Grève générale le 22/12/11

Discussion dans 'Actualité' créé par eGm_, 19 Décembre 2011.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    Akabane The Chemical Stig
    Détaille ton point de vue si tu n'es pas d'accord, parce que sinon c'est un bel exemple de "parler pour ne rien dire" :)
    Akabane, 23 Décembre 2011
  2. Offline
    Kaporal_, 23 Décembre 2011
  3. Offline
    Samcai Noir à lunettes
    Citation ;
    Quels sont les objectifs pour ce genre d'action et pouvez-vous me citer une seule retombé positive ?


    Haha vous êtes quand même marrant. Comme si se battre n'avait de sens qu'à condition que l'on gagne. Vous êtes de parfaits soumis voilà tout.
    Samcai, 23 Décembre 2011
  4. Offline
    bOweL Intestin
    bOweL, 23 Décembre 2011
  5. Offline
    so what ? :gne:
    Kaporal_, 23 Décembre 2011
  6. Offline
    Tu comprend pas ca ? Elle etait perdu d'avance cette grève et ils le savaient à la sncb c'est pour ca qu'il ont foutu le bordel
    Kaporal_, 23 Décembre 2011
  7. Offline
    Ir0Kwa Havin' a dream
    c'est cela oui ..
    Ir0Kwa, 23 Décembre 2011
  8. Offline
    minestrong Elite


    et bien toi alors :p , ca a servi a te faire réfléchir sur les guignols qui prennent des décissions pour toi ,ton avenir et tes proches ,ca sert a ca et a mettre la pression sur les gouvernement pour qu'ils revoient leur bazard , petite question ,t'es syndiqué ?
    minestrong, 23 Décembre 2011
  9. Offline
    minestrong Elite

    ok et bien sache que l'état ne te dit pas tout et surtout sur ce que tu as droit etccc ,ce sont les syndicats qui ont toutes les lois etc ,spécialistes juridiques et j'en passe :p,

    réaction impulsive et primaire :p humpff humpff ouga bouga :p
    minestrong, 23 Décembre 2011
  10. Offline
    _TyTyz Elite
    Moi ce que je relève quand même de tout ça, c'est d'un coté un gouvernement qui impose ce qui pense être le mieux pour tout le monde, contesté par un mouvement (minoritaire à mon sens) qui pense aussi avoir la science infuse de ce qui est mieux pour tout le monde.... Et je suis désolé mais oui, merci pour les acquis sociaux, i'époque du carnet ouvrier était une horreur. Mais la révolution industrielle est finie, et cette volonté de toujours vouloir augmenter ces acquis sociaux n'est plus en adéquation avec la situation actuelle. Le syndicalisme a été un progrès pour la société, mais il est temps qu'il réfléchisse sur lui même maintenant. En outre on reproche au gouvernement de dire ce qui l'arrange, mais quand je vois les discours des leaders syndicalistes, ils font la même chose et manipulants leurs milliers de sympathisants en les braquants sur des réformes mineures/nécessaires tout simplement pour garder leur influence.

    M'enfin connaissant gamerz on va me dire que je suis trop jeune, un idéaliste etc etc, et que parce que j'ai 24 ans je suis pas foutu d'avoir un avis valable sur la société ;)
    _TyTyz, 23 Décembre 2011
  11. Offline
    Vulture Coach K
    Tu as tout a fait raison ;)
    Vulture, 23 Décembre 2011
  12. Offline
    Non ces réformes ne sont pas nécessaire je me répète pour le énième fois...

    Contrairement à ce qu'on vous dis à la tv et ce que veulent les libéraux, ils ne font pas contracté l'économie et donc diminué les recettes et au final les dépenses en emmenant le pays dans le chaos pour payé une dette qui s’amplifiera à mesure que l'activité s'amenuisera. On peut faire autrement !
    Kaporal_, 23 Décembre 2011
  13. Offline
    minestrong Elite

    moi je pense que ce que tu pense est tout a fait constructif ;)
    minestrong, 23 Décembre 2011
  14. Offline
    horrorman Where is your god now ?
    tytyz premier ministre ! :D
    horrorman, 23 Décembre 2011
  15. Offline
    Samcai Noir à lunettes
    La plupart d'entre vous prennent une décision quand à leur opinion sur base d'information diffusé à la télévision et dans une moindre mesure dans les journaux. Ca me semble légitime, mais vous devez comprendre que les informations que l'on vous sert sont choisies et traitées par des organismes privés. Ces organismes privés n'ont aucun intérêt à défendre les plus démunis, dans la mesure où ceux-ci dépendent des revenus de la publicité, et des investissements privés.

