[ Étude ] Comment percevez vous ce texte ?

Discussion dans 'Etudes' créé par Butters, 19 Octobre 2007.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Butters si si !
    le texte ici

    Bonjour,
    Pour le cours de géographie, notre prof nous a demander de choisir un texte sur le sujet : " états-nations ".

    J'ai choisi ce texte ci-dessus.

    J'aurais aimé savoir comment vous, vous le percevez.
    J'ai déjà fait une analyse total du document mais je ne préfère pas le mettre pour l'instant, pour vraiment voir comment vous l'interprétez sans vous influencer.

    Merci a ceux qui prendront le temps d'analyser ces quelques lignes..
    Butters, 19 Octobre 2007
    #1
  2. Offline
    Butters si si !
    bon ben je vais quand meme mettre ce que j'ai fais.

    Dites moi ce que vous en pensez, n'hesiter pas a corriger les fautes, et dire votre avis. voila merci.

    texte :

    Travail de Géographie sur les états-nations.

    Etat : Entité politique constituée → D’un territoire.
    → D’une population.
    → D’un pouvoir institutionnalisé.

    Nation : Grande communauté humaine
    - En général sur le même territoire
    - Unité : Historique, linguistique, culturelle et économique.

    Historique : (Etat)
    L’évolution géopolitique mondiale est due à l’augmentation des états.
    Car :

    - dislocation des empires ottoman et austro hongrois après la 1ère guerre mondiale.

    - La décolonisation a provoqué la constitution de plus ou moins 50 nouveaux états en Afrique et en Asie.
    - Peu de réunifications (ex : les 2 Vietnam, les 2 Allemagne, les 2 Yémen)

    Economie : Il y a de plus en plus d’états mais qui dépendent économiquement d’un petit nombre de TRES grandes firmes (multinationales) → Interétatiques.

    ONU : Favorables aux états indépendants donc qui peuvent disposer d’eux même. Et aussi de les protéger.
    2 grands types antagonistes d’états.
    → Etats communistes (socialistes)
    →Etats de régime libéral = démocratiques.




     Penser Global
    A la base, les états-nations étaient composés d’une seule population (même culture, mêmes origines). Avec l’évolution, il n’y a plus de contraintes territoriales, c’est-à-dire que les habitants des pays sont beaucoup plus libres d’agir là où ils le veulent, et grâce aux moyens de communication, ils peuvent le faire à distance. Les états-nations ont donc changé d’appellation avec le temps. Conséquence de cette évolution ? Les états-nations entrent dans une ère de globalisation, c’est-à-dire que leurs décisions économiques ou politiques ont des répercussions qui dépassent le niveau national. L’économie devenant global, la vie sociale doit essayer de s’organiser dans ce même sens. Il faudrait donc adopter une politique d’élargissement au niveau des décisions.
    De nos jours, les enjeux économiques dépassent les frontières d’un pays (-> globalisation). Ce n’est pas comme dans les années 60-70 où le sentiment nationaliste ressortait beaucoup plus encore qu’aujourd’hui. Avec le temps, les populations changent. L’immigration a de l’influence sur ces changements (autres cultures, origines,…). Les immigrés s’intègrent, donc leur culture aussi. Il faut faire attention, nous avons une politique sociale bien établie et celle-ci serait mise en danger par la globalisation. Notre solidarité sociale devra résister et éviter de tomber dans le racisme. Un état nation actuel est très différent d’un état-nation qui existait il y a 30-40 ans.

     Histoire et géo, que font-ils ensemble ?

    L’histoire et la géographie sont très liées. En France, on enseigne la géo depuis les primaires. Sans l’histoire, on ne peut comprendre la géographie. Ces 2 branches ont un point commun, le problème de l’enseignement de l’état-nation. On n’enseigne plus l’histoire d’un pays en continu. On enseigne l’histoire au niveau global. Idem pour ce qui est de la géographie, on ne parle plus d’un pays européen en particulier. Voilà pourquoi il est difficile pour des étudiants de comprendre ce qu’est un état-nation de nos jours.

