Percée du parti pirate aux élections berlinoises

Discussion dans 'Actualité' créé par Havane, 20 Septembre 2011.

  1. Offline
    koraz Tiède
    La politique n'est qu'une fumisterie, les vrais débats n'ont pas lieu pour un soucis électoral.

    Bah, ces bruxellois là devraient plus se focaliser sur la crise internationale que sur un problème de langue dans un partie du pays aussi grosse qu'une chiure de mouche. Pourquoi en faire tout un foin? C'est ca qui permettra à chacun d'entre nous de vivre mieux? Non

    La faute en revient aux politiques passés et actuels. En france 1/3 de la dette est sous le règne de sarko dont 3/4 sont du à lui et non la crise.

    Je ne préfère pas les politiques grecs, je ne prend pas partis... J'explique juste que quoiqu'on en dise, il n'y a pas grand chose d'intéressant dans les politiciens.

    On va pas partir sur un débat pro ou non lepen, je vois que mlp propose des choses totalement différentes de celle qui nous on mi là ou on en est... Bien ou mal, elle propose AUTRE CHOSE que de continuer sur la pente actuelle et c'est bien pour cela qu'elle risque de faire mal.
    koraz, 22 Septembre 2011
    #21
  2. Offline
    bOweL Intestin
    laul du moman ke cé pa le PS :eek: :eek: :burp: :burp:
    bOweL, 22 Septembre 2011
    #22
  3. Online
    Havane Funky fresh Masta
    Tout ce que je dis Koraz c'est que, et je sais que tu vas tomber de ta chaise et crier au déni de démocratie, mais "le peuple" (qui est déjà en soi un concept excessivement vague et donc très pratiques pour les populistes (tiens, tiens)) ne sait PAS ce qu'il veut. Ce sont les politiques qui formulent des programmes, qui formulent les problématiques (avec les médias et un peu la société civile), qui formulent les réponses. Après le "peuple" choisit d'y adhérer ou pas selon ses affinités, ses valeurs, ses représentations et, il faut bien le dire, le talent de communicateur des hommes politiques.

    Je vais prendre l'exemple de la fameuse constitution européenne. Moi j'étais pour car cela représentait une vraie avancée, une vraie cohérence et surtout, une ambition de doter l'europe d'une seule voix sur la scène internationales. Cela est INDISPENSABLE si on veut pas se faire bouffer par les puissances émergentes, si on veut mener une vraie politique de développement et faire du "soft power" comme disent les spécialistes. Après je suis totalement d'accord que ce texte n'allait pas assez loin, que ce texte aurait du contenir un volet social important, notamment pour harmoniser les politiques salariales et budgétaires.

    Mais voter ce texte n'empêchait en rien d'avancer dans cette direction par la suite car, soyons franc, avant qu'il n'y ait débat sur la constitution, l'europe sociale n'était une source de préoccupation que pour quelques militants syndicalistes ou de gauche de la gauche. Ce qui s'est passé, c'est que tant les partis d'extrême droite que la gauche ont bien senti le potentiel que recelait un tel texte, complexe et résultat de nombreuses tractations etc. Ils ont sauté sur l'occasion pour rentrer dans un discours de la peur, de critique indiscriminée de l'europe alors que ce n'était pas vraiment le propos. Parmis tous ceux qui ont voté "Non" et qui se sont insurgé contre la constitution, combien ont lu vraiment ce texte, s'y sont intéressés? Pas beaucoup.

