Il ne faut pas craindre la N-VA

Discussion dans 'Actualité' créé par Noex, 30 Janvier 2014.

  1. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    Non
    L initiative a été motivé sur bases des arguments avance par un parti politique, en l occurrence l udc
    Tu ne peux ignorer la propagande de l udc en simplifiant cette affaire par "une simple question de pour ou contre"
    zoheir, 26 Février 2014
  2. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    C est justement le contraire
    Les arguments portaient sur l immigration intra européenne qui pèserait sur le chômage et le coût a la collectivité...
    C est une belle hypocrisie que démontre cette article en presentant les niches fiscales accordes aux étrangers et la complaisance des politiques
    zoheir, 26 Février 2014
  3. Offline
    koraz Tiède
    Oui le politicien lance le referendum mais en définitive, le peuple décide si oui ou non ils veulent suivre ce réferendum. Aucun rapport avec les élections.
    koraz, 26 Février 2014
  4. Offline
    THiBOo Elite
    Et il décide sur base de quoi ?
    THiBOo, 26 Février 2014
  5. Offline
    Atlantiste Elite
    De son opinion. La politique est pas une science exacte, chacun choisit en fonction de ce qu'il pense le mieux (en tout cas je l'espere).
    Atlantiste, 26 Février 2014
  6. Offline
    Benji It's caturday!
    Chacun choisit en fonction de ce qu'il pense le moins pire* sonne mieux je trouve :p
    Benji, 26 Février 2014
  7. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    et cette opinion est entre autre forgé a partir de celles des politiques qu'il écoute et de la presse
    c'est bien on y arrive déjà


    zzzzzz
    zoheir, 26 Février 2014
  8. Offline
    Atlantiste Elite
    Oui l'opinion des gens se forge à partir de leurs expériences et de leurs connaissances... C'est un probleme? Tu crois que les gens n'ont pas d'esprit critique qd ils ne sont pas d'accord avec toi?
    Atlantiste, 26 Février 2014
  9. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    tiens on s'amuse a encore faire les questions ET les réponses ?
    zoheir, 26 Février 2014
  10. Offline
    THiBOo Elite
    Et donc il vont juger d'une question d'importance politique en étant influencé par les politiques qui sauront le mieux leur parler "comme ils veulent l'entendre". SIOUPAYR.
    THiBOo, 27 Février 2014
  11. Offline
    bobmaurane Antiélite
    Et les situations sont-elles figées pour autant ?
    Quand on vote une loi n'y a-t-il plus moyen de faire des adaptations ?
    Ah si,j'oubliais que ça fait mal à l'égo des décideurs,le peuple n'a pas d'égo lui...
    bobmaurane, 27 Février 2014
  12. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    C est justement ca le probleme

    Le peuple n est pas vraiment décideur jusqu'au bout
    Vu les propositions / questions simplistes posés parfois par ces référendums sur des sujets hautement complexe, la traduction en loi est tres difficile et parfois juste impossible
    zoheir, 27 Février 2014
  13. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    Dans toute société, il existe un espace tiers où se construit le sens collectif, et c’est sur lui que s’adosse le pouvoir politique pour se justifier. Au contraire du sens « absolu » d’une société soumise à la tyrannie, la production du sens démocratique doit s’adosser à un espace de débat pluraliste, où les citoyens savent qu’ils peuvent participer à sa définition. C’est à travers cet espace que se fait le « contrôle continu » du pouvoir pour que ce dernier ne dérive pas vers un pouvoir particulier. Aujourd’hui, la société française tient encore, dans son imaginaire politique, autour des valeurs de la République et de sa devise « Liberté, égalité, fraternité ». « L’espace public » est censé être cet espace du débat démocratique, au cœur de la société. Mais que reste t-il aujourd’hui de cet espace ? Où le pouvoir politique va t-il aujourd’hui défendre sa légitimité ? A quel espace s’adosse t-il réellement ?
    A n’en pas douter, c’est la « scène mass médiatique[2] » qui occupe cet espace, c’est à travers elle que le pouvoir politique (et économique) se donne à voir et se légitime. Elle s’est érigée comme l’intermédiaire de notre vie publique, en prétendant représenter la société – par les enquêtes d’opinions en particulier - et être la scène de confrontation démocratique où les « responsables » viennent s’adresser à la population. A travers elle, nous vivons par procuration, en tant que spectateurs, ce que nous devrions vivre en participant, au sein de vrais espaces de débat. Nous lui avons progressivement laissé le pouvoir suprême de parler à notre place. Comme le souligne Charles Melman, « La presse et les médias - ce qu’on appelle le quatrième pouvoir - sont venus se substituer à cet Autre auquel on se référait autrefois à travers le poids de l’histoire, de la religion, de la dette.[3] ».


    Suite: http://blogs.mediapart.fr/edition/camedia/article/030513/les-mass-medias-contre-la-democratie







    Je te conseille aussi de lire cette grande dame qu’était Hannah Arendt et son bouquin « Vérité et politique »



    Les faits et les opinions, bien que l’on doive les distinguer, ne s’opposent pas les uns aux autres, ils appartiennent au même domaine. Les faits sont les matières des opinions, et les opinions, inspirées par différents intérêts, et différentes passions, peuvent différer largement et demeurer légitimes aussi longtemps qu’elles respectent la vérité des faits. La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat.
    zoheir, 27 Février 2014
  14. Offline
    bobmaurane Antiélite
    Il ne faut pas exagérément compliquer le débat non plus,il y a moyen de poser les questions de façon claire.
    Je pense que les politiques ont une bonne vue de ce que les gens veulent ou pas,pourtant ce qu'ils votent n'y correspond pas toujours.Ils perdent donc leur légitimité en ce qui me concerne.
    Il faut rectifier cet état de fait.
    bobmaurane, 27 Février 2014
  15. Offline
    koraz Tiède
    Et ce n'est déjà pas le cas actuellement? :D

    Tout ce que tu cites comme problème, peuvent être utilisé pour les élections actuelles, c'est ça le plus drôle.
    koraz, 28 Février 2014