Le pic pétrolier

Discussion dans 'Actualité' créé par ManJaGan, 9 Septembre 2005.

Statut de la discussion:
Fermée.
  1. Offline
    ManJaGan ex membre
    Le pic pétrolier désigne le maximum historique de production pétrolière, aussi bien pour un gisement, une zone ou un pays, que pour le monde. Après ce maximum, les conditions d'exploitation font que, bien que les réserves soient abondantes, la production ne fera que décroître. Le terme désigne également la crise prévisible découlant de l'épuisement des ressources pétrolières mondiales. On entend fréquemment le terme anglophone peak-oil, mais il s'agit en fait d'une application particulière de la loi plus générale dite du Pic de Hubbert.

    Le pic de Hubbert est l'application de règles définies par le géologue King Hubbert dans les années 1950 et qui concernent l'exploitation de toute ressource primaire. Elles s'énoncent ainsi :

    * La production annuelle part de zéro ;
    * Elle atteint un sommet qui ne sera jamais dépassé ;
    * Une fois le pic passé, la production décline jusqu'à ce que la ressource soit complètement épuisée.

    Le graphique :

    [IMG]

    La formule :

    [IMG]

    Application :

    En pratique, le sommet est atteint lorsque la moitié environ des ressources ont été exploitées. La diminution inéluctable une fois ce cap franchi s'explique par la nature des gisements, même s'il reste des quantités importantes à exploiter :

    * soit les filons sont aussi riches, mais ils sont plus profonds (les filons superficiels étant exploités en premier), donc plus difficiles à exploiter ;
    * soit les gisements sont moins riches, ou de plus petites tailles, ou le métal est plus difficile à extraire du minerai.

    Dans le cas du pétrole, on a également ce phénomène, avec les gisements ultimes sous les pôles, ou bien sous forme de schistes bitumeux. Mais ceux-ci sont exploités à la pelleteuse, contiennent très peu de pétrole, sous une forme longue et coûteuse à séparer du sable qui le contient, et les gisements ne sont pas de grande taille : au final, ils n'auront jamais une production annuelle d'importance.

    Courbe de Hubbert pour des ressources renouvelables

    Il est intéressant, quoique particulièrement inquiétant, de constater que la même courbe s'applique très souvent à des ressources qui en théorie sont renouvelables : par exemple, la production de morues en mer du Nord, de bois exotique dans des pays comme l'Indonésie, ou les captures de baleines dans l'Atlantique nord avant l'interdiction de leur chasse. Ces ressources étaient renouvelables, mais leur exploitation a largement dépassé leur capacité de renouvellement, et elle ont été épuisées de façon irréversible, comme s'il s'agissait de réserves fossiles.

    À terme, la production agricole elle-même, a priori emblème de la « renouvelabilité », pourrait décrire un cycle de Hubbert : depuis ce que l'on appelé la « révolution verte », l'agriculture n'est plus « durable » : la production a augmenté de façon vertigineuse (permettant de multiplier la population mondiale par 2,5 de 1950 à 2005) grâce à la déforestation (qui en zone tropicale ne donne que des terres médiocres s'épuisant vite, d'où une fuite en avant jusqu'à la disparition totale de la forêt primaire), à l'irrigation (utilisant en bonne partie des sources d'eaux souterraines peu ou pas renouvelables, qui dans nombre de régions du monde s'épuisent rapidement) et enfin aux engrais et pesticides réalisés à partir de ressources fossiles (gaz et pétrole).

    La révolution verte a donc créé une agriculture qui détruit l'environnement, et a ainsi augmenté de façon non durable la capacité d'accueil de la planète. Il est donc probable qu'à terme la population mondiale suive elle aussi une courbe de Hubbert, avec un maximum, puis une diminution.

