[BE] Réforme fiscale 2024

Liandoran

Redeemer and Destroyer
Au delà du fait que ce soit pas toujours top la gestion, il faut bien admettre que ce n'est pas évident ces dernières années entre le covid et la crise énergétique. Je ne sais pas quel Etat s'en sort bien.
 
  • J'aime
Les réactions: rtrmhl

Jean Mourad

Marginal

Jean Mourad

Marginal
Au delà du fait que ce soit pas toujours top la gestion, il faut bien admettre que ce n'est pas évident ces dernières années entre le covid et la crise énergétique. Je ne sais pas quel Etat s'en sort bien.
Le problème c’est que quand tu taxes le travail comme tu le fais en Belgique, tu es en droit de te dire : ou est le pognon ?
 

Liandoran

Redeemer and Destroyer
Oui bien sûr qu'il y a un problème structurel en Belgique, il n'est pas nouveau. Mais quand même, ils ont du sortir des tonnes de pognon pour compenser toutes les crises. En gros ça tournait pas trop mal quand y avait rien de spécial mais ici ça enchaîne la merde ;)
 

pyngu

Cheveu dans la soupe
J'avais ça aussi en tête, en même temps les gens n'en n'ont rien à faire on dirait.
 

pyngu

Cheveu dans la soupe
Si le gouvernement arrêtait un peu de jeter l’argent par la fenêtre…
Sinon, je peux passer les coordonnées d'une collègue assistante sociale, elle est hors sol parce qu'elle considère que la communauté n'aide pas encore assez les gens :rolleyes:
Et elle ne parle pas que du financier.

A claquer contre les murs o_O
 
  • Wow
Les réactions: EINST
1er
OP
Suntheran

Suntheran

Fléau des Hordes Mongoles
Sinon, je peux passer les coordonnées d'une collègue assistante sociale, elle est hors sol parce qu'elle considère que la communauté n'aide pas encore assez les gens :rolleyes:
Et elle ne parle pas que du financier.

A claquer contre les murs o_O
What
 

Jean Mourad

Marginal
Sinon, je peux passer les coordonnées d'une collègue assistante sociale, elle est hors sol parce qu'elle considère que la communauté n'aide pas encore assez les gens :rolleyes:
Et elle ne parle pas que du financier.

A claquer contre les murs o_O
Ça dépend

En quantité de pognon, si ;
En qualité d’utilisation de ce pognon, non
 

Dieu Bisounours

Créateur de Dieu
Navigation privée, mais voici:

TVA à 22%, taxation des loyers et des plus-values, suppression de l’épargne pension: les pistes du groupe de travail sur la future réforme fiscale ne suscitent pas beaucoup d'adhésion.
Les pistes avancées par le groupe de travail mandaté en début d’année par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) en vue de la future réforme fiscale, promise pour 2024, n'éludent pas les sujets qui fâchent. Le groupe de travail est dirigé par Mark Delanote, professeur de droit fiscal à l'université de Gand (UGent). Même s'il ne s'agit que de pistes ayant fuité dans la presse le week-end dernier, elles font déjà grincer quelques dents. Reprenons.

Étalement des tranches d'imposition

Un des grands défauts de l'impôt des personnes physiques en Belgique, c'est la quasi-absence de progressivité. Dès qu'on atteint 40.000 euros bruts par an, on est taxé à 50%, soit le taux maximal. D'où la suggestion d'étaler davantage les tranches d'imposition. En dessous de 45.000 euros, on serait taxé à 25%. Entre 45.000 et 75.000 euros, ce serait 45%. Au-delà, on appliquerait 50%. Ce faisant, on allègerait la pression fiscale. À ceci près qu'on supprimerait le quotient conjugal.

Relèvement de la TVA à 22%

Relever la TVA de 21 à 22% s'inscrirait dans le cadre d'un glissement des charges sur le travail vers la consommation. Parallèlement, le groupe de travail suggère de rationaliser la multitude de taux réduits qu'affectionnent nos politiques. Reste que beaucoup jugent une hausse de la TVA antisociale, dans la mesure où la consommation pèse proportionnellement plus pour les bas revenus.
30
%
Dans la note du groupe de travail, les loyers et les plus-values seraient taxés à 30%, comme le précompte mobilier.