    Le désintérêt de la politique de la part du citoyen est peut-être le résultat des échecs de nos gestionnaires, mais sincèrement je ne le crois pas car on a déjà traversé des crises bien plus graves sans que les idéologies et les idéaux ne soient à ce point moribonds. En fait, ce désintérêt et cette mort des idéologie elle commence pendant les 30 glorieuses, une période de forte croissance et de plein emploi. Ce que je crois, moi, c'est que le consumérisme érigé en valeur suprême, la "société du risque" et de la peur qu'on nous vend, l'accélération de l'information,... Ne permet plus aux gens de réellement s'intéresser à la politique, aux idéaux etc. Le naufrage de la presse papier en est un exemple très parlant, on ne peut pas vouloir comprendre les choses et se contenter de regarder le 20h. L'info et les idéaux ca ne se consomme pas, on cela ne devrait pas et c'est à mon avis une des raisons qui génère un "peuple" totalement apolitique.
    Havane, 22 Septembre 2011
    #23
  4. Offline
    koraz Tiède
    Le mensonge politique est le vrai problème. En quoi une dévaluation de l'euro serait néfaste? L'euro ne fait qu'augmenter face au dollars, c'est pour cela qu'on voit une augmentation de la richesse personnelle? Non. De tout temps les monnaies ont été dévaluées, on en est mort? Non. La peur vient justement de ces politiques qui veulent nous faire croire que si on va pas par plus d'europe, plus de travail, plus de taxation on va droit dans le mur.

    La peur? Ce n'est pas logique d'avoir peur alors qu'on est face à des crises qui coutent des milliards, que nos politiques renflouent avec notre argent, sans nous demander quoique ce soit MAIS EN PLUS, laisse faire et ca recommence? Comment peut on avoir confiance en eux? On a recapitalisé les banques et on a absolument rien à dire dans leur gestion. Comment est ce possible? Et là, lagarde nous dit qu'on va devoir recommencer. Mdr

    Tu crois que c'est en faisant des plans d'austérité imposé à la grèce qu'elle va se relever? Ca n'arrivera jamais. Ce n'est pas en empechant le peuple de consommer qu'on relance une économie.

    Comment faire confiance en des politiques qui ne prennent plus l'avis du peuple. La constitution européenne, bonne ou mauvaise (là n'est pas la question) à été refusée par le peuple. Comment un politique (qui est censé représenté ce peuple) peut il prendre une décision à l'encontre de ce que le peuple veut?

    Pour moi l'europe est l'enfant de la mondialisation, cette même mondialisation qui nous fait dire "on doit être compétitif avec les chinois". Comment peut on être compétitif avec les chinois alors qu'ils surexploitent leur peuple pour une bouchée de pain?

    Comment faire confiance en des politiques qui ont imposé à emprunter sur les marchés financier, ces même marchés qui sont là pour faire du pognon et qui se sucre sur le dos des pays grace aux agences de notations qui "cote" les pays.

    Répondez à mes questions, moi je répond aux votre.
    koraz, 22 Septembre 2011
    #24
  5. Online
    Havane Funky fresh Masta
    Il y a une TRES nette différence entre dévaluation de l'euro et sortie de l'euro qui entraine une dévaluation colossale et automatique. En gros une dévaluation favoriserait nos exportations puisque cela couterait moins cher aux USA de nous acheter des biens, mais augmenterait le prix des importations et donc le coût des facteurs. Mais en plus de cela, une dévaluation va entrainer une inflation dont on voit mal comment la maitriser après coup. Sans parler de l'effet sur le poids de la dette, une dévaluation est neutre à moyen terme ce qui risque fortement d'entrainer les économies dans un cercle vicieux de la dévaluation, comme ce fut le cas par le passé. Ceux qui disent aujourd'hui que l'euro est le problème se trompent totalement de cible. La solution est dans une réforme de l'euro pas dans un abandon qui mènerait tout le monde à la catastrophe et saperait TRES durablement la confiance.

    Ce n'est pas parcequ'elle est légitime ou compréhensible que la peur est bonne conseillère. Maintenant, je suis totalement pour une régulation bcp plus forte du secteur bancaire, pour qu'ils doivent rendre des comptes lorsqu'on les recapitalise, pour qu'ils paient leur juste part dans leurs erreurs et qu'on arrête avec les salaires indécents.