    Votre raisonnement est donc correct, mais se base sur des informations hautement partisanes. Je n'utiliserai pas le mot de propagande parce que je le trouve un peu fort et que la réalité ne correspond pas vraiment au sens que l'on donne à ce mot. Néanmoins, les informations diffusées, et celles sur lesquelles les media insistent, sont choisies, majoritairement, par les agences de presses. Ces agences de presses sont très peu nombreuse de par le monde et, surtout, ne font souvent que reprendre les informations d'agences de presses plus importante. Ainsi, Belga, n'aura pas une ligne éditoriale différente que l'AFP. Pensez à une pyramide.
    Exemple: Eurogroupe Press va transmettre ses infos à Belga et l'AFP qui vont les transmettre à RTL, RTBF, France télé, TF1 Groupe, etc... Ce qui explique que se sont souvent les mêmes sujets que l'on retrouve sur toutes les chaînes à quelques différences prêt.

    Une fois saisis cela, il est plus simple de comprendre que les informations que nous recevons peuvent facilement être manipulées vu qu'il suffit de contrôler deux ou trois groupes seulement pour contrôler la majorité de ce qu'est l'information. L'information est en effet quelque chose de construit, aujourd'hui de façon globalisé, à l'échelle de la planète, et pas une donnée qui apparaît et que les journaux choisiraient de traiter.

    Dés lors, lorsque tout les journaux nous indiquent que c'est la crise, que des mesures d'austérités sont nécessaire, il n'y finalement personne pour l'avoir vérifié. Malgré tout, je ne remet pas l'existence de la crise en cause, l'économie capitaliste a besoin de ces crises pour pouvoir se réinventer, et le système politique a également besoin de ces crises pour pouvoir imposer le durcissement du système. Mais là n'est pas la question.

    Un exemple plus communément admis, serait la façon dont sont traité les guerres en Afrique. Nous entendons par exemple parler de combat en Somalie pendant une semaine. Ensuite, sans que nous sachions pourquoi, le sujet disparaît de nos écrans pour ne réapparaître que 6 mois plus tard. Pour nous ici, la guerre n'existait plus pendant ces 6 mois !! Pourtant, la guerre n'a jamais cesser et le conflit s'était même intensifié.

    Bref, tout ça pour conclure que vous devez comprendre que nous (la société dans son ensemble) ne subissons la crise que parce que le système en a besoin, même si les media nous répètent que nous devons tout faire: 1) pour l'éviter 2) pour atténuer ses effets 3) pour y survivre. Ce crescendo médiatique se retrouve lors de chacune des crises par laquelle nous passons et ce dans le but identique de nous faire accepter l'idée que nous devons souffrir un peu plus aujourd'hui pour moins souffrir demain. Je ne sais pas si certains d'entre vous sont chrétiens ou témoin de Jéhova, mais c'est exactement la même doctrine. Il faut souffrir et se priver dans notre vie matériel, pour pouvoir jouir de plénitude lors de notre vie immatérielle, après la mort.
    Samcai, 23 Décembre 2011
  16. Offline
    Samcai Noir à lunettes
    Je suis ton raisonnement et le respecte parce qu'il a le mérite d'exister. Néanmoins, tu te trompes lorsque tu dis que les syndicats se battent pour augmenter les acquis sociaux. Depuis maintenant prêt de 30 ans, les syndicats n'ont jamais plus mené aucun combat revendicatif. Ils sont en perpétuel position défensive vis-à-vis des acquis sociaux du passé. Il est donc faux de croire qu'ils demandent quelque chose de plus, ils ne font que s'attacher à des acquis du passé. Pour moi, c'est une erreur de leur part, dans la mesure où il est communément admis qu'en négociation, il est toujours important de demander plus que ce que l'on veut obtenir.
    Samcai, 23 Décembre 2011
  17. Offline
    _TyTyz Elite

    J'ai du mal à discerner dans quel sens abonde ta discussion ici. Néanmoins le sujet principal est le flou de l'information et de la facilité de les manipuler. Certes c'est avéré, et il est facile de se rendre compte que le quatrième pouvoir a perdu de son autonomie.

    Pourtant quelques remarques :

    1) Ou donc puiser l'information? Auprès des syndicats ? Comme je l'ai mentionné plus haut, ceux-ci fournissent à mon sens une version distordue de la réalité. Ce qui est interpellant finalement, c'est que les deux côtés (patrons et travailleurs) subissent une version dirigée de la réalité, laquelle attise le ressentiment d'un groupe envers l'autre. Pourquoi? Car les sources de ces discours ne cherchent pas à défendre l'intérêt de tout un chacun, mais bien le leur. En ce sens j'ai une préférence pour les "monstres" capitalistes, qui ne s'en cachent pas, contrairement aux chefs-vautours des syndicats. Il y a vraiment un espace, à mon avis, d'entente entre ces deux secteurs, qui est sciemment occulté par des groupuscules.

