias d'ici se calquent de plus en plus sur le modèle anglo-saxon, et ça ne rassure pas ceux qui y bossent.

    Oui, les patrons des groupes peuvent décider de qui ils emploient, mais tout est dans la manière. Cette propension à couper les têtes qui dépassent ne t'inquiète pas, c'est pas très grave ; cette lettre est la preuve que des têtes autrement plus remplies que la tienne ne perdent pas la chose de vue.



    En tous cas c'est marrant comme tu peux balancer des trucs bateaux comme "Moi j'aime mieux une presse neutre et indépendante" et t'acharner sur Milquet, en t'obstinant avec toute la puérilité du monde à l'appeler Madame Non.
    Mr Jones, 1 Février 2009
    #7
  8. Offline
    Ouais tu peux critiquer la mise au chomage de 4 personnes (quoi que ta chère amie se retrouvera surement une place d'attachée de presse au CDH)... mais je vois pas pourquoi tu vien pleurer sur la liberté de la presse et la liberté d'expression, quand tu voudras vraiment t'attaquer à ce genre de probleme, tu t'attaqueras à Chavez ou à Poutine (et j'ai choisi deux élus démocratiquement).

    Après "des tetes autrement plus remplie que la mienne" je ne sais pas, autrement plus orienté je n'en doute, et quand je dis orienté c'est autant politique que copinage hein.

    Juste une derniere question: tu achètes le journal combien de fois par semaine?

    Sinon oui moi je ne suis pas neutre, j'ai mes opinions et je les exprime... Mais je ne prétends pas faire du journalisme... et quand on fait ds le mélange des genres ca donne wahyoub fahoumi...

    Arrete d'etre journaliste, rends ta carte, et deviens chroniqueur ou porte parole si tu ne sais pas etre neutre et indépendant... ou alors accepte que la presse ne le soit pas et que donc les patrons de presse n ont pas plus à l'etre et qu'ils peuvent avec encore plus de légitimité qu un redac en chef choisir la ligne de ce qui leur appartient tout de meme.
    T-killah, 1 Février 2009
    #8
  9. Offline
    Bon, réponse rapide dans le désordre, pas que ça à faire...


    1) Je n'achète jamais le journal, mais j'en lis au moins 3 par jour.

    2) C'est normal que tu ne prétendes pas faire du journalisme, puisque tu n'es pas journaliste.

    3) Soit, tu es pas très bien informé, soit tu es très prétentieux (entre les deux, mon coeur balance), mais la brochette de signataires que tu ne sembles pas connaître pourrait t'apprendre quelques trucs utiles, dans la vie. Encore faudrait-il savoir par où commencer ! :D

    4) Un autre truc que t'as pas compris, c'est que personne n'est neutre et indépendant. Aucun journaliste, aucun journal. Donc, tu repasseras.

    5) Et puis tout ce que tu en déduis, c'est que les patrons sont dans leur droit, sans avoir la moindre vue d'ensemble... Triste, mais pas étonnant de ta part.


    6) Bref, je trouve que tu aurais pu éprouver un peu plus de compassion pour ces quatre personnes... d'autant plus que tu flingues Klein pour avoir été une porte-drapeau de Milquet, alors que tout ce que tu fais, c'est de la propagande pour Reynders...

    Avoue que c'est pas beaucoup mieux ! :D
    Mr Jones, 1 Février 2009
    #9
  10. Offline
    Sig le Troll Vî Troll
    Comment perdre toute crédibilité en 3 phrases.
    Mais bon, fallait bien que ce sujet attire ce genre de personnes. :x
    Sig le Troll, 1 Février 2009
    #10
  11. Offline
    Et puis, entre nous, la crédibilité de T-Killah, elle commence a avoir pas mal de plomb dans l'aile, hein... :-D
    Mr Jones, 1 Février 2009
    #11
  12. Offline
    1) comme quoi ca rend pas forcément intelligent...

    2) et je n'ai jamais prétendu l'etre, on est au moins d'accord là dessus.

    3) on peut apprendre pleins de chose de pleins de gens et alors? ils n'ont pas d'opinion politique ou n'ont jamais fait de copinage? tu les connais si bien?

    4) je veux bien etre d'accord avec ce constat... partant ce ce constat, je ne vois pas toujours pas pourquoi le redacteur en chef a le droit d'orienter son journal en faveur d'une politique mais que le patron qui lui a mis ses billes dedans n'a pas le droit de décider? Expliques moi un peu pourquoi le journaliste est il si supérieur qu'il a droit de faire son prosélytisme politique... un peu comme les reportages de wahyoub fahyoumi sur les sans papiers, les regardes tu encore de la meme maniere après ses problemes? si oui c'est que tu as un probleme d'esprit critique.