    Définition du pic pétrolier pour les principales régions de production

    Ce phénomène est général et se vérifie pour toutes les zones de production. Ainsi en 1956, le géologue King Hubbert avait prédit la diminution de la production étatsunienne de brut à partir de 1970. Ce qui s'est produit. Le pic de production a déjà été dépassé dans de nombreux pays producteurs, tels que la Libye (1970), l'Iran (1976), l'URSS (1987), le Royaume-Uni (2000) et la Norvège (2000). Au total, une soixantaine de pays aurait dépassé le pic. Naturellement, si l'on considère la production mondiale de pétrole, il est évident que le même phénomène est à l'œuvre. La seule inconnue est la date à laquelle il surviendra. Selon Matthew Simmons, qui a exercé un rôle d'expert auprès de la Maison blanche, l'Arabie saoudite aurait également passé son pic en 2004.

    Pour savoir quand aura lieu le pic pétrolier d'une région, il suffit en théorie de connaître le montant des réserves à un moment donné et les quantités extraites depuis le début de son exploitation : lorsque les quantités déjà extraites sont égales à celles restant à extraire, le pic est atteint.

    Toutefois, il est souvent difficile de connaître la valeur précise des réserves, et le pic n'est généralement identifié comme tel que plusieurs années après qu'il se soit effectivement produit.

    Les differents type de reserve

    L'estimation des réserves disponibles dans un gisement est faite lors de sa découverte : il s'agit au départ de paris de géologues et d'ingénieurs, sauf quand le gisement est à moitié exploité : les estimations sont alors plus sûres. Ces réserves sont les réserves initiales, celles sur lesquelles on se base pour calculer le prix de vente du gisement, l'investissement fait pour son exploitation, la valeur d'une entreprise. Ce premier type d'estimation est assez peu fiable, non en raison de l'avancement de la science, mais en raison des enjeux financiers : ainsi, en 1988, lors de la découverte du champ pétrolifère de Cusiana, en Colombie, la compagnie étatsunienne Triton (aujourd'hui Amerada Hess) a estimé son potentiel à 3 milliards de barils, une quantité importante qui a fait remonter le cours de son action. Mais BP a fait une nouvelle estimation du gisement après avoir commencé d'extraire le brut à Cusiana : 1,5 milliards de barils. Des experts de l'ASPO pensent que ce gisement ne dépasse pas 800 millions de barils.

    En partant des gisements découverts, on extrapole différentes valeurs sur les réserves restantes à découvrir :

    * la première, appelée réserves prouvées ou F95, est la quantité de pétrole qui sera exploitée avec les moyens actuels avec une probabilité de 95 % ;
    * la deuxième, appelée réserves probables ou F50, est la quantité de pétrole qui sera produite, mais avec une probabilité de 50 % ;
    * la troisième, appelée réserves possibles F5, est la quantité de pétrole très hypothétiquement produite, si le prix de vente augmente de façon à absorber les coûts d'extraction qui seront très élevés, avec une probabilité de 5 %.

    Ainsi, pour l'Algérie, on a F95 égal à 1,7 milliard de barils, F50 égal à 6,9 milliards de barils et F5 égal à 16,3 milliards de barils (données publiées par l'United States Geology Survey, dont la mission est d'informer le ministère de l'Intérieur étatsunien). Ces probabilités de découverte servent à juger de l'assise financière d'un pays ; mais les gouvernements comme les banques utilisent en général une valeur médiane des trois, soit 7,7 milliards de barils, qui a moins d'une chance sur deux d'être finalement découverte.

    Le sujet est extrêmement sensible pour les pays pétroliers : ainsi en 2002, la Douma a voté une loi d'après laquelle révéler les réserves de gaz et de pétrole russe est un crime passible de 7 ans de prison.

    Pour justifier cela, les rapports s'appuient sur le fait qu'il existe plusieurs types de pétrole :

    * le pétrole conventionnel (95 % de ce qui a été exploité jusqu'ici) ;
    * et le pétrole non-conventionnel :
    o schistes bitumeux ;
    o sables pétrolifères ;
    o et le pétrole inexploitable avec la technologie actuelle.

