"Nous les Dieux" par Bernard Werber

Discussion dans 'Livres, BD, Manga, Anime' créé par Kaman, 18 Octobre 2004.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Kaman Elite
    [IMG]

    Après une attente insoutenable voici enfin le nouvel opus de Bernard Werber! Alors: bon au mauvais?...

    .:: Précisions ::.

    Il s'agit donc là de la suite des aventures de Michael Pinson, commencées avec "Les thanatonautes" et laissées inachevées à la fin de "L'Empire des anges" qui en était la suite directe.

    "Nous les Dieux: L'île des sortilèges" n'est en fait que le premier tome de ce troisième et ultime (?!) épisode. Les deux tomes suivants s'intituleront "Le souffle de l'histoire" et "Le dernier mystère" dont on ignore les dates de sortie pour l'instant.

    .:: Petit résumé ::.

    Quelque part, loin, très loin, se trouve une île que ses habitants appellent Aeden.

    Là, perchée sur un haut plateau, une ville: Olympie. Dans son coeur, une étrange institution, L'Ecole des Dieux, et ses professeurs: les 12 dieux de la mythologie grecque, chargés d'enseigner l'art de gérer les foules d'humains pour leur donner l'envie de survivre, de bâtir des cités, de faire la guerre, d'inventer des religions ou d'élever le niveau de leur conscience.

    La nouvelle promotion? 144 élèves dieux qui vont devoir s'affronter à travers leurs peuples, leurs prophètes, chacun avec son style de divinité.

    Mais la vie sur Aeden n'est pas le paradis. Un élève essaie de tuer ses congénères, un autre est tombé fou amoureux du plus séduisant des professeurs, Aphrodite, déesse de l'amour, et tous se demandent quelle est cette lumière là-haut sur la montagne qui semble les surveiller...

    .:: Avis personnel ::.

    Je ne cache pas qu'en dehors de l'effervescence que provoque la sortie de chaque nouveau bouquin il m'était impossible de ne pas avoir d'appréhension quant au fond. Comme je l'ai déjà dit dans mon sujet lui étant entièrement consacré, l'Univers de Werber avait tendance à perdre de son charme, voire de son sens. Ce sentiment a été provoqué par la lecture d'un livre en particulier: "Nos amis les humains"*.

    *Livre que pour ma part j'ai trouvé catastrophique, à tel point que j'avais entrepris de le présenter pour mon examen oral de français afin d'en illustrer les défaillances et d'exprimer mes regrets au vu de cette oeuvre bâclée.

    Mais alors, LE Werber est-il de retour?

    Je ne vais pas être tranché sur cette réponse... Je dirais juste qu'il a changé, énormément changé! Il a fait place à une vision exagèrément matérielle, voire restrictive, du monde. Je m'explique au travers d'exemples:

    - Les "ankh", objets dont sont munis les élèves Dieux à leur arrivée. A mes yeux ce ne sont que de vulgaires jouets, ils n'ont rien dans leur description qui puisse laisser imaginer qu'ils sont là en présence d'objets issus d'une mythologie, au mieux ce sont juste des gadgets de dieux, aucune comparaison avec le trident de Poseidon par exemple. Petit détail qui m'a choqué en particulier, le fait qu'ils aient des socles semblables à ceux d'un téléphone portable pour les récharger la nuit...

    - Les téléviseurs "écran plat" qui permettent aux élèves de suivre l'évolution des humains qu'ils ont eu sous leur aile lors de leur stade angélique. Quand j'ai lu téléviseur inséré dans une description d'un monde déïque j'ai dû relire deux fois tellement j'ai trouvé ça "ridicule" mais alors la mention "écran plat" qui suivait m'a littéralement laissé dubitatif quant à la suite...

    Je peux comprendre que la démarche de Werber soit de donner des repères terriens pour son roman mais là où le bât blesse c'est lorsqu'à la fin du livre cette pensée est exprimée Raoul Razorback (si ma mémoire est bonne): "Nous nous rattachons qu'à ce que nous avons connu dans l'en-deça... " sous-entendu: "C'est ce qui fait que nous tournons en rond".