    5) c'est la crise mon ami... des ouvriers se font virer tout les jours, des intérimaires ne sont plus appeler... alors si le patron a respecter le droit du travail pour virer ses 4 journalistes, dont je parie qu'ils ont déjà tous retrouvé du travail, je vais pas pleurer... et oui le patron est dans son droit.

    6) je fais ce que je veux, mais moi je ne le fais pas avec l'argent des autres... Etant employé dans un journal appartenant à autrui, tu défends tes idées sur le compte du patron... après viens pas pleurer si le patron te vire parce qu'il a d'autres idées, il va quand meme pas te payer pour que tu chies dans ses bottes (comme on dit vulgairement)...
    T-killah, 1 Février 2009
    #12
  13. Offline
    C'est bien de le dire, c'est mieux de dire en quoi... mais de toute maniere qui a une crédibilté ici? toi? zoheir? bah je vous la laisse, crédibiltié veut pas dire vérité.
    T-killah, 1 Février 2009
    #13
  14. Offline
    Morday Elite
    Vous etez fatiguant dans vos petites disputes.... C'est plus un concours de popularité que d'arguments.

    Grandissez un peu, et ne repondez pas si certains arguments vous semblent con... Ca evitera de pourrire bon nombre de discutions par vos chamailleries.
    Morday, 1 Février 2009
    #14
  15. Offline
    Sig le Troll Vî Troll
    En quoi? Bien, quand t'arrives à sortir ce genre de conneries sur les mouvements liberticides, c'est que toute envie de discussion saine et intelligente est déjà morte et enterrée.
    Sig le Troll, 2 Février 2009
    #15
  16. Offline
    Tu n'aimes pas leur propos, moi non plus... mais leur propos est légal (quand il ne l'est pas, ils sont condamnés mais coté VB par exemple peu de condamnation pour leur propos)... on parle bien de liberté d'expression non? tu es bien entrain de crier au massacre de cette liberté d'expression sous prétexte qu'on ne donne pas de tribune à la porte parole officieuse de madame non? Vas au bout de ton raisonnement: La liberté d'expression c'est pas seulement le droit de dire ce qu'il te plait t'entendre, c'est surtout le droit de tout dire dans les limites des lois.

    Perso je ne vois pas plus d'atteinte à la liberté d'expression dans le fait de refuser une carte blanche revancharde à une journaliste aigrie de s'etre fait virer qu'à interdire de débat publique à la télé et à la radio en belgique francophone des partis au poid électoral non négligeable. Perso l'interdiction des deux ne me dérangent, mais faut etre cohérent, soit les 2 te dérangent, soit les 2 te dérangent pas.
    T-killah, 2 Février 2009
    #16
  17. Offline
    Sig le Troll Vî Troll
    Bin, justement, ce n'est pas légal. Tu comptes encore te ridiculiser pendant longtemps?

    Deuxièmement, j'ai aussi une limite morale / éthique qui ne me permet pas d'accepter les personnes qui refusent toute liberté à autrui, dont l'opinion principale est la négation et le refus d'autrui. Tout discours n'est pas bon à prononcer / entendre quand il nie l'être humain par essence.
    D'ailleurs, c'est bien dommage qu'il y ait toujours autant de personnes qui n'ont pas le même soucis moral de respect de leur prochain.


    Merci, au revoir, au suivant.
    Sig le Troll, 3 Février 2009
    #17
  18. Offline
    Elian Techno Mofo
    Equipe GamerZ.be
    Également connu sous le sigle Kthxbye
    Elian, 3 Février 2009
    #18
  19. Offline
    Sergei Buddha !

    On parlera de respect d'autrui. Lorsqu'on décide de vivre en société on n'est pas libre du choix de ses mots mais on en est esclave .
    Sergei, 3 Février 2009
    #19
  20. Offline
    Va vite porter plainte alors, parce que le VB participe à des débats au Nord du pays...

    Après pour le reste, je te laisse te drapper dans la morale, moi j'ai pas besoin de faux semblants pour cacher des incohérences grosses comme des maisons: "Je suis pour la liberté d'expression... mais uniquement pour les gens avec qui je suis d'accord"...
    T-killah, 3 Février 2009
    #20
Statut de la discussion:
Fermée.