    Des experts estiment cependant que les quantités produites seront toujours secondaires, car l'exploitation, même possible, de ces gisements, restera toujours difficile, lente et coûteuse. Elle présente aussi le handicap fondamental d'avoir une production nette d'énergie limitée; l'extraction et la transformation de ces pétroles non conventionnels consomme une part significative de leur énergie (30% dans le cas des sables bitumeux de l'Alberta). Cela augmente significativement la pollution générée par unité d'énergie finale.

    Remise en cause des estimations officielles

    Click

    Conséquences sur l'économie

    Le pétrole connaît quatre débouchés principaux. Les deux premiers utilisent son potentiel énergétique, il s'agit des transports et de l'énergie domestique : chauffage en grande partie, et électricité. Il fournit au total 40 % de ressources énergétiques consommées annuellement sur la planète. Les deux autres utilisent une part significativement moins importante de la production pétrolière, mais l'un est essentiel dans nos sociétés, il s'agit de l'agriculture, et l'autre est devenu incontournable comme fournisseur de matières premières légères, il s'agit de la plasturgie.

    Transports

    Actuellement, 96 % des transports mondiaux utilisent des hydrocarbures comme énergie : que ce soit le transport maritime, le transport aérien, fluvial, routier, tous utilisent des moyens de propulsion (moteur à explosion, turboréacteur, turbopropulseur) brulant du pétrole (ou rarement du gaz). Le seul secteur où le pétrole n'est pas prépondérant, c'est le transport ferroviaire, en grande partie électrifié (bien qu'une part non négligeable de cette électricité soit produite avec des hydrocarbures).

    Des recherches sont en cours pour mettre au point des véhicules dits propres.

    Énergie domestique

    Pour ce qui est du chauffage, pour remplacer le fioul et l'électricité d'origine pétrolière, diverses solutions existent :

    * bois sous diverses formes (granulés, sciure ou copeau, bûche). Cette ressource n'est renouvelable et neutre en CO2 que si son exploitation est modérée et bien organisée, la quantité de bois utilisée étant compensée par les arbres qui poussent. Si le bois vient de déforestation, la ressource s'épuise et son utilisation dégage du CO2 dans l'atmosphère,il y a donc peu de différence avec un combustible fossile. Rappelons toutefois que le manque de bois a été au XVIIe siècle la cause de la première crise de l'énergie en Europe, conduisant à l'exploitation de plus en plus poussée du charbon de terre. aujourd'hui, ce sont des pays comme l'Indonésie qui sont dans la meme situation, ayant détruit en quasi totalité leurs forets primaires. Cependant, le problème de son transport et de son stockage est important dans les centres urbains. En outre, la combustion du bois produit d'importantes quantités de déchets (cendres) et de polluants (dégagement de SO2, NOx responsables des pluies acides, de poussières inhalables, voire d'HAP et même de dioxine ou de métaux lourds en fonction des traitements subits par le combustible).
    * houille : la solution est limitée (en Europe, elle est peu exploitable, mais le reste du monde possède des ressources disponibles importantes) ; ses inconvénients sont les suies et les gaz à effet de serre principalement ; il s'y ajoute des coûts importants en vies humaines chez les mineurs (accidents et silicose), même avec les dispositifs de sécurité existants.
    * gaz naturel, qui connaîtra un pic similaire à celui du pétrole, bien que plus tard ;
    * biogaz, qui peut être produit par fermentation de matière organique et notamment de déchets organiques (boues de stations d'épuration, déchets d'ordures ménagères, effluents d'élevage...). L'intérêt de cette source d'énergie contre l'effet de serre est énorme : non seulement on économise des ressources fossiles, mais surtout on brule du méthane qui sinon serait émis dans l'atmosphère, et on émet du CO2, dont l'impact sur le réchauffement climatique est bien moindre ;
    * la combustion des déchets ménagers. Ceux-ci étant le plus souvent humides, leur combustion n'est possible qu'en les mélangeant à des carburants pétroliers. Par ailleurs les émissions de polluants sont de mieux en mieux contrôlées grâce à des dispositifs de filtrage.
    * géothermie, très écologique cette solution nécessite pourtant soit des sources chaudes soit des surfaces importantes ;
    * électricité, mais encore faut-il à la fois isoler les maisons et produire l'électricité.