    2) Une fois que l'on accepte de ne pas avaler tout ce qu'on nous débite, commence la démarche réflexive. Celle-ci, dans mon cas se base sur des lectures légales, économiques et, finalement du bon sens. Les crises ont toujours existé! Tu as bien raison de le mentionner, et pour moi elle sont en effet nécessaires car elles sont sources de dynamisme. D'ailleurs, pour moi il n'existe pas des crises, mais des opportunités à plus forte volatilité. Quand à ce crescendo que tu dénonce, il me semble logique. C'est le principe même de "cotiser". On réduit notre bien être actuel pour préserver un bien être futur. Dès lors si les conditions sont plus rudes maintenant, il faut mettre un effort supplémentaire pour le futur également! Pourtant, et je le conçois, énormément de gens ne s'identifient pas à cette perspective d'avenir et veulent " vivre au jour présent". Je le respecte, l'admire parfois, mais il ne corresponds pas au système global mis en place. Que celui-ci soit bon ou mauvais, c'est une question personnelle, que je laisse à tout à chacun le loisir d'y réfléchir. Mais néanmoins si on accepte de vivre dans cette société, il faut accepter cette idée de souffrir dans le présent pour préserver le futur. Pas très réjouissant j'en conviens.

    3) Je veux juste répondre à ce que j'entend par : augmentation des acquis sociaux. Je pense aux congés paternité, à l'augmentation des allocations chômage, aux congés maladie etc. Ce sont des petites mesures, qui répondent finalement, je pense, à ce que tu as dis : demander plus pour protéger le reste. En détournant le débat sur les autres acquis sociaux, on les défends, c'est relativement simple. Néanmoins, cette "défense" des acquis sociaux, comme tu le dis, depuis 30 ans n'as pas accompagné notre évolution démographique et économique. Défendre des retraites, des congés etc pour un nombre de personnes perpétuellement croissant et dont l'espérance de vie s'allonge, je me demande comment c'est bien possible? Je l'admet, défendons le autant que possible, mais il faut bien se rendre compte qu'à terme ce système est insoutenable. En toute honnêteté, toi et moi faisons partie de la génération qui ne connaitra pas les retraites. J'ai du mal à imaginer, que d'ici 40 ans on puisse encore garantir un système pareil. Pourtant, je suis membre actif de cette société et continue d'y contribué, parce qu'après tout, ceux qui toucheront ces retraites ce sont ceux qui ont cotisés pour nos études. Pourtant c'est là que le bât blesse (et aussi pourquoi je suis contre ces grèves) c'est que l'impact final de ces mouvements, c'est d'empêcher de générer des revenus aux personnes qui non seulement garantiront leur retraites, mais qui en plus le font sans aucune rétributions à la fin! Alors qu'on me dise qu'on défend ma retraite, ça me fait bidonner, ça fait longtemps que je ne l'espère plus : laissez moi au moins essayer de me protéger pendant que je continue à payer pour vous !

    Après, c'est un constat difficile à accepter, et je comprend bien la volonté de vouloir préserver ces acquis aussi longtemps que possible, mais il va bien devoir se rendre compte qu'ils disparaitrons, ou a tout le moins subirons de très très profond changements dans les décennies à venir. Dès lors, serait-il possible de faire la grève de manière intelligente? Par exemple, au lieu de bloquer les trains, les faire circuler gratuitement? Les conséquences économiques seront les mêmes : les dirigeants seront fortement pénalisés, les contribuables peuvent continuer à gagner leur vie, et ça créerait peut-être meme de la sympathie envers le mouvement!

    Si finalement l'idée c'est d'envoyer un signal, c'est une solution pénalisante pour le public que l'on veut atteindre, et qui épargne ceux qui finalement sont à la source de toutes ces grâces que l'on nous accorde.
    _TyTyz, 23 Décembre 2011
  18. Offline
    minestrong Elite
    TyTyz 1er moi je dis ;)
    minestrong, 23 Décembre 2011
  19. Offline
    moi je dit celui qui fait le meme travail que moi comprendra ( installateur en chauffage et sanitaire) ou tout autre travail dans le batiment que travailler jusqu a 60 ans jamais de la vie le dos sera exploser etc se mettre a genoux tout le temp oublie et porter des chaudiere a plus de 100kg encore moin donc eux ministre etc 60 ans je comprend mon patron a 48 ans et il a deja des disques de la colonne foutue et plein de soucis de dos donc a 60 ans .....
    frenchbulldog, 23 Décembre 2011
  20. Offline
    minestrong Elite



    tout geek a 2 avancées dans la vie , 1 réel ,l'autre virtuelle , ici chez certains le virtuel a pris le dessus :-D:cool:.........checkpoint ...................
    minestrong, 23 Décembre 2011
Statut de la discussion:
Fermée.