    C'est un débat de macroéconomie qui te dépasse toi comme moi. Je ne suis pas convaincu que l'austérité soit une bonne solution à long terme. Il est certain que sans relance, sans politique Keynésienne de grand travaux et d'augmentation de la consommation publique, pas de relance possible a priori. D'un autre côté, sans capacité de financement, sans possibilité d'emprunter à un taux raisonnable, pas de possibilité d'injecter de l'argent dans de telles politiques. Donc je crois qu'en effet, la Grèce doit donner des garanties de bonne gestion avant de pouvoir voir sa dette rééchelonnée et éventuellement de bénéficier d'argent frais car là, ils ont mené une politique irresponsable pendant des années.

    Il est certain que l'europe souffrait d'un déficit de démocratie. Justement, le traité de Lisbonne introduit beaucoup plus de démocratie en instaurant la codécision conseil/parlement pour la majorité des compétences. Ce qu'a refusé "le peuple" (encore une fois c'est une notion très vague et dont on fait ce qu'on veut) c'est les dérives ultralibérales types "directive Bolkenstein" qui n'est effectivement pas d'application. Lorsque tu évoques la question de l'europe documente toi avant de répéter ce que tu as entendu par ailleurs.


    C'est loin d'être une position unanime même chez les libéraux. Il faut spécialiser notre économie dans des secteurs à haute valeur ajoutée.

    Je vais même pas tenter de répondre à celle là car je ne l'a pas comprise mais manifestement elle témoigne d'une méconnaissance totale des mécanismes en jeu.
    Havane, 22 Septembre 2011
    #25
  6. Offline
    koraz Tiède
    Nous n'empruntions pas à notre banque nationale à taux réduit?
    koraz, 22 Septembre 2011
    #26
  7. Online
    Havane Funky fresh Masta
    Emprunter à l'intérieur de son pays via les bon d'Etats c'est possible mais pas sans limite. La Belgique à la chance que sa dette soit détenue en grande partie par les nationaux qui sont traditionnellement de grands épargnants. En fait la banque nationale émet des obligations, que tu achètes et ton capital est bloqué pour 10/15/20 ans. Tu peux aller chercher tes intérêts tous les ans et en fin de parcours tu récupères ton capital. Mais pour que ca soit faisable, il faut une grande propension marginale à l'épargne (en gros que les gens consacrent une augmentation de salaire plus à l'épargne qu'à la consommation) ce qui n'est possible que quand les gens ont de bons revenus qui peuvent satisfaire leurs besoins primaires et secondaires. Ce n'est bien entendu pas possible partout, les USA sont par exemple connus pour être une nation ou les gens vivent à crédit. C'est positif car ca soutient la croissance et la demande intérieure mais d'un autre coté ca ne permet pas d'emprunter à l'intérieur de ses frontières. A moins de faire tourner la planche à billets mais Mobutu à essayé, c'est assez moyen comme résultat :)
    Havane, 22 Septembre 2011
    #27
  8. Offline
    Tarouk Homo Sapions
    Vélorution ftw!

    Ca relève plus de la blague de potache qu'autre chose: envisager sérieusement de se lancer dans la politique avec ce genre de "parti", c'est comme chercher le dernier plot de Schaerbeek et lui refourguer un scalpel au bloc op' parce qu'il a vu toutes les saisons d'Urgences et de Grey's Anatomy.

    Société de tarés...
    Tarouk, 24 Septembre 2011
    #28
  9. Offline
    Wallabix Touriste
    C'est sur que BHV ne profitera pas à tout le monde. Mais ça profitera aux bruxellois. Pourquoi les partis politiques ne devraient pas s'en occuper dès lors qu'il y a quelque chose à défendre pour les citoyens? J'ai l'impression que pour toi, les problèmes que les politiques doivent régler ce sont ceux et uniquement ceux qui touchent tout le monde.