    Les économies d'énergie possibles sont à envisager (Negawatt). Il est possible de réduire de 50 à 80 % les dépenses d'énergie domestique, par exemple avec des habitations ne nécessitant pas de chauffage, seule une ventilation mécanique étant nécessaire (cette méthode est basée principalement sur l'isolation et l'effet de serre des vitres).

    Une approche de cette « bonne conception » architecturale est la démarche Haute qualité environnementale qui se développe principalement dans les chantiers publics à l'heure actuelle.

    Agriculture

    Bien que ce secteur ne semble que peu concerné par un renchérissement fort et durable du pétrole, il sera peut-être le plus durement touché. En effet, l'agriculture intensive repose sur l'utilisation d'intrants (engrais chimiques, pesticides) élaborés à partir de l'énergie pétrolière ou issus de l'industrie pétrochimique. Par ailleurs, l'agriculture consomme de grandes quantités de plastique (serres, mulch, emballages, outils...) et de carburant pour les engins agricoles (et ce même dans des schémas dits non productivistes).

    Par la combinaison de l'augmentation du prix des engrais et de celui des carburants, deux clefs de la révolution verte sont sérieusement remises en question.

    En effet, théoriquement, le pétrole peut être remplacé par des biocarburants (carburants issus de l'agriculture) ou par des huiles végétales. Cependant le bilan énergétique de ces carburants « verts » est pour le moment trop faible. De plus, les techniques de synthèse en chimie organique pour l'élaboration par exemple de molécules pesticides devraient être revues en l'absence de pétrole.

    La mutation du modèle agricole actuel vers un système « sans pétrole » sera laborieux. Les pertes de productivité qui pourraient en découler pourrait engendrer des situations de crise alimentaire dans le pire des cas, ou, du moins un questionnement sur la consommation alimentaire et ses modes. Il est peu probable que l'agriculture puisse se maintenir ou se développer dans le modèle productiviste, même sans pic pétrolier (problèmes écologiques, économiques, de santé publique et sociétaux avec par exemple la dégradation de la qualité des eaux et des sols).

    Plasturgie

    Aujourd'hui, une grande part des matériaux d'emballage et de fabrication des produits industriels utilisent du plastique, c'est-à-dire du pétrole transformé. Un choc pétrolier propulsant le prix du baril à plus de 50 dollars de façon durable et irréversible pourrait remettre en cause cet usage du pétrole, qu'il sera difficile de remplacer. La plupart des aliments (vin, moutarde, pâtes, bonbons...) se vendaient en vrac avant les années 1950. Les fibres synthétiques et les emballages unitaires (flacons, pots, tubes...) sont apparues tardivement. De même, l'avènement du tout jetable est un phénomène relativement récent.

    Il est possible de produire certaines matières plastiques en utilisant des végétaux ou des bactéries ; mais pas dans la gamme de diversité des plastiques issus de la pétrochimie. Ces produits ne sont pas encore non plus finalisés pour une utilisation industrielle :

    * les surfaces de production agricole ne peuvent pas être immédiatement concédées à ces cultures industrielles (si elles le sont, ce sera sans doute au détriment d'autres cultures, les jachères ne suffisant pas),

    * la filière industrielle reste à créer.

    Conclusion

    Contrairement à leur promesse faite en mai 2004, les pays de l'OPEP ne sont pas parvenus à augmenter leur production, et l'ensemble des infrastructures pétrolières (de la production au raffinage) ont atteint un seuil maximal d'activité. Cela signifie qu'il est impossible de produire et de transformer plus de pétrole en 2005 qu'en 2004, d'autant plus que les investissements prévus en 2005 sont nettement inférieurs à ceux faits en 2004, essentiellement pour maintenir la production du brut. Cela semble confirmer que l'on a bien atteint un plafond de la production de pétrole et confirmerait l'imminence du pic pétrolier ;

    Le 11 octobre 2004, le baril de brut a de nouveau franchi un plus haut historique au New York Mercantile Exchange (NYMEX), en s'établissant à 53,42 $. Depuis le début de l'année, la hausse se chiffre à 64 %. Quant au baril de Brent, il a pour la première fois franchi la barre symbolique des 50 $ le même jour.

