Microsoft critique les quotas belges.

Discussion dans 'Actualité' créé par Clown, 24 Décembre 2009.

  1. Offline
    Benji It's caturday!
    Benji, 9 Février 2010
  2. Offline
    luis Elite
    luis, 9 Février 2010
  3. Offline
    powerpill ZX14R Boy !!!
    ayant travaillé chez belgacom et discuter avec quelques types en costard, ils m'ont bien fait comprendre que tant que leur système de quotas tiendra (comprenez par tant qu'il y aura assez de pigeon payeur), ils ne changeront pas leur système. Y a que le boycott massif que fera avancer les choses plus rapidement.
    powerpill, 10 Février 2010
  4. Offline
    luis Elite
    de toute façon y aura jamais d'illimiter c'est juste une idée mais par contre les limites seront a chaques fois repoussées
    luis, 10 Février 2010
  5. Offline
    T'as discuté avec qqun placé ou dans l'organigramme chez belgacom?
    Methylene, 10 Février 2010
  6. Offline
    powerpill ZX14R Boy !!!
    un gars bien placé (avec leur super poste à la con je serais plus te dire). On a eu qques meeting avec lui pour des trucs à la con (stat et calcul de % à la con).
    powerpill, 10 Février 2010
  7. Offline
    ok ca me va, parce que si tu avais causé avec le mec de la téléboutique ou le placeur de ligne, malgré tout le respect que je leur dois, je doute qu'ils aient accès à la stratégie commerciale de leur entreprise.
    Methylene, 10 Février 2010
  8. Offline
    powerpill ZX14R Boy !!!
    non non je travaillais au helpdesk adsl/BTV donc c'est bien un costard cravate en interne (et pas le revendeur du coin :-D)
    powerpill, 10 Février 2010
  9. Offline
    RentaHero Eviscérateur de castors
    En même temps, y a pas besoin d'avoir à discuter avec quelqu'un de haut placé pour arriver à cette conclusion :-D
    RentaHero, 10 Février 2010
  10. Offline
    Cactus floweR ça roxx du slip !
    C'est les prix que j'aimerais voir repoussés.

    Parce que bon même du vrai illimité à 57 € ça reste un putain de luxe (tout comme les 42 euros de l'abonnement go, pour ce prix là nos voisins français ont le net+tél+TV).
    Cactus floweR, 10 Février 2010
  11. Offline
    En meme temps, si le mec était pas un minimum placé, je pourrais croire qu'il dit ca comme ca sans vraiment savoir, avec un raisonnement comme le tien... Bref que le mec apporte rien au final, comme toi d'ailleurs :D
    Methylene, 10 Février 2010
  12. Offline
    RentaHero Eviscérateur de castors
    Comme ça c'est mieux.
    RentaHero, 10 Février 2010
  13. Offline
    C'était une petite boutade... Que je ne trouve pas déplacé vu tes attaques sur l'autre sujet ou je ne participe plus vu le ridicule des propos tenus par d'autres que tu ne critiques pas ;)
    Methylene, 10 Février 2010
  14. Offline
    Paradis Obey, Buy, Consume
    C'était le moment.
    Ils font bien de critiquer les quotas, car avec le téléchargement qui n'est pas encore tranché comme illégale en Belgique, on peut encore faire péter des tonnes de GIGAS !
    Contrairement a ce que raconte des obtus mal informés.
    Paradis, 10 Février 2010
  15. Offline
    Tarouk Homo Sapions
    Haha, si tu veux, je t'insulte aussi, comme ça on sera quitte? Remonte sur ton cheval blanc, preux chevalier: l'avenir n'attend que toi...

    PS: j'ai bien aimé ton "encore", base de ma réflexion en fait :)
    Tarouk, 10 Février 2010
  16. Offline
    Paradis Obey, Buy, Consume
    :D :p :-D
    Paradis, 11 Février 2010
  17. Offline
    Mais illégal selon la loi... J'ai d'ailleurs toujours reconnu qu'il n'y avait pas de jurisprudence sur le sujet mais je ne vois pas ce que cela change, pas besoin de jurisprudence.

    C'est pas la jurisprudence qui crée la loi, faut arreter les séries américaines parfois. :roll:
    Methylene, 11 Février 2010
  18. Offline
    Parfois, il faut aussi savoir arrêter de se prendre pour un sheriff... :roll:
    Alucard, 11 Février 2010
  19. Offline
    Parfois il faut surtout arreter de prendre ses désirs pour des réalités... Il n'y a pas de jurisprudence mais la loi est claire et je ne vois aucune raison pour laquelle on trancherait differemment en Belgique qu'à l'étranger quand le cas se présentera une loi tout à fait comparable et pour la protection des logiciels venant d'une directive européenne.
    Methylene, 11 Février 2010
  20. Online
    Nikolas Cscup




    Avant de répondre, va bien lire les textes que je te propose.


    http://www.droitbelge.be/news_detail.asp?id=220

    http://www.lesoir.be/la_vie_du_net/actunet/illegal-le-telechargement-2009-03-11-695227.shtml

    Le téléchargement est-il légal en Belgique ?