     L’état nation, passage obligé de l’antimondialisation.
    Les antimondialistes se font de plus en plus nombreux. Tout d’abord, qu’est-ce qu’un antimondialiste ?? C’est quelqu’un qui est partisan de notions telles que la générosité, l’engagement et le militantisme. L’antimondialisation est donc un mouvement qui s’oppose à l’individualisme.
    L’antimondialisation est en expansion. Mais elle n’est pas assez puissante pour exercer une influence sur les grands pays de ce monde. Ce qui constitue un obstacle pour les antimondialistes c’est le principe de NATION, qui est totalement opposés aux valeurs qu’ils défendent vu que la nation illustre l’égoïsme, le passé, le nationalisme. Or, le seul concept qui va dans le même sens que l’antimondialisation est celui d’état nation. L’état nation défend la démocratie, l’élection ( pas de dynastie ou de succession) des chefs d’état. L’état nation défend donc le principe de souveraineté populaire (le peuple décide de qui le gouverne  élections).
    Les antimondialistes ont pour but de faire changer la pensée citoyenne, de la faire évoluer. De la rendre universelle, et que celle-ci soit appliquée au niveau économique. En voici en exemple.
    Ils voudraient par exemple que les taux de taxation soient les mêmes dans le monde entier, ou qu’ils ne soient pas instaurés du tout.
    Mais ils oublient que les pays du monde entier n’ont pas le même poids, certains pays peuvent imposer leurs conditions lors d’un échange commercial car ils sont puissants (ex : la France). D’autres en revanche se soumettent aux conditions du vendeur. Un autre argument pour souligner que les pays n’ont pas le même poids est celui de la solvabilité des consommateurs.
    Exemple : En 1999, la France a décidé de retirer de la vente l’ensemble des canettes de Coca-cola car il avait été démontré qu’il y avait un risque de présence de produits toxique. Cette décision a eu un impact sur l’ensemble des consommateurs français, car il y a la sécurité sociale. Imaginons que ce problème ait eu lieu en Chine. L’ensemble de la population n’aurait pas été touché, car là-bas tout le monde ne peut pas se permettre de consommer du Coca-cola, là-bas la sécurité sociale n’existe pas, c’est « chacun sa merde ».

     On peut donc déduire qu’un état nation protège sa population, la préserve.

    Libéralisme et états-nations.
    Est-ce compatible ?
    Qu’est ce que le libéralisme ?
    C’est une attitude, une doctrine de libéraux partisans de la liberté politique et de la liberté de conscience.
    Cela s’oppose à l’étatisme donc il est en rupture avec l’ancien système.
    Le souci du libéralisme est de réduire le plein pouvoir de certains gouvernements.
    Au 18ième siècle les idées libérales sont apparues parmi la société civile, mais aussi au 19ième siècle le marxisme (fondé sur la communauté des biens) apparaît et remporte un grand succès en contradiction avec une société capitaliste qui engendre une grande misère humaine.
    Libéralisme et marxisme veulent tous les 2 changer radicalement avec l’ancien système de société.
    Le libéralisme veut garder l’état car il garantit les lois et les libertés individuelles.

    La loi dirige la société mais en cette fin de siècle, apparaît l’ultra libéralisme qui est basé sur l’économie à tout prix et perd les anciennes valeurs de l’ancien libéralisme avec la mondialisation, l’état risque de perdre le pouvoir.
    Les solutions envisagées sont :
    → Reconstruire l’état politique au niveau trans-étatique (qui tient compte de la mondialisation)
    → Nouvelles règles économiques à grande échelle.
    → Revoir la politique du libéralisme.
    Conclusion : Actuellement, l’économie se base sur le monde et non plus à partir de petits états, il faut donc revoir la politique générale en fonction de cette évolution.

    La guerre pour les états nationaux.
    La sociologue Vesna Pesie a essayé de comprendre la guerre et l’épuration ethnique dans la région des Balkans. (1990)
    Il existe un rapport entre la guerre et la dislocation de la Yougoslavie.
    L’état dirigeait tout en Yougoslavie (qui était un pays communiste).
    Après la chute du mur de Berlin, des nouveaux états ce sont créés à partir d’une identité ethnique des populations.
    Les dirigeants serbes d’un coté, les dirigeants croates de l’autre ont essayé de recréer de nouvelles frontières en déplaçant les populations en fonction de leur ethnie.
    Le parti unique (communiste) avait tout pouvoir sur la vie économique, cela a engendré d’énormes crises mais ce parti unique n’en a jamais été accusé, cela a plutôt dérapé vers des problèmes « ethniques ».
    Il y a un sentiment d’injustice nationale pendant la période communiste ce qui engendrera des révoltes par la suite.
    Le serbe, Milosevic, va prendre tous les pouvoirs économiques et politiques et empêcher la démocratie.
    Il nomme sa politique le « Salut du peuple » mais il étouffe le peuple en créant beaucoup d’interdits (professionnels, bannissement massif des universités.)
    Cette politique entraînera la guerre et l’épuration ethnique.
    Conclusion :
    Nous sommes la dans la problématique des cartes de frontières qui ne coïncident pas avec la répartition ethnique des populations.
    C’est également la grosse difficulté de passer d’un pouvoir étatique ancré depuis longtemps à une ouverture sur un monde libéral et démocratique.
    L’homme en tant qu’être humain a des difficultés à se créer un nouvel univers en rapport avec l’ouverture des frontières et la mondialisation. Pour se protéger il se réfugie dans les notions de peuple, ethnie, tribu,…
    Butters, 21 Octobre 2007
    #2
Statut de la discussion:
Fermée.