Nouvelle Sécurité [Le Watermarking]

Discussion dans 'Actualité' créé par TrunK, 7 Décembre 2003.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    TrunK 공지글
    Le Watermarking pénètre le Web, les CD et les DVD :

    Définition :
    Technique de marquage qui consiste à insérer une signature invisible et permanente à l'intérieur des images numériques transitant par les réseaux, tel Internet, afin de lutter contre la fraude et le piratage et d'assurer la protection des droits de propriété intellectuelle.
    Note(s): Cette signature doit pouvoir résister aux différentes techniques de traitement de l'image (ex. : compression, lissage, rotation, etc.) et aux attaques possibles des pirates informatiques (ex. : craquage).
    La reproduction des images numériques qui transitent par Internet est très facile. Le tatouage numérique permet de marquer de façon permanente chaque image avec une information (un code d'identification) imperceptible et indétectable par tout système ignorant son mode d'insertion. Il permet notamment de garantir la preuve de paternité d'une oeuvre numérique et de dissuader le pirate dans la mesure où la signature peut être retrouvée dans chaque copie de l'image originellement marquée



    Fin octobre 2003, la société Verance basée aux Etats-Unis a annoncé une nouvelle version de son système de protection de contenus vidéo, basée sur le watermarking ou tatouage par filigrane. Le procédé a déjà séduit Universal Pictures qui l'utilisera dès 2004. Parallèlement, la JASRAC, Société japonaise des droits des auteurs compositeurs et des éditeurs ainsi que la RIAJ, Association japonaise de l'industrie musicale, viennent de tester, avec succès, une technologie basée, elle aussi, sur le watermarking. En France, enfin, la société Nextamp, essaimage de Thales, travaille sur un projet similaire.

    Les sociétés de droits d'auteur et les industries des médias audio et vidéo, ont bien compris que le danger de la banalisation des connexions Internet haut débit, et des graveurs de CD/DVD grandissait de façon exponentielle et représentent dès aujourd'hui un manque à gagner et des préjudices importants pour elles. Face au téléchargement et/ou copiage de musique et de films, les protections actuelles se révèlent en effet gênantes et peu efficaces. C'est la raison pour laquelle beaucoup se tournent vers cette technologie récente et sophistiquée, qui offre une solution partielle mais intéressante à la protection des droits d'auteur et contre la copie illégale. Quelques explications sont donc nécessaires pour comprendre ce qu'est le watermarking, ce qu'il permet et ne permet pas.

    Le watermarking est en fait une branche de la stéganographie (elle-même branche de la cryptologie), que l'on peut définir comme l'art de cacher de l'information dans de l'information. On raconte qu'en 1986, Margaret Thatcher, ne supportant plus que certains de ses ministres vendent des informations à la presse, exigea que tous les traitements de textes de son cabinet soient programmés afin que l'identité des utilisateurs soit encodée dans les espaces de leurs textes. Si une fuite advenait, on pouvait alors identifier le coupable. C'est un exemple récent de stéganographie dont l'histoire remonte cependant à l'antiquité. Le watermarking, quant à lui, en est un cas particulier dans lequel les informations cachées déterminent des droits d'auteur ou une authentification des données porteuses. Son rôle initial est de prouver l'appartenance d'une oeuvre (en ce qui nous concerne: son, image, vidéo,...) à son ou ses propriétaires par l’insertion d'un filigrane. C'est donc une solution potentielle pour la protection des copyrights des oeuvres numériques de valeur. Une seconde application permet, quant à elle de lutter, dans certains cas, contre la copie illicite de documents numériques. Il s'agit du "traitor tracing", qui introduit la traçabilité du copieur illégal. Ceci s'adapte par exemple à la vidéo ou à la musique à la demande, où sur le serveur, le document se voit rajouter l'information de copyright ainsi qu'un identificateur du client (finger printing). Les majors américaines s'intéressent également à cette utilisation du watermarking, non pas pour les DVD grands publics mais pour les screeners qui sont diffusés aux journalistes avant la sortie d'un film. S'ils revendent le DVD, ou le diffusent sur Internet en divX, comme c'est fréquemment le cas aujourd’hui, ils courront alors le risque que leurs "empreintes digitales" inscrites en filigrane ne les démasquent.