    L'annonce par les États-Unis d'une volonté de repasser à une économie basée sur le nucléaire a fait « chuter » les cours à 52$, reste à savoir si le mouvement est durable.

    Mise à jour : depuis la mi-janvier 2005, le baril de brut se situe au dessus de 45$ de même, depuis fin février 2005, celui ci n'est jamais retombé en dessous de 50$, avec des pointes à 57$. En Mars, lors d'une séance d'échange, une transaction a atteint les 100$ le baril.

    Le prix du baril atteint un chiffre record de 67$ le baril le vendredi 12 Août

    Pour plus d'info :

    Wikipedia Pic Petrolier : Article Wikipeida dont je me suis servi pour faire ce Topic.
    ASPO : The association for the study of peak oil.
    The Breaking Point : Article du New York Time sur le pic pétrolier.
    ManJaGan, 9 Septembre 2005
    #1
  2. Offline
    MacSog Elite
    Beau post, mais pas DU TOUT le courage de tout lire... Surtout commencer d'emblée par une formule de math alors que je déteste ça... :wink:
    MacSog, 9 Septembre 2005
    #2
  3. Offline
    Vorsarius Yeah well..
    Très intéressant :D

    Le truc le plus inhohérent c'est que l'OPEP arrête pas d'augmenter la production annuelle de pétrol, alors qu'ils savent pertinemment que les réserves sont limitées, et qu'il y aura pénurie dans quelques dizaines d'années.. résultat, les prix flambent mais malgré tout la consommation continue d'augmenter, alors qu'il faudrait au contraire la faire descendre histoire de faire durer les réserves, le temps de mettre en place les substituts.

    J'ose pas imaginer le bordel d'ici 30 ans :shock:
    Vorsarius, 9 Septembre 2005
    #3
  4. Offline
    ManJaGan ex membre
    Merci, tu devrais quand meme faire l'effort de lire ca pourrait te sauver la vie.

    Pour faire un resumé de cette theorie, le pic petrolier n'est pas la fin du pétrole mais la fin du pétrole a bon marché.Le gros problemes c'est que cela ne concerne pas que les transports mais aussi l'agriculture, il faut 8 calories d'energie pour produire une calorie de nourriture depuis la revolution verte (passage a agriculture intensive).Sans cette sources d'energie bon marché,je vous laisse imaginer ce qui se passera pour la production agricole et les famines que cela entrainerait.
    ManJaGan, 9 Septembre 2005
    #4
  5. Offline
    Insomniack Touriste
    Heu si elle augmente c'est parce qu'il y a de plus en plus de besoin, si on diminue la production qui n'en aura pas ? Je suis pas certain que tu acceptes que se soit ici qu'on ai des pompes vides.
    Insomniack, 9 Septembre 2005
    #5
  6. Offline
    Vorsarius Yeah well..
    Oui mais non, ça ne fonctionne pas comme ça.. si on diminue la production, il n'y aura pas pénurie mais une simple augmentation de prix (la loi de l'offre et de la demande), ce qui rendra les autres solutions de plus en plus intéressantes (pour l'instant le pétrole est tjrs le moins cher, malgré les sommets qu'atteint le prix du baril)
    Vorsarius, 9 Septembre 2005
    #6
  7. Offline
    cyriak Turn on - Tune in - Drop out
    Comme ca, nous les pays riches pourrions encore rouler en voiture et les autres, bah ils se démerderons... :?
    cyriak, 9 Septembre 2005
    #7
  8. Offline
    Vorsarius Yeah well..
    erf tu connais la taxe appliquée à l'essence dans nos pays? chuis sur que ça revient moins cher en afrique qu'en belgique :p
    Vorsarius, 9 Septembre 2005
    #8
  9. Offline
    - Lo0 Elite
    Interressant le poste. La question a se poser est : et apres le petrole ? Parce que je vois pas tres bien se qu'on fera une fois que le production de petrole ne suffira plus a couvrir nos besoin.
    - Lo0, 9 Septembre 2005
    #9
  10. Offline
    WaKaaN JcQL
    Wow putin ! C'était super interressant !!!