    Un autre point important dans mes doléances (désolé, je commence par les points négatifs...) le manque de fantaisie de Werber. Là où il nous aurait expliqué en détail le processus il y a encore quelques années, ici quid de l'interaction dieux-humains? Il y a bien sûr les ankhs... mais après ça?

    Ca me donne l'impression qu'il s'est aventuré sur des terrains qui lui échappent. Bien sûr je ne saurais moi-même imaginer par quel processus tel dieu dirige telle peuplade mais il nous met l'eau à la bouche pour finalement laisser planner un doute. Doute qu'il ne me semble pas à même de dissiper lui-même. Autant les carences de l'explication ne m'avaient pas marquées dans L'Empire des anges, autant ici elles se font cruellement ressentir.

    Venons-en aux points positifs (oui oui il y en a!)

    Tout d'abord j'ai été heureux de constater que là où Werber se répétait par rapport à ses connaissances il explore de nouveaux terrains pour le moins interressants! Il donne enfin un sens réel aux apparitions répétées du sens des chiffres. Il nous en apprend énormément sur les mythologies, principalement la grecque autour de laquelle tourne l'histoire. Il y a bien sûr ce côté énigmatique propre au récit Werberien: Qu'y a-t-il en haut de cette colline?.

    Il y a également des questions qui nous assailent en lisant le livre: "Que ferais-je si moi aussi j'étais Dieu?", "Pourquoi les élèves éléminés sont tranfomés en chimères?".

    Je dois conclure en disant ceci, si le bouquin est très bon il n'en reste pas moins qu'on était en droit d'attendre quelque chose de meilleur, j'espère que Bernard Werber enlèvera à mes remarques leur raison d'être avec les deux prochains tomes. Dans un sens je suis étonné de voir qu'il semble suivre le chemin contraire de la logique, plus il avance plus il perd en maturité, mais ce constat n'a rien d'alarmant.

    Question "note" je mettrais un 7/10 à ce livre malgré ce que j'estime être de grosses erreurs. A lire donc si vous avez entamé la trilogie!

    Attention, si vous ne voulez pas être influencé par les hypothèses émanant de mon esprit torturé ne lisez pas les lignes qui suivent!!

    Et si finalement tout ça n'était qu'un rêve? Et si Michael Pinson était dans le coma depuis le début du premier roman? Ceci expliquerait certaines zones d'ombre et une vision définitivement "terrienne" des choses. Dès lors nous serions confrontés non pas à un personnage fictif mais bien à l'esprit de Bernard Werber lui-même et à son imagination fertile.

    Et pourtant je vois très mal comme échappatoire lors des dernières pages du dernier tome: "Et Michael Pinson se réveilla, se rendant compte que tout ça n'était qu'un rêve. Il continua sa vie avec une vision beaucoup plus ouvertes, il voyait le monde différemment" sans quoi je serais le premier à hurler au fouttage de gueule...

    Je me pose également une question primordiale: Si les molécules ne sont pas conscientes de constituer un organe humain, si les humains ne sont pas conscients d'être en-dessous des anges, si les anges ne sont pas conscients d'être dirigés par des dieux... Qu'advient-il des Dieux? Seraient-ils eux aussi sous le joug qu'une instance supérieure insoupçonnée?... Peut-être que la réponse se trouve dans les tomes suivants.

    Pour tout ça j'attends avec une extrême impatience la suite de l'histoire!
    Kaman, 18 Octobre 2004
    #1
  2. Offline
    McEwan De Merack
    Super les commentaires ! Je m'attendais pas à revoir Pinson de sitot ! Plus qu'à terminer " la clarté de la lune " et je m'y met :D
    McEwan, 19 Octobre 2004
    #2
  3. Offline
    Matsuto Elite
    emrci pour ton super avis!!!

    dommage que je n'ai plus le temps de lire de livre pour le moms :-(
    Matsuto, 19 Octobre 2004
    #3
  4. Offline
    Kaman Elite
    C'est vrai que ça fait plaisir de le retrouver Pinson :]
    Kaman, 20 Octobre 2004
    #4
Statut de la discussion:
Fermée.