    En principe le téléchargement d’œuvres sonores ou audiovisuelles est illégal s’il est effectué sans l’accord de l’auteur ou de la personne exploitant les droits d’auteur sur l’œuvre.

    En Belgique, cette matière est réglée depuis 1994 par la loi relative aux droits d’auteur et aux droits voisins (LDA). Cette loi leur confère des droits exclusifs, qui leur permettent d’autoriser ou d’interdire la reproduction de leurs oeuvres, leur mise à disposition au public par la vente, l’échange ou la location et leur communication au public. La LDA prévoit également une série d’exceptions au régime des droits d’auteurs et droits voisins dont l’exception de copie privée.

    S’agissant des oeuvres sonores et audiovisuelles, les reproductions effectuées à titre gratuit dans le cercle de la famille et réservées à celui-ci sont autorisées (LDA, article 22, §1, 5°). Cette disposition marque la tolérance de la loi pour des pratiques impossibles à contrôler. Des redevances sur les supports d’enregistrements, versées par les fabricants de ces supports, forment la compensation financière des producteurs.

    L’exception de la copie privée peut-elle dès lors justifier le téléchargement illicite de musique sur Internet ? Le problème réside justement dans le flou juridique qui entoure cette notion

    En droit belge, l’exception de copie privée fait l’objet d’un régime extrêmement complexe, qui diffère selon le type d’oeuvre concernée. Ainsi, comme nous venons de le voir, s’agissant des oeuvres sonores et audiovisuelles, seules les reproductions effectuées « dans le cercle de la famille et réservées à celui-ci » sont autorisées. En outre, au terme de la loi, la copie privée n’est pas à proprement parlé un droit mais plutôt une cause d’irresponsabilité pénale puisque nul ne peut être poursuivi pénalement dès lors que les critères posés par l’article 22, §1, 5° de la LDA sont remplis.

    La difficulté du régime juridique de la copie privée réside en ce que seul l’usage qu’en fait le copiste est visé. Or, le copiste est défini par la jurisprudence comme étant celui qui effectue la copie. Ainsi, dans le cas d’un téléchargement en P2P, ce dernier est celui qui télécharge l’oeuvre et non pas celui qui la met à disposition. Dans ces conditions, seul l’usage qu’en fait celui qui télécharge est susceptible de déterminer le caractère privé ou non de la copie.

    Aucun critère ne porte sur l’origine de la copie privée. En effet, seul compte l’usage que fera le copiste de celle-ci. On pourrait alors argumenter que le copiste qui permet à d’autres personnes de copier l’oeuvre dont il dispose ne fait plus un usage privé de sa copie, mais, encore une fois, seul compte l’usage privé du copiste qui est maintenant le copiste secondaire.

    Les tribunaux belges n’ont pas encore eu à se pencher sur la légalité du téléchargement sur Internet. Il est néanmoins probable que cela ne saurait tarder.

    S’ils n’ont pas encore eu à se prononcer sur cette question, les tribunaux belges se sont déjà attardés sur des problématiques connexes.

    Ainsi, le Tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné une personne qui avait mis à la disposition des Internautes un nombre important de fichiers musicaux au format MP3 à partir d’un serveur FTP à plus de 100.000 euros de dommages et intérêts et à la confiscation de son matériel informatique. Il a toutefois bénéficié de la suspension du prononcé de la condamnation pénale.

    Dans une autre affaire, la SABAM, qui avait intenté une action contre fournisseur d’accès pour bloquer les téléchargements illégaux, a obtenu gain de cause. Le tribunal indiquait dans son jugement que le fournisseur d’accès, en n’empêchant pas ses clients d’avoir accès aux logiciels P2P, a bel et bien permis une atteinte aux droits d’auteur, tout en indiquant que par ailleurs la véritable infraction est plutôt à chercher du côté des internautes. Concernant le blocage technique du P2P que la SABAM avait demandé, le tribunal s’est néanmoins estimé incompétent pour juger de la faisabilité d’un tel procédé et a nommé un expert pour étudier cette possibilité.


    Conclusion

    La condamnation d’un Internaute en France a relancé le débat sur le caractère illégal ou non du téléchargement sur Internet. Le législateur serait bien inspiré de s’intéresser rapidement à cette question, qui touche à la vie quotidienne et qui met en cause l’avenir de la création artistique. Dans cet intervalle, les tribunaux belges vont certainement être amenés à se prononcer sur l’exception de la copie privée. Fort est à parier qu’une solution proche de celle retenue par le tribunal de grande instance de Pontoise verra le jour dans les prochaines années en Belgique.




    Bertrand Geradin
    Avocat au barreau de Bruxelles - HOCHE

    Source : DroitBelge.Net - 10 février 2005
    Nikolas, 11 Février 2010