    Il y a encore certainement moins de chose d'intéressant chez ceux qui disent faire de la politique mais qui n'y connaissent absolument rien comme dans ce fameux Parti Pirate, ou encore le Parti Populaire Belge, le RWF, le MDL ou le FN.
    Si ceux qui sont au pouvoir n'étaient pas là, si la politique était supprimée, laisse moi te dire que tu n'arriverais plus à vivre. Il ne faut pas croire que les politiciens ne s'occupent que de BHV ou de prélever l'impôt, ils te permettent tout de même de vivre décemment.

    Élire un parti qui propose des solutions faciles en politique, c'est ce qu'il y a de plus dangereux, l'histoire nous l'a montré lors des élections allemandes de 1933...
    Wallabix, 24 Septembre 2011
    #29
  10. Offline
    Clown come on belgium
    Entre un peuple qui a des envies qui change en fonction de son portefeuille, des médias et de ses sentiments, et un groupe d'homme politique, élus, avec des valeurs morales justes et réfléchies, j'ai vite choisi...

    Enfin, encore faut-il que se groupe s'entende et qu'ils soient effectivement réfléchis et justes. Mais les "envies du peuple", j'y crois moyennement. Personne ne veut la même chose, tout le monde à des idées différentes et la plupart sont égoïste.

    Suffit de parler de la peine de mort en France. Le peuple la voulait mais elle a été tout de même abolie, et heureusement qu'on a pas suivi l'avis de celui-ci.

    Comme disait Churchill : “The best argument against democracy is a five minute conversation with the average voter.”
    Clown, 24 Septembre 2011
    #30
  11. Offline
    koraz Tiède
    Cela ne change rien... Je pense que les gens ne se rendent pas compte.

    Les politiques SONT LES ELUS DU PEUPLE. Ils sont les "employés" du peuple. Si le peuple veut la peine de mort. Que ce soit bien ou mal cela ne change rien. Il doivent suivre les idées DU PEUPLE.

    Eh oui mec, c'est ca la démocratie.
    koraz, 25 Septembre 2011
    #31
  12. Offline
    Clown come on belgium
    Ils doivent suivre des idées justes, morales, bonnes. Si le "peuple" réclame un génocide, les politiques doivent leur donner ?
    Clown, 25 Septembre 2011
    #32
  13. Offline
    koraz Tiède
    C'est bien pour cela que l'onu a été inventé, enfin en théorie.

    Ce n'est pas ce qui se passe en afghanistan et en irak avec l'accord du peuple?
    koraz, 25 Septembre 2011
    #33
  14. Offline
    Tarouk Homo Sapions
    La démocratie, c'est que n'importe qui peut se présenter (même le dernier des idiots du village). La démocratie, c'est pouvoir voter pour qui on veut. La démocratie, c'est de pouvoir changer de vote à chaque élection si tu n'es pas content de ton précédent ou qu'une meilleure alternative se présente.
    La démocratie, c'est voter pour des représentants, pas des marionnettes.

    Ta définition n'est pas une définition de la démocratie, mais bien celle d'un referendum. Et l'électeur est tellement volage que si toutes ses idées devaient passer, on serait dans une merde noire ... à moins que les rouages du referendum soient tenus par les politiques: un peu schizophrène, non?
    Je veux voir la gueule du referendum quand Haïder était à la tête de l'Autriche, la gueule du referendum en France au lendemain de l'élection de Sarkozy, la gueule du referendum de tout pays en proie à des difficultés quelconques et laissé à la merci des populistes et autres manipulateurs.


    PS: si le peuple VEUT à la majorité un génocide, ta "définition" de la démocratie veut que les forces politiques s'y plient. C'est à ça que servent les politiques: à éviter que des idées aussi pourries qu'énormes n'aient pas la moindre chance de passer.
    Tarouk, 25 Septembre 2011
    #34
  15. Offline
    Clown come on belgium
    Bon ben comme d'hab +1 tarouk !
    Clown, 25 Septembre 2011
    #35