    Mais ca fout les boules.... :? :shock:
    WaKaaN, 9 Septembre 2005
    #10
  11. Offline
    ManJaGan ex membre
    Le probleme c'est que cela sera bien avant 30 ans, les pronostiques les plus optimistes parle de 2030 hors ces pronostiques ne tiennent pas compte de la demande croissante de la Chine et de l'inde.Ces pronostiques ne tiennent pas non plus compte de la surestimation des reserves au moyen orient (c'etait dans l'interet de ses pays de gonfler les chiffres de leur reserve pour attirer plus d'investiseur.) et se basait aussi sur la découverte de nouveaux gisement qui n'ont pas eu lieu.

    D'apres beaucoup de spécialiste ont pourrait tres bien déja etre en plein pic pétrolier vu que la demande depasse l'offre actuelement.

    La conclusion de wikipedia a ce sujet est réelement effrayante :

    "Cela signifie qu'il est impossible de produire et de transformer plus de pétrole en 2005 qu'en 2004, d'autant plus que les investissements prévus en 2005 sont nettement inférieurs à ceux faits en 2004, essentiellement pour maintenir la production du brut. Cela semble confirmer que l'on a bien atteint un plafond de la production de pétrole et confirmerait l'imminence du pic pétrolier"

    Le terme d'elasticité est tres importante dans la notion d'offre et de demande, le pétrole fait partie des ses biens dont on ne peut se passer , c'est une demande inélastique, si le prix double , la demande ne diminuera pas de moitié mais seulement de quelques pourcents.

    Quand aux alternatives, certaines sont économiquement viable mais AUCUNES n'est energétiquement viable, elles consoment toutes plus d'energie a produire qu'elles n'en apporte.(bio carburant ,hydrogene etc etc)

    La terre ne peut pas supporter 3 millairs d'individus avec un niveau de vie occidentale (sans meme parler de pollution) ,hors c'est vers quoi on se dirige avec la chine et l'inde (2.4 millards de personnes).Nous consomons 85 millions de barriles par jour, soit 1 millards de bariles tous les 12 jours !

    Si ils paient 0.5 € le litre mais gagne 100 euro par mois , pour qui l'essence est plus chere ?

    Africa economies hit hard by rising world oil prices

    Dans le cas d'un pic pétrolier ce sont les plus pauvres qui seront touché en premier que ce soit les pays pauvres ou les plus pauvres dans les pays riches, ensuite cela gagnera lentement les classes moyennes, une fois qu'on en sera a ce point il sera trop tard pour faire quelques chose.

    Meme si ce soir quelqu'un inventait un moteur qui fonctionne a l'eau ,il faudrait plus de 10 ans avant que ce soit commercialisé et accesssible a tous.Sans doute 30 ans si cette invention survient en pleine crise économique.Hors a l'heure actuel , ont est tres loin d'avoir ces solutions et encore moins d'investir massivement dans la recherche pour les trouver.
    [/u]
    ManJaGan, 9 Septembre 2005
    #11
  12. Offline
    Vorsarius Yeah well..
    Comme toujours on préfère attendre que le problème survienne pour s'inquiéter plutôt que d'agir avant qu'il ne soit trop tard :p (c'est pareil avec le réchauffement climatique)

    Pour la production d'énergie, le nucléaire est la seule solution d'avenir, mais c'est vrai que pour remplacer l'essence il n'y a rien de vraiment correct, à mon avis il faudra se tourner vers des solutions hybrides solaire/hydrogène (problématique à produire évidemment :pfiou:)

    C'est quand même dingue, on va droit dans le mur et j'ai la sale impression qu'on accélère au lieu de ralentir..
    Vorsarius, 9 Septembre 2005
    #12
  13. Offline
    Dieu Bisounours a.k.a FFS
    Je me basserai vraiment pas là dessus.Cette théorie est une théorie parmis dans d'autre.