    Pour que ce système soit fiable et efficace, il doit remplir principalement trois exigences techniques. La première est la faible altération du document initial : le filigrane (on dit aussi watermark) doit rester imperceptible au niveau humain. La seconde est la non ambiguïté : une fois la watermark retirée, elle doit identifier clairement son propriétaire. Enfin, la troisième et la plus difficile à satisfaire techniquement, est la robustesse : le filigrane doit être impossible à effacer ou à altérer. Concrètement, il doit résister à des modifications de type filtrage en fréquences, conversion de format de fichiers (jpg, MP3, divX, ...), passage numérique-analogique-numérique,... Il y a à peine 5 ans, le watermarking était loin de satisfaire ces dures exigences, mais les progrès récents effectués utilisant des mathématiques de haut niveau (typiquement on cache la watermark non pas dans le signal lui-même mais dans une transformée du signal, en fréquence ou en temps/échelle) laisse entrevoir une lutte équilibrée avec les pirates. En tous cas, certains industriels et sociétés de droits d'auteur se montrent aujourd'hui convaincus.

    La JASRAC et la RIAJ ont par exemple reproduit des tests en conditions réelles utilisant différentes technologies de watermarking certifiées par le projet STEP (IBM, M-Ken, MarkAny Japon, et la Compagnie Victor du Japon aussi). Pour cela, ils ont incrusté en watermark le code standard international d'une oeuvre musicale (ISWC) dans un fichier audio qu'ils ont ensuite converti au format MP3, et envoyé sur des serveurs internet. En combinant ceci avec un système de surveillance, conçu pour dépister les fichiers musicaux illicites et équipé d'un programme de détection de watermark, les tests ont été concluants. Cette collaboration entre une société d'auteurs et des producteurs, devrait maintenant s'étendre à la promotion de l'utilisation du watermarking.

    La société américaine Verance, de son côté, a su convaincre Universal Picture d'équiper dès 2004, la majorité de ses DVD, HSH, le pay-per-view et la VoD, de son nouveau système de watermarking vidéo. Le tatouage numérique permettra ici de réguler les modes d'utilisation (autorisation pour la location,...), de contrôler les copies (sans pour autant les empêcher), et d'identifier l’œuvre originale.

    Même s'il ne représente pas une solution totale au problème ici évoqué, et s'il peut être potentiellement utilisé de façon abusive, le watermarking va donc probablement faire partie discrètement de notre quotidien numérique dans un très proche avenir.

    Conclusion :

    Le contenu d'une marque, typiquement quelques bits d'information, peut être de différentes natures.

    1. Elle contient des informations sur les permissions attachées au document. Prenons l'exemple d'un film vidéo : il pourrait être marqué en copie illimitée, copie interdite (dans le cas où il est acheté dans le commerce), copie une fois seulement (film diffusé à la télé) charge au "magnétoscope" de transformer cette marque en une marque de copie interdite. Dans ce type de marquage, c'est au matériel de copie que revient la charge de détecter la marque ;

    2. La marque peut indiquer qui est propriétaire du document. Ainsi, toute personne qui s'en réclamera propriétaire illégalement pourra être condamnée légalement, la marque faisant office de preuve devant un tribunal ;

    3. On peut également marquer l'ayant droit du document, c'est-à-dire la personne à qui le propriétaire a donné une copie. Ainsi, chaque copie du document contient une marque différente (qu'on appelle empreinte) permettant d'identifier son utilisateur. Cette technique est appelée le "fingerprinting". En plus des attaques usuelles du watermarking, le fingerprinting doit résister également aux collusions entre un nombre limité d'ayant droit qui comparent leur document dans le but d'enlever toute empreinte permettant d'identifier l'un d'eux.