Taxation des loyers et des plus-values immobilières

Les loyers et les plus-values seraient taxés à 30%, comme le précompte mobilier, en échange d'une déduction des coûts. Le Syndicat National des Propriétaires et des Copropriétaires (SNPC) s'insurge et rappelle que les propriétaires sont déjà taxés par le biais des droits d'enregistrement, de succession et de donation. Le SNPC pointe en outre les nombreuses taxes provinciales et communales (permis d'urbanisme, entretien des égouts, surfaces de bureaux, piscines privées, etc.) qui frappent les propriétaires.
"En taxant les loyers, la charge fiscale va immanquablement être déplacée du propriétaire vers le locataire par une hausse des loyers."
Bruno Colmant
Professeur à l'UCLouvain et à l'ULB
Bruno Colmant, professeur à l'UCLouvain et à l'ULB, et lui-même ancien membre du CSF, estime pour sa part qu'il vaudrait mieux commencer par revaloriser les revenus cadastraux. "Sans cela, la charge fiscale va immanquablement être déplacée du propriétaire vers le locataire par une hausse des loyers", prévient-il.

Taxation des plus-values sur actions

L'idée serait de taxer les plus-values sur actions (actuellement exonérées) à 30%, soit le même niveau que les dividendes. Encore faut-il voir ce qu'on fera de la récente taxe sur les comptes-titres qui dépassent 1 million d'euros et qui rapporte 460 millions d'euros par an.

Suppression du 3ᵉ pilier des pensions

L'épargne-pension est très prisée des Belges, qui déduisent cette forme d'épargne censée compléter la pension légale notoirement basse pour les salariés du secteur privé. Bruno Colmant juge antisociale l'idée de supprimer cette déduction: "Plus de 3 millions de Belges apprécieront. Les bras m'en tombent. Autant dire que c'est la négation de toute l'architecture des pensions."

Taxation à l'IPP des sociétés unipersonnelles

Ceux qui choisissent de mettre leur activité indépendante en société seraient soumis à l'impôt des personnes physiques (IPP) au lieu de l'impôt des sociétés. Bruno Colmant fait pour sa part remarquer que la mise en société ne se fait pas que pour des raisons fiscales, il s'agit aussi de séparer les patrimoines afin de protéger le patrimoine privé.
"Il faut taxer plus lourdement les revenus mobiliers sans risque que les dividendes afin de stimuler l'investissement et l'entrepreneuriat."
Bruno Colmant
Professeur à l'UCLouvain et à l'ULB

Fiscalité incitative

D'une manière générale, estime Bruno Colmant, la future réforme fiscale devrait être davantage incitative "en détaxant la prise de risque, c'est-à-dire taxer plus lourdement les revenus mobiliers sans risque que les dividendes afin de stimuler l'investissement et l'entrepreneuriat".
Côté politique, seul le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a réagi sur Twitter en considérant que ce qu'il faut, ce n'est pas un "tax shift" mais un "tax down". "L'accord de gouvernement dit: pas de nouveaux impôts pour ceux qui travaillent, épargnent, investissent. Le groupe de travail a écrit un pamphlet de gauche, pas celui du gouvernement."
Le résumé

  • Le groupe de travail mandaté par le ministre des Finances pour réformer la fiscalité esquisse quelques pistes.
  • À l'exception de l'étalement des barèmes fiscaux, beaucoup de propositions vont dans le sens d'une augmentation de la fiscalité.
  • C'est le cas avec la taxation des loyers, des plus-values immobilières et des plus-values sur actions.
  • Bruno Colmant estime que notre fiscalité devrait avant tout stimuler l'investissement et l'entrepreneuriat.
Rien que la fin de la réduction du 3ème pilier des pensions est contradictoire avec la volonté du gouvernement de réduire l'impact des pensions sur les finances.
 

Digitql

Madame Irma - frotteur de boules
Le problème c’est que quand tu taxes le travail comme tu le fais en Belgique, tu es en droit de te dire : ou est le pognon ?
Dans les régions et les communautés et toutes les ramifications
 

Digitql

Madame Irma - frotteur de boules
Confederalisme, autant garder du fédéral mais en faisant une distinction car oui il y a des disparités, mais il faut pas 6 ministres de la santé (et encore 6 je suis peut être gentil non ?)
 
1er
OP
Suntheran

Suntheran

Fléau des Hordes Mongoles
Rien que la fin de la réduction du 3ème pilier des pensions est contradictoire avec la volonté du gouvernement de réduire l'impact des pensions sur les finances.
Ils n'ont sûrement pas remarqué, tu devrais leur envoyer une note.

Plus sérieusement, c'est qu'ils estiment qu'il faut pouvoir continuer à taxer le patrimoine complet des gens maintenant. L'impact sur les pensions, ce sera pour le gouvernement suivant.
 

Jean Mourad

Marginal
Plus sérieusement, c'est qu'ils estiment qu'il faut pouvoir continuer à taxer le patrimoine complet des gens maintenant. L'impact sur les pensions, ce sera pour le gouvernement suivant.
en quoi est-ce un mauvais raisonnement ?
 
Haut