    Moi,je me suis fait ma propre opinion en voyant les différentes crises qu'il y a eu dans la vie de la bourse et je continue à affirmer que d'ici 1 an,le pétrole diminuera.
    Dieu Bisounours, 9 Septembre 2005
    #13
  14. Offline
    ManJaGan ex membre
    Je suis d'accord avec toi, le probleme est encore pire en belgique vu qu'on veut se passer completement du nucelaire en 2010.

    La plupart des scientifiques ont lancer des appels a l'aide depuis des années sur ces problemes.

    La théorie de la gravité c'est aussi une theorie ,pourtant ,elle se verifie a chaque fois.

    Je ne comprends pas ton point de vue, d'apres toi le pétrole n'est pas une ressource finie qui va en diminuant ?

    Qu'est ce qui te fait dire que le prix diminuera ? Et meme si c'etait le cas, en quoi cela empecherait il que les reserves diminuent ?
    ManJaGan, 9 Septembre 2005
    #14
  15. Offline
    - Lo0 Elite
    Heuu la suppression des centrales nucléaire c'est une conerie d'une puissance...

    Fin, c'est un moyen de s'attirer des élécteur qui ne comprenent pas que le nucléaire est non seulement l'énergie la moins polluante, mais aussi qu'il est impossible de le remplacer par l'énergie alternative tel les éoliene et le solaire. Donc remplacer les central nucléaire par des central au charbon ou au petrole, c'est vraiment loin d'etre une bonne idée. Encore une fois on voit bien que les ministre réflechisse rarement plus loin que leur mandat. On empeche la production de nouvel centrale, on plante des éoliene un peu partout, regarder on est écologique, et dans 10 ans ?

    De toute facon, les réserve en uranium ne sont pas illimitée non plus ( a peu pres pour encore 40 ans ). Et pour ce qui est des déchet radioactif, je suis assez partagé. Finalement, on a pris de l'uranium pauvre, deja existant, on l'enrichi, on le casse en matériau plus léger. Mais si on fait le bilan de la radioctivité, il reste le meme non ? Juste qu'on va avoir quelque matériau tres radioctif.
    - Lo0, 10 Septembre 2005
    #15
  16. Offline
    Mwl Iskandar Touriste
    L'Inde et la Chine se développent et ces 2 grands pays ont également besoin de beaucoup de pétrole
    Mwl Iskandar, 10 Septembre 2005
    #16
  17. Offline
    zoheir cvm.mangaleet()
    apparemment tu n'as pas lu le post ou alors tu n'as rien compris :s
    zoheir, 10 Septembre 2005
    #17
  18. Offline
    .MalixXx ex membre
    L'idée la plus conne que j'ai entendue :shock:
    Je veux bien avouer que l'énergie nucléaire est une énergie "dangereuse" (Thernobyl :roll:), mais bon, maintenant on est devenu un peu accro a ça :D

    Donc en gros, dans 30 ans on est quand meme pas dans le caca...

    Roulez en velo, y a rien de mieux moi j'vous dis :D[/quote]
    .MalixXx, 10 Septembre 2005
    #18
  19. Offline
    Dieu Bisounours a.k.a FFS
    Les réserves diminueront,on est d'accord mais pas si vite que prévu...Je suis convaincu que certaines terres sont remplies de pétrole qui attend d'être découvert et que de ce fait,ces réserves seront renouvellées.
    Dieu Bisounours, 10 Septembre 2005
    #19
  20. Offline
    kozzmozz #oneway
    Oui tout à fait, nous sommes dans un système déficitaire du point de vue de l'énergie produite par rapport à l'énergie consommée et cette perte d'énergie se réalise au niveau des énergies fossiles...

    Post très intéressant :)
    kozzmozz, 10 Septembre 2005
    #20
Statut de la discussion:
Fermée.