    SOURCE :
    http://www-rocq.inria.fr/codes/Watermarking/
    http://www.isecurelabs.com/news/204
    TrunK, 7 Décembre 2003
    #1
  2. Offline
    TrunK 공지글
    Ce qui fait peur c'est le point 3 de la conclusion ( la tracabilité du client ) :?
    TrunK, 7 Décembre 2003
    #2
  3. Offline
    Havane Funky fresh Masta
    Pas encore tout lu mais sa m'a tout 'lair du niouze béton gg!!
    Havane, 7 Décembre 2003
    #3
  4. Offline
    TrunK 공지글
    Et banf :

    Music Watermarking
    The latest music from the Belgium artist SoulBob is currently available for download. The downloaded files will have a watermark containing personal information like your name & address.
    The technology was developed in Germany and has already led to the arrest of a few counterfeiters.
    TrunK, 7 Décembre 2003
    #4
  5. Offline
    Azinou Ancienne LV
    plus d'info sur les principes mathèmatique sur lesquel est basé ce watermarking dans l'art du secret,dossier 36, pour la science, juillet/octobre, pps72-77
    Azinou, 7 Décembre 2003
    #5
  6. Offline
    Fist Vieux Crouton
    Equipe GamerZ.be
    le peer to peer en prends un coup
    va falloir hachement se mefier
    Fist, 7 Décembre 2003
    #6
  7. Offline
    Azinou Ancienne LV
    scanage du dossier en cours, bientot disponible
    Azinou, 7 Décembre 2003
    #7
  8. Offline
    black frog Touriste
    information très intéressante.
    Bonne idée de post merci.
    black frog, 7 Décembre 2003
    #8
  9. Offline
    Matsuto Elite
    oui merci beaucoup info super interressente.. me demande combien de temps sa va tenir avec qu'un petit hackeur déjoue cette protaction a coup d'indélébile ou autre loool ;)

    non serieux la sa commence a faire peur :shock:
    Matsuto, 7 Décembre 2003
    #9
  10. Offline
    mouais.. :shock:
    comme tu dis, le p2p va morfler ://
    Gee_oldd, 7 Décembre 2003
    #10
  11. Offline
    Arnoz Touriste
    Oh merci. Vachement intéressant, mais ca fout les boules pour la suite :cry:
    Arnoz, 7 Décembre 2003
    #11
  12. Offline
    Abe@Mat Touriste
    mort du p2p? on va faire comment? :s
    Abe@Mat, 7 Décembre 2003
    #12
  13. Offline
    admix G!v3 m3 a 60v3rnm3n7
    attends 2 jours, tu trouveras la soluce... mais ailleurs qu'ici
    admix, 7 Décembre 2003
    #13
  14. Offline
    violent hin :pfiou:
    boah j'utise pas trop le p2p :roll:
    Gee_oldd, 7 Décembre 2003
    #14
  15. Offline
    Abe@Mat Touriste
    c'est bien ça qui nous permet de dl avec des prog tel que emule ou kazaa non? (comme ça je suis sur de savoir de quoi je parle ;) )
    Abe@Mat, 7 Décembre 2003
    #15
  16. Offline
    [ 1000101 ] Touriste
    ça va surement faire effet pendant qques temps (un jour ... deux ?) mais certaines personnes trouveront certainement une faille.

    Et je suppose que ça va entrainer pas mal de problemes ... des documents protégés impossible a réouvrir par exemple ... enfin, nous verons bien comment ça va se passer.
    [ 1000101 ], 7 Décembre 2003
    #16
  17. Online
    Sig le Troll Vî Troll
    Arf, les salauds, "manque à gagner", leur en fouterai du manque à gagner.

    Sinon, je comprends pas trop bien comment ils voudraient pouvoir poursuivre un gars qui a une copie, car il n'enfreint pas les droits d'auteurs. Par contre, c'est celui qui diffuse qui est dans de la merde sérieux, car on sait remonter le plus facilement du monde jusqu'à lui vu ce qu'ils disent sur cette technologie.
    Encore une belle atteinte au droit à la vie privée?
    Sig le Troll, 7 Décembre 2003
    #17
  18. Offline
    Fist Vieux Crouton
    Equipe GamerZ.be
    de toute facon sur les screeners ils auront vraiment du mal a la foutre cette protection :D
    Fist, 7 Décembre 2003
    #18
  19. Online
    Sig le Troll Vî Troll
    Ouais, mais bon, caca comme qualité. :D
    Sig le Troll, 7 Décembre 2003
    #19
  20. Offline
    Abe@Mat Touriste
    lol ça fait marrer quand leur 1er système inviolable il suffisait de mettre une petit coup de marqueur :s
    Abe@Mat, 7 Décembre 2003
    #20
Statut de la discussion:
Fermée.